Imágenes de página
PDF
ePub

Après avoir parlé ainsi, Télémaque ne répondit plus rien à ceux qui continuoient de l'élever jusqu'au ciel ; & par un air d'indifférence, il arrêta bientôc les louanges qu'on lui donnoit. On commença à craindre de le fâcher en le louant ; mais l'admiration augmenta , touc le monde sachant la tendresse qu'il avoit témoignée à Pisistrare , & le foin qu'il avoit pris de lui rendre les derniers devoirs. Toute l'armée fur plus couchée de ces marques de la bonté de son cæur , que de tous les prodiges de sagesse & de valeur qui venoient d'éclater en lui. Il est sage , il est vaillant, se disoient-ils en secrec les uns aux autres ; il est l'ami des Dieux, & le vrai héros de notre âge ; il est au-dessus de l'humanité. Mais tout cela n'est que merveilleux, tout cela ne fait que nous étonner : il est humain, il est bon, il est ami fidele & cendre ; il est comparissant , libéral , bienfaifant , & tout entier à ceux qu'il doit aimer : il est les délices de ceux qui vivent avec lui; il s'est défait de sa hauceur, de son indifférence & de fa fierté. Voilà ce qui est d'usage , voilà ce qui touche les cæurs,

voilà ce qui nous attendrit pour lui , & nous rend sensibles à toutes ses vertus ; voilà ce qui fait que nous donnerions tous nos vies pour lui.

A peine ces discours furent-ils finis, gri'on se hâca de parler de la nécessité de donner un roi aux Dauniens. La plupart des princes qui étoient dans le conseil , opinoient qu'il falloit partager entre eux.ce pays, comme une terre conquise. On offrit à Télémaque, pour sa part, la fertile contrée d'Arpi , qui porte deux fois l'an les riches dons-de Cérès, les doux présens de Bacchus , & les fruits coujours verds de l'olivier consacré à Minerve. Cette terre lui disoite on , doit vous faire oublier la pauvre Ithaque avec ses cabanes , & les rochers affreux de Dulichie, & les bois sauvages de Zacynthe. Ne cherchez plus ni votre pere , qui doit être péri dans les flors au promontoire de Capharée, par la vengeance de Nauplius , & par la colere de Neptune ; ni votre mere que ses amans possedent depuis votre départ ; ni votre patrie , donc la terre n'est point favorisée du ciel, comme celle que Nous vous offrons. Il écoucoit patiemment ces dis

cours ģ

those who continued to excol him to the skies and by an air of indifference quickly put a stop to the encomiums they bestowed upon him. They began to apprehend that their praises were offensive ; but their admiration increased, every one knowing the tenderness he had shewed for Pisistratus , and the care he had taken to pay him the last offices of friendship. The whole army was more affected with these marks of the goodness of his heart, than with the amazing proofs he had given of his wisdom and valour. He is tvise, he is valiane, said they in private to each other; lie is beloved of the Gods, and the true hero of our age; he is more than human. But all this is only marvellous and matter of astonishment. He is humane ,

he is good, he is a faithful and affectionate friend; he is compaffionate , liberal , beneficent, and wholly theirs whom he ought to love ; he is the delighc of those who live with him ; he has diverted himself of his haughtiness , indifference and pride. This is what is useful , this is what touches the heart , this is what endears him to us, and makes us affected with all his virtues : This is what makes us all ready to lay down our lives for him.

As soon as these discourses were ended, the council considered the necessity of giving the Daunians a king. Most of the princes who were present , were of opinion that they ough co divide Daunia , as a conqu’red country, among themselves ; and they offered Telemichus for his share the fertile territory of Arpi which twice in a year yields the rich presents of Ceres, the delicious gifts of Bacchus, and the ever verdant fruirs of the olive , a tree sacred to Minervan This country, said they, ought to make you forget the barren Ithaca and its cottages, the frigh(ful rocks of Dulichium , and the savage woods of Zacynthus. Go no longer in quest of your father, who without doubt perished in the waves at the promontory of Caphareus, through the vengeance of Nauplius and the wrath of Neptune ; nor of your mother, who has yielded to her suitors since your departure ; nor of your country, whose soil is not fo favoured of hea

M 3

ven

Ges offres.

cours ; mais les rochers de Thrace & de Thessalie ne fonc pas plus sourds ni plus insensibles aux plaintes des amans désespérés, que Télémaque l'étoit à toutes

Pour moi, répondir-il , je ne suis touché pi de ri. cheffes ni de délices. Qu'importe de posséder une plus grande étendue de terre , & de commander à un plus grand nombre d'hommes ? On n'en a que plus d'embarras & moins de liberté. La vie est allez pleine de malheurs pour les hommes les plus Tages & les plus modérés, sans y ajouter encore la peine de gouverner les autres hommes. indociles , inquiets, injuftes, trompeurs & ingrats. Quand on veut être le maître des hommes pour l'amour de soi-même, n'y regardant que fa propre autorice, ses plaisirs & sa gloire , on est impie , on eft tyran , on est le fléau du genre humain. Quand, au contraire, on ne veut gouverner les hommes , que selon les vraies regles pour leur propre bien, on est moins leur maure que leur cuteur ; on n'en a que la peinc, qui est infinie , & on est bien éloigné, de vouloir étendre plus loin son autorité. Le berger, qui ne mange point le troupeau, qui le défend des loups en exposant sa vie, qui veille nuit & jour pour le conduire. dans les bons pâțurages , n'a point d'envie d'augmenter le nombre de ses moutons, & d'enlever ceux du voifin ; ce feroit augmenter sa peine. Quoique je n'aie jamais gouverné, ajoutoit Télémaque , j'ai appris par les loix, & par les hommes sages qui les ont faites, combien il est pénible de conduire les villes & lés royaumes. Je suis donc conrens de ma pauvre Ithaque; quoiqu'elle soit petite & pauvre, j'aurai affez de gloire, pourvu que i'y regne avec justice, piété & courage. Encore même n'y régnerai-je que trop tôt. Plaise aux Dieux, que mon pere, échappé à la fureur des vagues, y puisse régner jusqu'à la plus extrême vieillesse, & que je puisfe long-temps apprendre fous lui comment il faut vaincre ses passions , pour savoir modérer celles de cour un peuple.

Ensuite Télémaque dic : Ecoutez ô princes as femblés ici, ce que je crois vous devoir dire pour

ven as that which we offer you. He heard these discourses with patience ? but the rocks of Thrace and Thessaly are not more deaf and insensible to the plaints of despairing lovers, than Telemachus was to all these offers.

For my part , replied he, I am not affected with riches and pleasures. What profics it to possess a greater extent of land, and to govern a greater number of men ? The prince thereby buc increases his troubles and lessens his liberty. Even the wisest and most moderate persons find mifery enough in life, without adding to ic the toils of governing intractable, restless, unjust, false and ungrateful men. When a man seeks to be the master of others for his own fake, and regards nothing but his own authority, pleafures and glory; he is impious, and a cyrant , and the scourge of the human race. When on the confrary he endeavours to govern them according to right maxims, and only for their own good, he is noc fo much their master as their guardian; he gets nothing by it but infinite trouble, and is far from desia sing to stretch his authority farther. The shepherd who does not prey upon his flock, who defends. ic agaiost wolves at the hasard of his life, and watches both night and day to lead it into rich pastures, has. no desire to increase the number of his sheep , nor to leize on those of his neighbour; this were to increase his toils. Though I have never governed ; added Telemachus , yer have I learnt from laws and wise legislators , how painful an office it is to rule cities. and kingdoms. I am therefore contended with my barren Ichaca. Though it be small and barren, I shall acquire sufficient glory, if I reign over it with. justice, piecy and courage. My reign will even commence but too soon, The Gods grant that my father, escaping the fury of the billows, may reign over ic to the extremest old age, and that I may long learn under him how to subdue my passions , in order to know how to govern those of a whole nation!

Telemachus then said, Hear , ye assembled princes, what I think myself obliged to say to you for your

[ocr errors]

entre

votre intérêr. Si vous donnez aux Dauniens un roi juste , il les conduira avec justice, il leur apa prendra combien il est utile de conferver la bonne foi , & de n'usurper jamais le bien de ses voifins. C'est ce qu'ils n'ont jamais pu apprendre sous l'impie Adraste. Tandis qu'ils seront conduits par un roi fage & modéré, vous n'aurez rien à craindre. Ils vous devront ce bon roi que vous leur aurez donné : ils vous devront la paix & la prof. périté dont ils jouiront. Ces peuples , loin de vous attaquer, vous béniront fans ceffe, & le roi & le peuple seront l'ouvrage de vos mains. Si au contraire voulez partager

leur

pays VOUIS voici les malheurs que je vous prédis. Ce peuple poussé au désespoir recommencera la guerre ; il combattra justement pour sa liberté , & les Dieux , ennemis de la tyrannie , combattront avec Jui. Si les Dieux s'en mêlent , tôt ou tard vous serez confondus & vos prospérités se dissiperont comme la fumée. Le conseil & la sagesse feront ôtés à vos chefs, le courage à vos armées , l'abondance à vos

Vous vous flatrerez , vous serez téméraires dans vos entreprises, vous ferez caire les gens de bien qui voudroit dire la vérité ; vous tomberez tout-à-coup ; & l'on dira de vous : Sont-ce donc là ces peuples florissans qui devoient faire la loi à toute la terre ? Et maintenant ils fuient devant Icurs ennemis ; ils sone le jouet des nations qui les foulent aux pieds. Voilà ce que les Dieux ont fait : voilà ce que méritent les peuples injustes, superbes & inhumains.

De plus, considérez que, si vous entreprenez de partager entre vous cette conquête, vous réunissez

tous les peuples veisins. Votre ligue , formée pour défendre la liberté commune de l'Herpérie contre l'ufurpateur Adraste , deviendra odieuse ; & c'est vous-mêmes que tous les peuples accuseront avec raison, de vouloir ufurper la tyrannie universelle. Mais je suppose que vous soyez victorieux & des Dauniens & de tous les autres peuples , cette victoire

terres.

contre vous

« AnteriorContinuar »