Premiere [-neuvieme] lettre a Monsieur de Voltaire, Volúmenes 7-8

Portada

Dentro del libro

Comentarios de usuarios - Escribir una reseña

No hemos encontrado ninguna reseña en los sitios habituales.

Páginas seleccionadas

Otras ediciones - Ver todo

Términos y frases comunes

Pasajes populares

Página 181 - Sur tous mes frères morts se faisant un passage; Et de sang tout couvert échauffant le carnage Songe aux cris des vainqueurs, songe aux cris des mourants, Dans la flamme étouffés sous le fer expirants.
Página 311 - Le peuple saint en foule inondait les portiques ; Et tous, devant l'autel avec ordre introduits, De leurs champs dans leurs mains portant les nouveaux fruits, Au Dieu de l'univers consacraient ces prémices : Les prêtres ne pouvaient suffire aux sacrifices.
Página 269 - Elle remplit de fes gémiflements les bois & les montagnes qui font auprès du fleuve ; elle noya fes yeux de larmes, arracha fes beaux cheveux; elle oublia les guirlandes de fleurs qu'elle avoit accoutumé de cueillir, & accufa le Ciel d'injuftice. Comme elle ne...
Página 10 - O mont de Sinaï, conserve la mémoire De ce jour à jamais auguste et renommé, Quand, sur ton sommet enflammé, Dans un nuage épais le Seigneur enfermé Fit luire aux yeux mortels un rayon de sa gloire. Dis-nous pourquoi ces feux et ces éclairs, Ces torrents de fumée, et ce bruit dans les airs, Ces trompettes et ce tonnerre. Venait-il renverser l'ordre des éléments ? Sur ses antiques fondements Venait-il ébranler la terre ? UNE AUTRE.
Página 143 - L'air mugit, le jour fuit, une épaisse vapeur Couvre d'un voile affreux les vagues en fureur ; La foudre, éclairant seule une nuit si profonde...
Página 253 - La terre en retentit, leurs lances sont rompues : Comme en un ciel brûlant deux effroyables nues Qui, portant le tonnerre et la mort dans leurs flancs, Se heurtent dans les airs et volent sur les vents ; De leur mélange affreux les éclairs rejaillissent ; La foudre en est formée, et les mortels frémissent.
Página 249 - Mars commençoit, par le bruit des armes et par l'appareil frémissant de la guerre, à semer la rage dans tous les cœurs. La campagne étoit pleine de piques hérissées, semblables aux épis qui couvrent les sillons fertiles dans le temps des moissons.
Página 292 - Ainsi l'honneur des prés, les fleurs, présent de Flore, Filles du blond Soleil et des pleurs de l'Aurore, Si la faux les atteint, perdent en un moment De leurs vives couleurs le plus rare ornement. La troupe des chasseurs, au héros accourue, Par des cris redoublés lui fait ouvrir la vue : II cherche encore un coup la lumière des cieux, II pousse un long soupir, il referme les yeux, Et le dernier moment qui retient sa belle âme" S'emploie au souvenir de l'objet qui l'enflamme.
Página 322 - Du salpêtre en fureur l'air s'échauffe et s'allume Et des coups redoublés tout le rivage fume. Déjà du plomb mortel plus d'un brave est atteint Sous les fougueux Coursiers l'onde écume et se plaint. De tant de coups affreux la tempête orageuse Tient un temps sur les eaux la fortune douteuse, Mais Louis d'un regard sait bientôt la fixer.
Página 270 - Philoctète eut reçu le coup , qu'il tira sa flèche contre Amphimaque; elle lui perça le cœur. Aussitôt ses beaux yeux noirs s'éteignirent, et furent couverts des ténèbres de la mort...

Información bibliográfica