Imágenes de página
PDF
ePub

se crut

frémir à la vue du danger où étoit le jeune Télémaque ; elle s'approche enveloppée d'un nuage clair qu'elle avoit formé de vapeurs fubtiles, dans le moment où Hippias sentant toute sa force victorieux ; elle couvrir le jeune nourrisson de Minerve de l'Egide que la fage Déesse lui avoit confié. Aussitôt Télémaque ,

dont les forces étoient épuisées, commence à se ranimer. A mesure qu'il se ranime , Hippias se trouble ; il fent je ne sais quoi de divin qui l'étonne & qui laccable. Télémaque le presse & l'attaque tantôt dans une fituation, tantôt dans une autre ; il l'ébranle , il ne lui laille aucun

moment pour se rassurer ; enfin il le jerte par terre & tombe sur lui. Un grand chêne du mont Ida, que la hache a coupé par mille coups dont toute la forêt a recenti , ne fait pas un plus horrible bruit en tombant ; la terre en gémit ; tout ce qui l'environne en est ébranlé.

Cependant la sagesse étoit revenue avec la forec hu-dedans de Télémaque. A peine Hippias fut-il tombé sous lui , que le fils d'Ulysse comprit la faute qu'il avoit faite d'attaquer ainsi le frere d'un des rois alliés qu'il étoit venu fecourir : il rappella luimême avec confusion les sages conseils de Mentor. Il eur honte de la victoire , & vit bien qu'il avoir mérité d'être vaincu. Cependant Phalante transporté de fureur , accouroir au secours de fon frere ; il eûc percé Télémaque d'un dard qu'il portoit , s'il n'eût craint de percer aufli Hippias, que Télémaque tenoir fous lui dans la poussiere. Le fils d'Ulysse eût pu fans peine ôter la vie à son ennemi ; mais fa colere étoit appaisée , & il ne fongeoit plus qu'à réparer sa faute, en montrant de la modération. Il se leve , en disant : 0 Hippias ! il me suffit de vous avoir appris à ne mépriser jamais ma jeunesse. Vivez., j'admire votre force & votre courage. Les Dieux m'ont protégé, cédez à leur puissance , ne fongeons plus qu'à combattre ensemble contre les Dauniens. Pendant que Tél maque parloit ainsi , Hippias fe relevoic couvert de poulliere & de fang , plein de honte & de sage, Phalante n'osoit ôter la vie à celui qui venoic

de

batants ; she trembles at the sight of the danger the young Telemachus is in ; she approaches involved in a bright cloud which she formed of subtle vapours the instant Hippias, conscious of his strength, thought himself victorious ; she covered Minerva's youthful pupil with the Ægis which the wife Goddess had encrusted to her. Telemachus, whose strength was exhausted , immediately begins to feel fresh vigour. As he revives, Hippias is dispirited, and finds himself cerrified and opprest by something divine. Telemachus presses hard upon him, attacking him sometimes in one posture and sometimes in another ; he makes him recl ; he gives him no time to recover himself; ar last he throws him on the ground and falls upon him. A huge Idæan oak, felled by a thousand strokes of the hatchet with which the whole forest resounded, does not make a more terrible noise in its fall; the earth groans; all things around it are shaken.

Mean while Telemachus recovered his reason as well as his strength. Hippias was scarcely fallen beneath him, when the son of Ulysses was sensible of che faulc he had been guilty of in thus assaulting the brother of one of the confederace kings whom he came to assist. He called to mind with confulion the wise counsels of Mentor ; he was ashamed of his victory, and perceived that he deserved to have been overcome. Mean time Phalantus , transported with fury, ran to his brother's assistance; and would have transfixed Telemachus with his javelin , had he not been afraid of transfixing Hippias also, whom Telemachus held under him on the ground. The son of Ulysses could easily have caken bis antagonist's life; but his anger was appeased, and he thought only of repairing his fault by shewing his moderation. He rises , saying. 0 Hippias ! I am fatisfied with having caught you not to despise my youth. Take your

life; I admire your strength and courage ; the Gods have preserved me; yield to their power, and lec us for the future only fight together against the Daunians. While Telemachus was speaking , Hippias got up,

besmeared

de la donnet fi généreusement à fon frere ; il étoie en suspens, & hors de lui-même. Tous les rois alliés accoururent ; ils menerent d'un côté Télémaque, & de l'autre Phalante & Hippias , qui ayant perdu sa fierté, n'osoit lever les yeux. Toute l'armée ne pou: voit allez s'étonner que Télémaque, dans un âge fi tendre, où les hommes n'ont point encore toute leur force, eûc pu renverser Hippias , semblable en force & en grandeur à ces géans enfans de la terre , qui tenterent autrefois de chasser d'Olympe les Immortels.

Mais le fils d'Ulysse écoit bien éloigné de jouir du plaisir de cetre victoire. Pendant qu'on ne poua voit se lasser de l'admirer, il se retira dans sa tente honteux de la faute ; & ne pouvant plus fe suppora ter lui-même, il gémissoit de fa promptitude. il reconnoissoit combien il étoit injuste & déraisonnable dans les emportemens : il trouvoit je ne sais quoi de vain , de foible & de bas dans certe hauteur démesurée : il reconnoisfoit que la véritable grandeur n'est que dans la modération, la justice , la modestie & l'humanicé : il le voyoit, mais il n'osoit espérer de fe corriger après tant de rechûres ; il étoit aux prises avec lui-même , & on l'entendoit rugir comme un lion furieux.

Il demeura deux jours renfermé seul dans sa tente, ne pouvant se résoudre à se rendre dans aucune foa ciété, & fe punissant lui-même. Hélas ! disoit-il, ofetai-je revoir Mencor ? Suis-je le fils d'Ulysse, le plus sage & le plus patient des hommes ? Suis - je venu porter la division & le désordre dans l'armée des alliés ? Est-ce leur sang ou celui des Dauniens leurs ennemis, que je dois répandre ? J'ai été tés méraire ; je n'ai pas même fu lancer mon dard ; je me suis exposé avec Hippias à forces inégales ; je n'en devois attendre que la mort , avec la honte d'être vaincu.. Mais qu'importe , je ne ferois plus ; non, je ne serois plus ce téinéraire Télémaque, ce jeune insensé , qui ne profite d'aucun conseil ; ma honte finiroit avec ma vie. Hélas ! si je pouvois au moins espérer de ne plus faire ce que je fuis

désolé

besmeared with dust and blood, and full of shame and rage. Phalantus not daring to take the life of him who had so generously given it to his brother, was doubtful and disordered. All the confederate kings ran to them, and led Telemachus one way, and Phalantus and Hippias another. Hippias had lost his fierce and haughty air , and was ashained to lift up his eyes. The whole army was greatly astonished that Telemachus had been able ar fo tender an age', when men are nor arrived at their full strength, to vanquish Hippias , who in might and bulk relembled the giants, those fons of earth, that formerly attempted to drive the Immortals from Olympus.

But the son of Ulysses was far, from receiving any pleasure from this

victory. While the army thought they could not fufficiently admire him, he retired to his tent ashamed of his fault , unable to support himfelf, and bewailing bis hastiness of temper. He was fensible how unjust and unreasonable he was in his transports ; he found great vanity , weakness and meanness in his unbounded haughtiness ceived that true greatness is inseparable from moderation, justice, modesty and humanity : He perceived this ; but not presuming to hope that he should amend after so many relapses , he was at war with himself, and was heard to roar like a lion in his fury.

He remained two days shut up all alone in his tenr , punishing and unable to prevail on himself to go into company. Alas ! said he , shall I dare to see Mentor again ? Am I the son of Ulysses, the wifest and most patient of men ? Did I come to bring disfention and disorder into the army of the allies ? Is it their blood, or that of the Daunians their enemies which I ought to shed ? I have acted rashly; I knew not even to throw my javelin ; I exposed myself in combat against Hippias with strength unequal, and should have expected nothing but death and the shame of being vanquished. And what of that? I should have been no more : no,' the'rash Telemachus , the senseless youth who does not profic by any advice , would have been no more ; my shame would

and per•

[ocr errors]

9

désolé d'avoir fait ! trop heureux ! trop heureux ! Mais peut-être qu'avant la fin du jour , je ferai & voudrai faire encore les mêmes fautes dont j'ai maintenant tanr de honte & d'horreur. O funeste victoire ! ô louanges que je ne puis souffrir , & qui font de cruels reproches de ma folie !

Pendant qu'il étoit seul & inconsolable, Neftor & Philoctere le vinrent trouver. Nestor voulur lui remontrer le tort qu'il avoit ; mais ce fage vieillard reconnoissanc bientôt la défolation du jeune homme changea fes graves remontrances en des paroles de tendresse pour adoucir son désespoir.

Les princes alliés étoient arrêtés par cette querelle , & ils ne pouvoient marcher vers les ennemis , qu'après avoir réconcilié Télémaque avec Phalante & Hippias. On craignoit à toute heure que les troupes des Tarentins n'attaquassent les cene jeunes Grétois qui avoient suivi Télémaque dans cette guerre :

tout étoit dans le trouble par la faute du feul Télémaque ; & Télémaque, qui voyoit tant de maux présens & de périls pour l'avenir dont il étoit l'auteur, s'abandonnoit à une dou leur amère. Tous les princes étoient dans un extrême embarras. Ils n'osoient faire marcher l'armée , de peur que dans la marche les Crétois de Télémaque, & les Tarentins de Phalance ne combattissent les uns contre les autres. On avoit bien de la peine à les retenir au-dedans du camp , où ils étoient gardés de près. Nestor & Philoctere alloient & revenoient sans cesse de la tente de Télémaque à celle de l'implacable Phalante , qui ne respiroit que la

vengeance. La douce éloquence de Nestor, & l'autorité du grand Philoctete ne pouvoient modérer ce

ceur farouche, qui étoit encore fans cefle irrité par les discours pleins de rage de son frere Hippias. Télémaque étoit bien plus doux ; mais il étoit abattu par une douleur que rien ne pouvoir confoler.

Pendant que les princes étoient dans cette agiration, toutes les troupes étoient consternées : tout le

« AnteriorContinuar »