Imágenes de página
PDF
ePub

by taking time to consider it, as of a matter you are cut off in the middle of it by the imimportant. They therefore deferred their patient loquacity of those you converse with, answer till the day following: when their and never suffered to finish it! speaker began, by expressing their deep sense The politeness of these savages in converof the kindness of the Virginia government, sation is indeed carried to excess, since it in making that offer; “for we know," does not permit them to .contradict or deny says he, “that you highly esteem the kind the truth of what is asserted in their presence. of learning taught in those colleges, and that By this means they indeed avoid disputes ; the maintenance of our young men, while but then it becomes difficult to know their with you, would be very expensive to you. minds, or what impression you make upon We are convinced therefore, that you mean them. The missionaries who have attemptto do us good by your proposal; and we thank ed to convert them to christianity, all comyou heartily. But you, who are wise, must plain of this as one of the great difficulties of know, that different nations have different their mission. The Indians hear with patience conceptions of things; and you will therefore the truths of the gospel explained to them, not take it amiss, if our ideas of this kind of and give their usual tokens of assent and apeducation happen not to be the same with probation: you would think they were conyours. We have had some experience of it: vinced. No such matter. It is mere civility. several of our young people were formerly A Swedish minister, having assembled the brought up at the colleges of the northern chiefs of the Susquehanna Indians, made a provinces; they were instructed in all your sermon to them, acquainting them with the sciences; but when they came back to us, principal historical facts on which our relithey were bad runners, ignorant of every gion is founded ; such'as the fall of our first means of living in the woods, unable to bear parents by eating an apple, the coming of either cold or hunger, knew neither how to Christ to repair the mischief, his miracles build a cabin, take a deer, or kill an enemy, and suffering, &c.—When he had finished, an spoke our language imperfectly, were there- Indian orator stood up to thank him.

“ What fore neither fit for hunters, warriors, nor you have told us,” says he, “is all very good. counsellors; they were totally good for no- It is indeed bad to eat apples. It is better to thing. We are however not the less obliged make them all into cyder. We are much by your kind offer, though we decline accept- obliged by your kindness in coming so far, to ing it: and to show our grateful sense of it, tell us those things which you have heard if the gentlemen of Virginia will send us a from your mothers." In return, I will tell dozen of their sons, we will take great care of you some of those we have heard from ours. their education, instruct them in all we know, “In the beginning, our fathers had only and make men of them.

the flesh of animals to subsist on, and if their Having frequent occasions to hold public hunting was unsuccessful, they were starvcouncils, they have acquired great order and ing. Two of our young hunters having killdecency in conducting them. The old men ed a deer, made a fire in the woods to broil sit in the foremost ranks, the warriors in the some parts of it. When they were about to next, and the women and children in the hind satisfy their hunger, they beheld a beautiful most. The business of the women is to take young woman descend from the clouds, and exact notice of what passes, imprint it in their seat herself on that hill which you see yonder memories, for they have no writing, and com- among the Blue Mountains. They said to municate it to their children. They are the each other, it is a spirit that perhaps has smelt records of the council, and they preserve the our broiling venison, and wishes to eat of it: tradition of the stipulations in treaties a hun- let us offer some to her. They presented her dred years back; which, when we compare with the tongue: she was pleased with the with our writings, we always find exact. 'He taste of it, and said, your kindness shall be that would speak, rises. The rest observe a rewarded ; come to this place after thirteen profound silence. When he has finished and moons, and you shall find something that will sits down, they leave him five or six minutes be of great benefit in nourishing you and your to recollect, that, if he has omitted any thing children' to the latest generations. They did he intended to say, or has any thing to add, so, and -to their surprise found plants they he may rise again and deliver it. To inter- had never seen before: but which, from that rupt another, even in common conversation, ancient time, have been constantly cultivated is reckoned highly indecent. How different among us, to our great advantage. Where this is from the conduct of a polite British her right hand had touched the ground, they house of commons, where scarce a day passes found maize; where her left hand had touchwithout some confusion, that makes the speak- ed it they found kidney-beans; and where her er hoarse in calling to order ; and how differ- backside had sat on it, they found tobacco." ent from the mode of conversation in many The good missionary, disgusted with this idle polite companies of Europe, where, if you do tale, said, “What I delivered to you were not deliver your sentence with great rapidity, sacred truths, but what you tell me is mere

[ocr errors]

manners.

fable, fiction, and falsehood." The Indian, discourse began to flag, the Indian to continue offended, replied, “ My brother, it seems your it said, “Conrad, you have lived long among friends have not done you justice in your edu- the white people, and know something of their cation ; they have not well instructed you in customs; I have been sometimes at Albany, the rules of common civility. You saw that and have observed, that once in seven days we, who understand and practise those rules, they shut up their shops, and assemble all in believed all your stories, why do you refuse the great house; tell me what it is for? to believe ours?"

What do they do there ?” “They meet there,” When any of them come into our towns, says Conrad, “ to hear and learn good things. our people are apt to crowd round them, gaze “I do not doubt," says the Indian, “that they upon them, and incommode them where they tell you so; they have told me the same: but desire to be private; this they esteem great I doubt the truth of what they say, and I will rudeness, and the effect of the want of in- tell you my reasons. I went lately to Albany struction in the rules of civility and good to sell my skins and buy blankets, knives, pow.

“ We have,” say they, “ as much der, rum, &c. You know I used generally to curiosity as you, and when you come into deal with Hans Hanson; but I was a little inour towns, we wish for opportunities of look- clined this time to try some other merchants. ing at you; but for this purpose we hide However, I called first upon Hans, and asked ourselves behind bushes, where you are to him what he would give for beaver. He said pass, and never intrude ourselves into your he could not give any more than four shillings company."

a pound: but, says he, I cannot talk on business Their manner of entering one another's now; this is the day when we meet together villages has likewise its rules. It is reckon- to learn good things, and I am going to meeted uncivil in travelling strangers, to enter a ing. So I thought to myself, since I cannot village abruptly, without giving notice of do any business to-day, I may as well go to their approach. Therefore, as soon as they the meeting too, and I went with him. There arrive within hearing, they stop and hollow, stood up a man in black, and began to talk to remaining there till invited to enter. Two the people very angrily. I did not understand old men usually come out to them, and lead what he said ; but perceiving that he looked them in. There is in every village a vacant much at me and at Hanson, I imagined he was dwelling called the strangers' house. Here angry at seeing me there; so I went out, sat they are placed, while the old men go round down near the house, struck fire, and lit my from hut to hut, acquainting the inhabitants, pipe, waiting till the meeting should break up. that strangers are arrived, who are probably I thought too, that the man had mentioned hungry and weary; and every one sends them something of beaver, and I suspected it might what he can spare of victuals, and skins to be the subject of their meeting. So when repose on. When the strangers are refresh- they came out I accosted my merchant. ed, pipes and tobacco are brought; and then, Well, Hans, says I, I hope you have agreed but not before, conversation begins, with in- to give more than four shillings a pound ? No, quiries who they are, whither bound, what says he, I cannot give so much, I cannot give news, &c. and it usually ends with offers of more than three shillings and sixpence. I service, if the strangers have occasion for then spoke to several other dealers, but they guides, or any necessaries for continuing all sung the same song, -three and sixtheir journey; and nothing is exacted for the pence, -three and sixpence. This made entertainment.

it clear to me that my suspicion was right; The same hospitality, esteemed among them and that whatever they pretended of meeting as a principal virtue, is practised by private per- to learn good things, the real purpose was to sons; of which Conrad Weiser, our interpre- consult how to cheat Indians in the price of ter, gave me the following instance. He had beaver. Consider but a little, Conrad, and been naturalised among the Six Nations, and you must be of my opinion. If they met so spoke well the Mohock language. In going often to learn good things, they would certhrough the Indian country, to carry a mes- tainly have learned some before this time. sage from our governor to the council at But they are still ignorant. You know our Onondaga, he called at the habitation of Ca- practice. nassetego, an old acquaintance, who embrac “If a white man, in travelling through our ed him, spread furs for him to sit on, and plac- country, enters one of our cabins, we all treat ed before him some boiled beans and venison, him as I do you; we dry him if he is wet, and mixed some rum and water for his drink. we warm him if he is cold, and give him When he was well refreshed, and had lit his meat and drink, that he may allay his thirst pipe, Canassetego began to converse with him; and hunger; and we spread soft furs for him asked how he had fared the many years since to rest and sleep on: we demand nothing in they had seen each other; whence he then return. But if I go into a white man's house came; what occasioned the journey, &c. Con- at Albany, and ask for victuals and drink, they rad answered all his questions; and when the say, Where is your money ? and if I have

none, they say, Get out, you Indian dog. You , un million de Chrétiens d'être faits veuves et
see they have not yet learned those little Orphelins. Quant au premier objet d'une
good things, that we need no meetings to telle confédération, Lord Rocheford pensoit
be instructed in, because our mothers taught que la proposition seroit acceptée par toutes les
them to us, when we were children; and puissances, parceque c'étoit l'intérêt de toutes
therefore it is impossible their meetings de l'accepter.
should be, as they say, for any

such
purpose,

Les pertes de la France daus les deux Indes or have any such effect; they are only to dans la dernière guerre, et leurs pertes dans contrive the cheating of Indians in the price les Indes Orientales dans la dernière guerre, of beaver."

et ses pertes dans les Indes Orientales de la guerre d'à présent, où ils ont perdu en six se

maines tout ce qu'ils y avoient; les pertes des Memoire de Sir John Dalrymple ou Projet Espagnols dans la guere derniére dans les

du Lord Rocheford, pour empecher la deux Indes, et même le coup donné l'autre jour Guerre.—Anecdote Historique.*

dans la baye de Hunduras par un jeune Capi

taine Avant que la France se fut declarée pour dats, la facilité avec la quelle le Portugal per

avec une poignée de soll'Amérique, lord Rocheford, autrefois Ambas- dit l'isle de Ste. Catherine dans le Brézil ; et sadeur en Espagne et en France, formoit un le malheur des armes Angloises dans l'Amé Projet pour empêcher la guerre. Cétoit que rique dupuis trois ans, tout prouve, que la l'Angleterre proposeroit un grand traité de France, l'Espagne, le Portugal et l'Angleterre confédération entre la France, l'Espagne, le ont leurs parties tendres dans l'Amérique et Portugal et l'Angleterre, qui devoit avoir dans les deux Indes, et par conséquent qu'ils trois objets. Le premier, une garantie mu- ont tous un intérêt dans une mutuelle garantie tuelle entre ces quatre Puissances de leurs de leurs possessions dans ces trois parties du possessions dans l'Amérique et dans les deux Monde. Quant au second objet de la ConféIndes, avec une provision qu'une guerre dans dération : je suis sensible que l'idée de donner l'Europe ne seroit jamais une guerre dans ces

une participation du commerce de l'Amérique rémotes régions sous quelque pretexte que ce aux autres trois nations sous la limitation que soit, et fixant le nombre des troupes et des cela ne soit pas incompatible avec les intérêts vaisseaux que les puissances contractantes de

communs de l'Amérique Angloise et de l'Anvoient fournir contre la puissance contrevenante la paix dans ces régions remotes. Le gleterre, est une idée un peu vague, et sujette second objet étoit à donner une participation nité il y a cing personnes dans ces cinq pays,

aux disputes, mais heureusement pour l'humade commerce de l'Amérique à la France, l'Es d'un caractére singulier, et qui les rend propagne, et le Portugal, autant qu'une telle par- pres à fairo là-dessus des réglements précis, et ticipation ne seroit incompatible avec les inté- sujets à nulles disputes, qui enrichiront la réts communs et sans rivalité de l'Amérique France, l'Espagne et le Portugal sans appauv. Angloise et de l'Angleterre. Le troisième objet étoit l'ajustement des rique, il y a le Docteur Franklin, peut être le

rir l'Angleterre et ses Colonies. Pour l'Amé Privilèges contestés des Américains sur des premier génie de l'âge présent et qui connoit principes justes et honorables pour eux. Lord bien les liaisons entre l'Amérique et l'AngleRocheford étoit pour lors Secrétaire d'Etat. terre. Pour la France, il y a le ContrôleurIl me disoit que la première personne à qui Général,* qui a été élevé dès sa jeunesse dans il communiquoit ce projet étoit le feu Prince la pratique du commerce. Pour l'Espagne, il de Mazerano Ambassadeur d'Espagne, et que, y a Monsieur Campomanes, qui a employé la quoique vieux et malade, il se leva, l'embras- maturité de son âge en des études qui lui donsa: et dit, ah! Milord, quel Dieu vous a in- nent une superiorité en de telles discussions. spiré? Lord Rocheford le communiquoit Pour le Portugal, elle aura l'aide des conseils aussi à un de ses amis qui étoit alors et est à du Duc de Braganza qui a cueilli les connoispresént un des ministres du Roy de la Grande sances dans presque tous les Camps, les Cours Bretagne, qui l'approuvoit beaucoup; mais les Bibliothèques, et même les places des bientôt après, Lord Rocheford quittoit le mi- marchands d'Europe : et pour l'Angleterre, nistère, se retiroit à la Campagne, et par cet elle a un Ministre qui connoissant les vrais accident le projet n'étoit pas presenté au cabi- intérêts du commerce au fond ne refusera pas net du Roy.

à l'Amérique ce qu'il vient de donner à l'IrPai donné la relation de cette anecdote, lande. Quant au troisième objet de la conféparceque je suis un des quatre ou cinq per- dération, l'Angleterre qui se vante tant de sa sonnes qui seules en connoissent la vérité; et propre MAGNA CHARTA accordera avec faciparce que je pense qu'il n'est pas encore trop lité une MAGNA CHARTA aux libertés de tard pour faire revivre un projet qui sauvera l'Amérique. Peut être, le meilleur moyen

d'abrévier cet article seroit de donner carte * Not to diminish from the originality of this docu. blanche au Dr. Franklin. Une confiance gément, neither the phraseology, grammar, or orthogra. phy, have been corrected.

VOL. II. ...3 N

* M. Necker.

néreuse est le moyen le plus sûr de s'assurer | roient des établissements dans la Nouvelle d'un homme généreux. L'Espagne a deux Zélande, les Isles d'Otahiti, ou quelques auintérêts très solides dans le succès d'une telle tres Isles dans la Mer du Sud ; et même les confédération, et contre l'indépendance de Anglois, les François, les Portugais, et les l'Amérique Angloise. Le premier est que, si Hollandois dans les mers des Indes Orientales, l'Amérique Angloise devenoit indépendante, étant indépendants, nul traité ne les empê l'Amérique Espagnole et ses isles seroient abî- chera de faire de tels établissements : ils pourmées par la contrebande des Américains indé- roient les faire selon les droits des gens. Le pendants d'Angleterre. 1.. L'Angleterre est Capitaine Cook dit dans son dernier voyage liée par les traités avec l'Espagne à ne faire la imprimé, qu'il y a 47,000 gens de mer dans les contrebande. 2. Elle est liée par la peur que seules Isles d'Otabiti, et le Capitaine Wallis cette contrebande ne tirera une guerre sur elle qui faisoit la découverte de ces İsles, m'a dit à dans l'Europe, ce qui fut l'effet dans le tems Lisbonne, il y a quelques jours, que les habidu Chevalier Robert Walpole. 3. La cherté tans d'Otahiti montoient au haut des mâts Andes commodités de l'Angleterre et de l'Europe glois et couvroient par les morceaux du bois met des limitations naturelles à la quantité de croissant les mâts auxquels les voiles sont contrebande.

attachées, aussi bien, en trois jours, que les Mais si les Américans étoient Indépendants, marins Anglois; et il me donnoit deux raisons ils diroient qu'ils n'étoient liés par les traités pour cela. La première étoit que, vivant de des Anglois. 2. Ils ne seroient liés par la poisson, tous les habitans sont gens de mer, et peur, parce qu'ils sont loin de l'Espagne; et le second, que les peuples qui ne portent que s'étant défendu contre quatre-vingt-dix mille des souliers sont toujours plus propres pour soldats et marins Anglois, ils se moqueroient monter les parties supérieures des vaisseaux. des forces de l'Espagne; et 3. Le bas prix Le Capitaine Cook aussi, dans son voyage des commodités Américaines couvrira les Co- imprimé, donne une description dans la Nou

lonies Espagnoles de contrebande. Il y a velle Zélande d'une poste pour une flotte et -même une cause nécessaire pour forcer les une ville qui pouvoit en quelques semaines

Ainéricains, ou de faire la contrebande ou de être faite imprenable: et on n'a qu'a regarder faire la guerre sur l'Amérique Espagnole et la forme des Isles de la Mer du Sud dans les Portugaise et leurs Iles ; ils n'ont ni or, ni ar- estampes qui en ont été faites, pour se satisent chez eux, mais ils ne peuvent cultiver faire que ces Isles sont pleines de postes imleurs terres, ni faire leur commerce sans ces prenables. Je me montre aussi bon ami à métaux precieux. Ils n'auroient que quatre l'Espagne, à la France, au Portugal, et à la sources dont ils pourroient les tirer. Le pre- Hollande qu' à l'Angleterre, quand je dévemier est le commerce avec l'Europe ; le se- loppe l'idée suivante, qui a peut-être échappé cond, pensions de France et d'Espagne; le aux autres. Autrefois on ne pouvoit aller avec troisième, la contrebande avec les Provinces sureté aux Mers du Sud, que dans le mois de d'Espagne et de Portugal dans le nouveau Décembre et de Janvier, et par les terribles Monde ; et le quatrième, la guerre dans ces latitudes autour du Cap Horn: mais les déprovinces. Autant que les Américains conti- couvertes du Capitaine Cook et des autres nuent dans un état que les Anglois appellent Anglois ont nouvellement demontré qu'on y une Rebellion, leur commerce avec l'Europe peut aller par le Cap-de-Bonne-Espérance, sera interrompu par les Corsaires Anglois; dans tous les mois, par les belles latitudes du ainsi ils ne tireront que très peu de métaux Cap-de-Bonne-Espérance et de la Nouvelle précieux de cette première source.

Zélande, et dans presque le même espace de Les pensions de la France et de l'Espagne tems, l'un étant un voyage de quatre mois et ne seroient qu'une bagatelle pour soutenir l'autre de cing, parce que le même vent d'oul'agriculture et les manufactures d'un si vaste est qui souffle presque toute l'anée dans les pays. Ils n'auroient donc aucune ressource autres latitudes et qui retarde les vaisseaux en pour les métaux précieux, que dans la contre- passant par le Cap Horn, les porte avec rapibande ou les guerres avec les provinces Espag- dité par le Cap-de-Bonne-Espérance et la Nounoles et Portugaises. Pour empêcher cette velle Zélande; de-là il suit, que quand les contrebande, les traités de confédération pour-Américains querelleront avec les Espagnols roient faire des provisions contre la contre- peut être sur le chapitre de contrebande, ils bande et des Anglois et des Américains. C'est enverront leurs vaisseaux sur les côtes de Chiun point délicat pour un Anglois à suggérer li de leurs établissements et dans les Mers du les moyens; mais si les deux nations vouloient Sud par les latitudes de la Nouvelle Zélande, sincèrement la paix, je pourrois dans un quart- et par les vents d'ouest qui soufflent toujours d'heure suggérer des moyens infaillibles. Il y dans ces latitudes, ce qui n'est qu'un voyage a un autre intérêt que l'Espagne a contre l'in- de cinq Semaines. Car le Capitaine Cook dépendance des Américains et par conséquent dans un voyage, et le Capitaine Fourneaux pour le traité de confédération qui est peut- dans un autre, alloient de la Nouvelle Zélande être encore plus grand. Les Américains ne au Cap Horn en moins de tems, et le jourpourroient voler avec leurs voiles partout, fe- nal des vents annexé au voyage du Capitaine

Cook, montre que les vents d'ouest dans ces tractantes à ces articles du traité, qui regarlatitudes sont au vent d'est dans la proportion dent la garantie mutuelle. La raison pourde dix à un. Quand leurs vaisseaux seront quoi les traités sont rompus si souvent est sur les côtes du Chili, ils prendront avantage qu'ils ne font pas provision pour les intérêts du vent de terre qui souffle éternellement du réciproques pour l'avenir des nations contracSud, au Nord pour les porter à suivre les côtes tantes. Les seuls que je connoisse qui font du Chili et du Pérou. Le vent le portera attention à cet objet sont les traités entre le dans quatorze jours jusqu'à la Baye de Pa- Portugal et l'Angleterre, par lesquels le Pornama, et dans le cours de ce voyage ils ravage- tugal gagne une préférence pour la vente de ront les côtes et feront prises de Vaisseaux ses vins en Angleterre et l'Angleterre gagne partout. La force navale de l'Espagne à Li- une préférence pour la vente de ses draps en ma ne pourra pas les empêcher, parce que le Portugal: la conséquence est qu'il n'y a jamême vent du Sud qui poussera les Améri- mais eu, et, en apparence, il n'y aura jamais cains en avant, rendra les flottes d'Espagne une guerre entre le Portugal et l'Ăngleincapables d'aller à leur recontre. De la Baye terre. Il ne seroit pas difficile, ou dans la de Panama ils retourneront par le grand vent même considération générale, ou par les traités des Tropiques de l'est à l'ouest, qui ne change séparés de commerce entre l'Angleterre d'un jamais, et å leurs établissements dans les Mers côté, et les trois royaumes, l'Espagne, le Pordu Sud, ou à vendre leurs prises dans les Mers tugal et la France respectivement des autres de la Chine ou de l'Inde ; d'où ils retourneront côtés, de servir infiniment les intéréts de comencore peut-être avec de nouveaux vaisseaux merce de tous les trois dans leurs liaisons avec et de nouveaux équipages des hommes, faire l'Angleterre. Comme l'Espagne a les vins, la répétition de leurs ravages. Leurs retours l'huile, les fruits, le sel, les laines fines et seront encore par la Nouvelle Zélande, venant quelques autres articles que l'Angleterre n'a des Indes ou par la latitude de 40 Nord, venant pas, et comme l'Angleterre a le fer et le de la Chine, et dans ce dernier cas ils tombe-Charbon dans les mêmes champs pour ses ront sur le Méxique et prenant avantage des manufactures de fer, qu'elle a par l'humidité vents de terre qui soufflent toujours du Nord de son climat la laine longue pour les draps jusqu'à la Baye de Panama, ils ravageront le d'un prix bas, qu'elle a l'étain, le poisson, et Mexique comme auparavant ils avoient ravagé quelques autres articles que l'Espagne n'a i le Chili et Pérou.

pas, la conséquence est que, quand l'AngleDe la Baye de Panama, ils retourneront terre est riche, elle achetera plus des articles par le grand vent du Tropique, ou chez eux de l'Espagne, et quand l'Espagne est riche, dans les Mers du Sud, ou aux Mers de l'Asie elle achetera plus des articles d'Angleterre, à renouveller une guerre insultante, tourmen- et par conséquent que c'est impossible pour tante et sans remède. De l'autre côté, quand l'un à s'enrichir sans enrichir l'autre. Le ils sont en guerre avec l'Angleterre, la même raisonnement s'applique aux liaisons naFrance, le Portugal, ou la Hollande, ils tourn- turelles entre l'Angleterre et le Portugal. Il

eront en arrière de leurs établissements dans y a même une liaison naturelle entre l'Angle| les Mers du Sud sur les Indes Orientales de terre et la France sur beaucoup d'articles de

l'Angleterre, la France, le Portugal ou la Hol-commerce, si la jalousie des foux et dens gens lande. Ils auront deux grandes routes à aller mal instruits ne l'interrompoit perpétuelleet à retourner ; l'une à l'ouest de la Nouvelle ment. Je l'entendu d'une main sûre, que si Hollande et l'autre par les Isles entre la | l'Abbé Terray avoit continué dans le minisChine et la Nouvelle Hollande: et dans cette tère de la France, il y auroit ea un tarif entre dernière route, ils auront autant de routes la France et l'Angleterre, pour l'entrée, sur qu'il y a d'Isles, d'où il suit qu'il sera presqu'- des conditions plus favorables, des vins et des impossible à attrapper leurs vaisseaux, ou en articles des modes d'une nation, et les manuallant, ou en revenant. Toutes ces consé- factures de fer et des bleds de l'autre; et quences pourroient être empêchées dans le l'Angleterre pourroit avoir procuré le consentraité de confédération que Lord Rocheford tement du Portugal pour la dimunition de son proposoit; dans ce traité ou pourroit stipuler commerce de vins avec l'Angleterre, par que ces Isles appartiendront pour toujours à d'autres dédommagemens. L'Angleterre, en leurs anciens habitans; car assurément la na- faveur de la France, l'Espagne et le Portugal tion qui la première en prendra possession pouvoit même permettre l'exportation de ses commandera le commerce des Mers du Sud laines payant un droit à l'exportation, sans se et des Mers d'Asie. L'Europe voulant faire nuire. les Américains indépendants, est dans la si L'exportation de superfluité de laine feroit tuation d'un homme qui dort sur la glace et du bien aux propriétaires des terres en Anglen'est pas sensible que la glace se dégèle, et terre, au Roy en lui donnant une nouvelle taxe pour cette raison, pour donner plus de poids à et à ses trois nations étrangères en leur donla considération, on pourroit inviter la Hollandenant un article nécessaire pour leurs manufacet le Danemark qui ont des intérêts dans tous tures. les deux nouveaux mondes, d'être parties con Malheur pour l'humanité! L'Abbé Ter

« AnteriorContinuar »