Imágenes de página
PDF
ePub

qu'il vous loue, qu'il vous témoigne de la confiance, & qu'il n'oublie rien pour vous plaire. Pour Timocrate , il commence à n'être plus si bien avec Protéfilas ; il a fongé à se rendre indépendant. Protésilas en est jaloux, & c'est en partie par leurs différends que j'ai découvert leur perfidie.

Mentor fouriant , répondit ainsi à Idoménée : Quci donc! vous avez été foible , jusqu'à vous laisser tyran. nifer pendant tant d'années par deux traîtres dont vous connoiffiez la trahison? Ab! vous ne savez pas ,

rét pondit Idoménée, ce que peuvent les hommes artificieux sur un roi foible & inappliqué, qui s'est livré à eux pour toutes ses affaires. D'ailleurs, je vous ai déja dit que Procéfilas entre maintenant dans toutes vos vues pour le bien public.

Mentor reprit ainsi le difcours d'un air grave : Jo ne vois que trop combien les méchans prévalent sus les bons auprès des rois : vous en êtes un terrible exemple. Mais vous dites que je vous, ai ouvert les yeux fur Protesilas , & ils font encore fermés pour laisser le gouvernement de vos affaires à cet homme indigne de vivre. Sachez que les méchans ne sont point des hommes incapables de faire le bien : ils la font indifféremmene de même que le mal , quand il peut servir à leur ambition. Le mal ne leur coûte rien à faire , parce qu'aucun sentiment de bonté, ni aucun principe de vertu ne les recient; mais ausli , ils font le bien sans peine, parce que seur corruption les porte à le faire pour paroître bons, & pour tromper le reste des hommes A proprement parler , ils ne font pas capables de la vertu , lors même qu'ils par: roissent la pratiquer ; mais ils sont capables d'ajouter à tous les autres vices le plus horrible des vices, qui est l'hypocrisie. Tant que vous voudrez absolumene faire le bien , Prorésilas sera prêr à le faire avec vous pour conserver l'autorité. Mais si peu qu'il sente en vous de facilité à vous relâcher ,'il n'oubliera rien pour vous faire retomber dans l'égarement , & pour reprendre en liberté son naturel trompeur & féroce. Fouvez-vous vivre avec honneur & en repos, pendans qu'un tel homme, vous obséde à coure heure , & que

that he praises you , that he pretends to repose a confidence in you, and does every thing to please you. As for Timocrates , he begins to lose the good graces of Protesilaus , having had thoughts of rendering himself independent. Protesilaus is jealous of him, and it was partly by their differences that I discover ed their perfidy.

Have you then , said Mentor to Idomeneus with a smile, been so weak as to suffer yourself to be ty. rannized over for so many years by two craycors , whose treasons you knew! Ah! you know not , replied Idomeneus , the ascendant which artful men have over a weak and idolent prince , who gives up the management of his affairs to them. Belides, I have told you already , that Protesilaus now enters into all your schemes for the public good.

Mentor with a grave air proceeded thus : I but too plainly see how much the wicked prevail over the good in the courts of kings : You are a sad example of it. But you say that I have opened your eyes as to Protesilaus, and yet chey are still so far closed, as to leave the administracion of your affairs to him, though he is not worthy to live. Know that the wicked are not incapable of doing good : They do that, or evil , indifferently, when it subferves their ambition. They do themselves no violence in commirting evil, because no sentiment of goodness, nor no principle of virtue with-holds them ; neither is it any pain to them to do good , because their dePravity inclines them to do it in order to seem good , and thereby impose upon the rest of mankind. Properly speaking , they are incapable of virtue , though they appear to practise it ; but to che rest of their vices they are capable of adding hypocrisy, the mot detestable of all. As long as you are absolutely decermined to do good, Protesilaus will be ready to do it also, in order to preserve his authority; but if he finds you ever so little inclined to Nacken , he will use all arts to make you relapse into your errors that he may be ac liberty to resume his fraudful and cruel disposition. Can you live with honour and in BS

peace ,

vous savez le sage & le fidele Philocles pauvre & déf honoré dans l'ifle de Samos?

Vous reconnoissez bien , Ô Idoménée, que les hommes trompeurs & hardis qui font présens, entraînent les princes foibles. Mais vous deviez ajouter que les princes ont encore un autre malheur , qui n'est pas moins dre ; c'est celui d'oublier facilement la vertu & les services d'un homme éloigné. La multitude des hommes qui environnent les princes , est caufe qu'il n'y en a aucun qui fasse une impression profonde fur" eux : ils ne sont frappés que de ce qui est présent ģ & qui les flatte ; tout le reite s'efface bientôt. Sure tour la vertu les touche peu , parce que la vertu loin de les flatter, les contredit & les condamné dans leurs foiblesses. Faut - il s'étonner, s'il ne font point aimés, puisqu'ils n'aiment rien que leur graudeur & leurs plaisirs ?

Fin du Treizieme Liyre.

peace , while such an one is hourly about you, and you know that the wise the faithful Philocles lives in poverty and disgrace in the island of Samos?

You ingenuously acknowledge , Idomeneus, that bold and wily men who are present, have an absoluce aseendant over weak princes ; but you ought to add , that princes labour under another and no less an unhappiness, the easily, forgetting the virtue and servia ces of the absent. The multicudes who surround princes, are the caufe that no one makes a deep impresa fion'upon them: They are struck only with what is present and flaccers chem: every thing else is foon effaced. Virtue especially but slightly affects them , because virtue , instead of Hattering them , contradicts and condemns them for their follies. And is it any wonder that they are not beloved, since they love noching but their grandeur and cheir pleasures ?

End of the Thirteenth Book,

[ocr errors][merged small]

A VENTURES

DE
T ÉLÉM A QUE,
FILS D’U L YSS E.

LI V RE

QUATORZIEME.

SOM MAIRE.

Mentor oblige Idoménée à faire conduire Protéfilas:

& Timocrate en l'ise de Samos, & à rappeller Philocles s pour le remettre en honneur auprès de luin Mégésippe', qui est chargé de cet ordre l'exécute avec joie : il arrive avec ces deux hommes de Samos, il revoit son ami: Philoclès content d'y mener une vie pauvre & folitaire. Celui-ci ne cona sent qu'avec beaucoup de peine à retourner parmi les: Siens : mais après avoir reconnu que les Dieux le veulent , il s'embarque avec Hégésippe, & arrive at Salente, Idoménée , qui n'est plus le même homme, le reçoit avec amitié.

fuada à Edoménée qu'il falloit au plutôt chaffer Protésilas & Timocrare , pour rappeller Philoclès. L'unique difficulté qui arrêcoir le roi, c'est qu'il craignoit la sévérité de Philoclės. J'avoue, disoit - ily, que je ne puis m'empêcher de craindre un peu

quoique je l'aime & que je l'estime. Je suis , depuis ma tendre jeunesse , accoutumé à des louanges , à des empressemens , å des complaisances, que je ne saurois espérer de trouver

dam

son retour,

« AnteriorContinuar »