Imágenes de página
PDF
ePub

22614. - PARIS, TYPOGRAPHIE A. LAHURE

Rue de Fleurus, 9

[merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][graphic][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small]

PRÉFACE

Ce livre est le remaniement de plusieurs articles que je publiai, il y a plus de trente ans, dans la Bibliothèque de l'École des Chartes. Je fis connaissance avec le personnage qui en est le sujet pendant que je recueillais les matériaux de mon édition des procès de Jeanne d'Arc. Sans avoir été l'un des compagnons d'armes de la Pucelle, Rodrigue de Villandrando faisait parler de lui dans le temps qu'elle parut. Je le trouvai tant de fois mentionné avant et après les événements de 1429, que je me persuadai qu'un homme dont le nom revenait si souvent avait rempli un rôle imporlant. Je profitai de la correspondance et des déplacements auxquels m'obligeait la préparation de mon grand travail pour me renseigner, par la même occasion, sur ce Rodrigue. En peu

de temps j'eus réuni assez de matériaux pour voir se for

mer un ensemble qui me parut suceptible d'être mis en vuvre.

Je croyais alors avoir épuisé la matière. Lorsque ma notice eut vu le jour, je m'aperçus combien j'étais loin de compte. Comme il arrive à ceux qui ne sont pas rompus aux pratiques de l'érudition, j'avais négligé des sources de première importance. D'autres, auxquelles je m'étais adressé, avaient été de ma part l'objet d'un mauvais emploi. Et puis le sujet s'étendait bien au delà des limites où s'étaient renfermées mes recherches. Cet étranger a laissé des traces dans une infinité de lieux où je ne 'soupçonnais pas qu'il fût allé. J'en acquis la preuve par le nombre de textes nouveaux qui me furenl signalés depuis. Je tins registre de tout ce qui se présentait, et c'est à l'aide de ce supplément d'informations que je reviens sur un récit qui est devenu inexact dans un trop grand nombre de ses parties.

Je confesse sans regret et sans honte l'insuffi sance de mon premier travail, d'abord parce que, lorsqu'il parut, il était tout ce que j'avais pu faire de mieux ; ensuite parce que, tel qu'il fut, il répandit la connaissance d'un nom à peu près ignoré, el que c'est grâce à ce que l'attention avait été éveillée sur lui qu'eurent lieu les découvertes dont je profite aujourd'hui.

« AnteriorContinuar »