Histoire de Tancrède

Couverture
J.-L.-J. Brière, 1825 - 484 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Table des matières


Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 297 - Et quiconque aura quitté pour mon nom sa maison, ou ses frères, ou ses sœurs, ou son père, ou sa mère, ou sa femme, ou ses enfants, ou ses terres, en recevra le centuple, et aura pour héritage la vie éternelle.
Page 300 - Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi , n'est pas digne de moi ; et celui qui aime son fils ou sa fille plus que moi , n'est pas digne de moi.
Page 320 - Ce fut ainsi qu'il fit sa promesse, et l'empereur consentit à la recevoir. L'empereur jura ensuite en ces termes : « Moi, l'empereur Alexis, je « jure à Hugues le Grand et au duc Godefroi, et aux « autres chefs francs ici présens, que jamais de ma vie « je ne porterai préjudice à nul...
Page 203 - ... pétuosité , et s'étant écriés : « Kyrie eleison, » ô « Esprit saint, tu descendis sur eux en langues sé« parées les unes des autres, qui étaient comme de « feu, et qui se posèrent sur chacun d'eux *. Salut, « étoile de la mer, porte du ciel, qui publies l'enfan
Page 297 - Quiconque abandonnera pour mon « nom sa maison, ou ses frères, ou ses sœurs, ou son « père, ou sa mère, sa femme, ou ses enfants, ou ses « terres, en recevra le centuple, et aura pour héritage
Page 17 - Ajoutez- y encore d'autres hommes de la race de « Guiscard, Tancrède et les deux frères Guillaume « et Robert , dont le courage est pareil à celui des « lions de Phénicie, et qui sont alliés de Boémond « autant par les liens du sang que par leur ardeur à « faire la guerre. Celui-ci n'a point, comme jadis, « forcé aucun d'eux à le suivre ; vaincu par leurs sur> « plications, il les a transportés au-delà de la mer.
Page 389 - Tandis qu'il élait assis à terre, on lui apporta une épée franque, tout-à-fait mauvaise et émoussée, et couverte d'une affreuse rouille; on lui apporta en même temps une lance en aussi mauvais état, si même à force d'être gâtée elle ne faisait paraître l'épée meilleure. Corbahan l'ayant vue, dit : « Qui nous apprendra où l'on a trouvé ces armes, et « pourquoi on les vient apporter en notre présence ? » A quoi ceux qui les apportaient répondirent :
Page 308 - Saint-Gilles; celui-ci, possédant de grandes richesses, et comblé de biens temporels, vendit tout son avoir, et se résolut au voyage du saint sépulcre. Et voilà que présentement nous avons vu se réaliser ce qu'autrefois le Seigneur a promis par la bouche du prophète Isaïe : « Ne crai« gnez point, parce que je suis avec vous.
Page 156 - Je vais dire, ce que nous te propo« sons; c'est une autre condition, peut.»être plus fa« cheuse encore pour toi. Demain, quand l'aurore « brillera de ses premiers feux, ne doute point que « la guerre sera portée contre toi. Telles sont les pa« rôles que t'envoie le peuple latin. » CHAPITRE LXXXII. Réponse des Perses. TANDIS que Pierre adresse ces propositions aux Perses qui l'environnent, la troupe des chefs en rit, la foule du peuple en rit aussi, tous éclatent de rire devant ce malheureux,...
Page 299 - ... cipe; c'est pourquoi je dis que Dieu même l'a pro« noncée par vous, car c'est lui qui l'avait mise dans « votre sein. Qu'elle soit donc dans les combats votre « cri de guerre, car cette parole est issue de Dieu : « lorsque vous vous élancerez avec une belliqueuse « impétuosité contre vos ennemis, que dans l'armée « du Seigneur se fasse entendre généralement ce « seul cri : « Dieu le veut ! Dieu le veut ! Nous n'or...

Informations bibliographiques