Imágenes de página
PDF
ePub
[ocr errors]

le jeune Grec perce d'un trait Périandre à la gorge ; le fang , qui coule à gros bouillons de fa large plaie , étouffe sa voix ; ses chevaux fougueux, ne sencant plus sa main défaillante, & les rênes flottant sur leur cou , l'emportent ça & là; il combe de dessus son char,

les yeux fermés à la lumiere, & la pâle mort étant déjà peinte fur fon visage défiguré. Télémaque eut pitié de lui; il donna aullitôt son corps à fes domestiques , &"garda, comme une marque de sa victoire, la peau du lion avec sa massue.

Ensuice il cherche Adraste dans la mêlée ; mais , en le cherchant, il précipice dans les enfers une foulé de combattans ; Hilée, qui avoit attelé à son char deux coursiers semblables à ceux du soleil, & nourris dans les vastes prairies qu'arrose l’Aufide : Démo, léon, qui, dans la Sicile, avoit autrefois presque égalé Erix dans les combats du ceste : Crantor, qui avoic été hôte & ami d'Hercule , lorsque ce fils de Jupiter , passant dans l'Hespérie , y ôra la vie à l'infame Car cus : Ménécrate, qui ressembloir, disoit-on , à Pola lux dans la lutte : Hippocon, Salapien, qui imitoie l'adresse & la bonne grace de Castor pour mener cheval : le fameux chasseur Eurimede toujours reint du sang des ours & des sangliers, qu'il cuoir dans les sommets couverts de neiges du froid Apennin, & qui avoit été, disoit-on, li cher à Diane, qu'elle lui avoit appris elle-même à tirer des fleches : Nicostrate , vainqueur d'un géant qui vomissoit le feų dans les rochers du mont Gargan : Eléanche, qui devoit épouser la jeune Pholoé, fille du fleuve Liris. Elle avoit été promise par son pere à celui qui la délivreroit d'un serpenc aîlé, qui écoit né sur le bord du fleuve, & qui devoir la dévorer dans peu de jours, suivant la prédiction d'un oracle. Ce jeune homme, par un excès d'amour se dévoua pour tuer le monstre : il réussic ; mais il ne pur goûrer le fruit de fa victoire ; & pendant que Pholoé, se préparant à un doux hymenée , attendoit impatiemment Eléante elle apprit qu'il avoit suivi Adraste daus les combars , & que la parque avoir tranché cruellement ses jours. Elle remplit de ses gémillemens les bois &

les

un

[ocr errors]
[ocr errors]

while the young Greek wounds Periander in the throat with a dart; the bubbling blood spouts from the gaping wound and stops his voice ; his fiery steeds no longer feeling his fainting hand, and the reins flowing on their necks, carry him here and there ; he falls from his chariot ; his eyes are closed against the light, and pallid death is already stamped on his ghastly visage. Telemachus pitied him, and immediately gave his body to his domestics ; keeping the club and lion's skin as a coken of his victory.

He then seeks Adrastus in the throng, and in seeking him sends a croud of warriors to hell : Hileus, whose car was drawn by a pair of steeds, which resema bled those of the Sun, and were bred in the spacious meadows which the Aufidus waters : Demoleon, who in Sicily did heretofore almost equal Eryx in the combat of the cæltus : Crantor, who was the host and friend of Hercules, when that son of Jupiter, in his way through Hesperia , deprived the infamous Cacus of his life : Menecrates, who was said to resemble Pollux in wrestling, : Hypocoon the Salapian , who imitated Castor's address and graceful manner in the management of a steed : Eurymenides the famous hunter, who was always besmeared with the blood of bears and wild boars, which he killed on the snowy tops of the cold Appenine, and who was said to be lo dear to Diana that she herself taught him the art of shooting with arrows : Nicostratus, the vanquisher of the giant, who used to vomit fire on the rocks of moune Garganus : Eleanthus, who was to marry young Pholoe, daughter of the river Liris. She had been promised by her father to him that should deliver her from a winga. ed serpent, which was engendered on the banks of the river, and was to devour herin a few days, according to the prediction of an oracle. This youth, thro' an excess of love , made a vow to kill the monster or to perish in the attempo; he succeeded, but did not taste the fruits of his victory. For while Pholoe was preparing for her happy nuptials, and impatiently expected Eleanthus , she heard that he had followed Adrastus to the war, and that the Facal sisters had cruelly cut the thread of his Tom. II.

L

life

les montagnes qui sont auprès du fleuve ; elle noya ses yeux de larmes , arracha ses beaux cheveux ; elle oublia les guirlandes de fleurs qu'elle avoit accoutume de cueillir , & accusa le ciel d'injustice. Comme elle ne cessoic de pleurer nuit & jour, les Dieux couchés de ses regrets, & par les prieres du fleuve, mireng fin à sa douleur. A force de verser des larmes,

elle fut couc-à-coup changée en fontaine , qui , coulant dans le fein du fieuve ya joindre les eaux à celles du Dieu fon pere. Mais l'eau de cette fontaine est encore amere ; l'herbe du rivage ne fleurit jamais , & on ne trouve d'autre ombrage, que celui des cyprès sur ces tristes burds.

Cependant Adraste, qui apprit que Télémaque répandoit de cous côtés la terreur , le cherchoir avec em, pressement ; il espéroit de vaincre facilemenç le fils d'Ulysse dans un âge encore si tendre , & il menoit autour de lui crente Dauniens d'une force, d'une adresse & d'une audace extraordinaires, auxquels il avoit promis de grandes récompenses , s'ils pouvoient dans le com. bar faire périr Télémaque , de quelque maniere que ce pâc être. S'il l'eût rencontré dans ce moment du combat, sans doute ces trente hommes environnanc le char de Télémaque , pendant qu'Adraste l'auroit attaqué de front , n'auroient eu aucune peine de le tuer ; mais Minerve les fic égarer.

Adraste crur voir & entendre Télémaque dans un endroit de la plaine, enfoncé au pied d'une colline , où il y avoir une foule de combatcans ; il court , il vole, il veut se raslasier de fang: mais au lieu de Télémaque, il trouve le vieux Nestor , qui d'une main tremblante jetroit au hasard quelques traits inutiles. Adraste, dans la fureur , veut le pereer ; mais une troupe de Pyliens fe jetra, autour de Nestor.

Alors une nuée de traits obscurcic l'air , & couvrir tous les combattans ; on n'encendoir que les cris plajnçifs des mourans, & le bruic des armes de ceux qui comboient dans la mêlée; la terre gémissoit sous un monceau de corps morts ; des ruisseaux de sang couloient de toutes parts. Bellone & Mars , avec les Furies infernales, vêçues de robes toutes dégouttantes de fang, repaissoient

leurs

life. She filled the woods and the mountains near the river with her wailings; her eyes swam in tears ; she tore off her lovely tresses; she neglected the flowery garlands she used to gather, and taxed the heavens with injustice. As she wept incessantly both night and day, the Gods moved by her sorrows, and by the prayers of the river, put an end to her grief : For she poured forth such floods of tears , that she was suddenly changed into a fountain , which gliding into the bosom of the river, mingles her stream with that of the God her father. But the water of this fountain is ftill bitter; nor springs the grass on its banks ; nor is there any. shade but that of the cypress on its melancholy borders.

Adrastus in the mean time hearing that Telemachus spread terror all around him, fought him with great eagerness, he expected that he should easily conquer so young an adversary, being surrounded by thirty Daunians of extraordinary strength, dexterity, and courage , to whom he had promised great rewards, if they could by any means whatever destroy Telemachus in the bacıle. Had they then mer him, these thirty men, by environing Telemachus's chariot while Adrastus arcacked him in the front, would undoubtedly have slain him without any difficulty, but Minerva mified them.

Adrastus thought that he saw and heard Telema.. chus in a valley at the foot of a hill, where there was a crowd of combattants; he runs, he Aies , he longs ro fate himself with blood; but instead of Telemaehus he finds the aged Neftor, who with a trembling hand was throwing some random unavailing darts. Adrastus in his rage attempts to kill him, but a band of Pylians poured around their king.

Hereupon a cloud of arrows darkened the air, and hid all the combatants ; nothing was heard but the doleful cries of the dying, and the clattering of the arms of those who fell in the conflict; the earth groaned beneach an heap of dead, and rivers of blood streamed every where. Bellona and Mars with the infernal Furies, clad in robes all dropping with gorc, feasted their cruel eyes on the sight, and incessantly

enewed

[ocr errors]

( INSA

leurs yeux cruels de ce spectacle, & renouvelloient sans celle la rage dans les ceurs. Ces Divinités ennemies des hommes repoussoient loin des deux partis la pitié. généreuse, la valeur modérée , la douce humanité. Ce n'étoit plus, dans cet amas confus d'hommes acharnés les uns sur les autres, que massacre , vengeance, dés sespoir & fureur brutale. La fage & invincible Pallas elle-même l'ayant vu , frémic & recula d'horreur.

Cependant Philoctere marchant à pas lens, & tenant dans la main les fleches d'Hercule , s'avançoit au secours de Nestor. Adraste n'ayant pu atreindre le divin vieilJard, avoit lancé ses traies sur plusieurs Pyliens, auxquels il avoit fait mordre la poussiere. Déjà il avoit abattu Eulilas, si léger à la course , qu'à peine il imprimoit la trace de ses pas dans le sable , & qui devançoic dans son pays les plus rapides flors de l'Eurotas & de l'Alphée. A ses pieds étoient tombés Entiphron, plus beau qu'Hylas, & aussi ardent chasseur qu'Hippolyte; Prérélas, qui avoit suivi Nestor au siege de Troye, & qu'Achille même avoit aimé à cause de son courage & de sa force ; Aristogiton, qui , s'étant baigné dans les ondes du fleuve Achélous, avoir reçu secrettement de ce Dieu la vercu de prendre coutes sortes de formes : en effet , il étoie si fouple & si prompt dans tous ses inouvemens, qu'il échappoic aux mains les plus fortes. Mais Adraste, d'un coup de lance , le rendit immobile , & son ame s'enfuit d'abord avec son sang.

Neftor, qui voyoit tomber les plus vaillans capitaines sous la main du cruel Adraste, comme les épis dorés, pendant la moisson, tombene sous la faux tranchante d'un infacigable moissonneur, oublioic le danger où il exposoit inutilement sa vieillesse. Sa sagesse l'avoir quit. té ; il ne fongeoit plus qu'à suivre des yeux Pisistrate , son fils, qui de son côté foutenoit avec ardeur le combat, pour éloigner le péril de fon pere : mais le inoment fatal écoic venu , où Pisistrate devoir faire fentir à Nestor, combien on est souvent malheureux d'avoir trop vécu.

Pisistrate porta un coup de lance si violent contre Adraste , que le Daunien devoit succomber ; mais il l'évita ; & pendant que Pisistrare, ébranlé du faux coup qu'il avoic donné, ramenoit sa lance, Adraste

1

« AnteriorContinuar »