Imágenes de página
PDF
ePub

the Department of Justice, and we have so personal a knowledge of this law that we also can speak authoritatively on the subject. I affirm that the interpretation of this law propounded by the British Counsel is absolutely contrary to the interpretation recognized in the United States.

I beg to call attention to the expressions of the temporary Act of 1838, reported by myself to the Congress of the United States. That Act allows the seizure "of any vessel or vehicle," armed or unarmed, when there are any circumstances which give probable cause to believe that such "vessel or vehicle" is intended for military operations against a foreign State. (United States Statutes, vol. v, p. 213.)

This Act had been drawn up according to the received interpretation of the permanent Act.

It follows that the whole structure of criticism which is built up by the Counsel on the subject of the preventive powers of the President of the United States falls to the ground. He supposes that that power is limited to the case of an armed vessel, because he supposes that the penal clauses have only that extent. He is mistaken on both points. The preventive powers of the President apply to all cases within the Act, to "all the prohibitions and penalties of the Act." Now the Act does not require that the vessel should be armed; it is sufficient that its owner should have an intention of employing it in acts of hostility against a Power friendly to the United States.

The case of Gelston vs. Hoyt, cited by the British Counsel, relates only to the manner of exercising the preventive powers of the law, and in no way affects the powers themselves.

In the documents annexed to the Counter Case of the United States will be found numerous examples of the exercise of this preventive power by the President. The fact of being armed or not is only a cir cumstance which bears with more or less weight on the real question,— that of the intentions of the owner of the vessel.

The British Counsel enumerates the cases in which adventurers have at different dates evaded the American law.

We have protested in our Argument, and we continue to protest,

la Justice, et nous avons de cette loi une connaissance si personnelle que nous aussi pouvons en parler d'autorité. J'affirme que l'interprétation de cette loi émise par le conseil est absolument contraire à l'interprétation reconnue aux États-Unis.

J'appelle l'attention sur les expressions de la loi temporaire de 1838, rapportée par moi-même au Congrès des États-Unis. Cette loi permet la saisie "de tout vaisseau ou véhicule," armé ou non-armé, quand il y a des circonstances quelconques qui permettent de croire que ce "vaisseau ou véhicule" est destiné à des opérations militaires contre un état étrangeré. (United States Statutes, vol. v, p. 213.)

Cette loi avait été rédigée selon l'interprétation reçue de la loi permanente.

Il s'ensuit que tout l'échafaudage de critique que le conseil construit au sujet des pouvoirs préventifs du Président des États-Unis s'écroule. Il suppose que ce pouvoir est limité au cas d'un vaisseau armé en guerre, parcequ'il suppose que les clauses pénales n'ont que cette étendue. Il se trompe sur chaque point. Le pouvoir préventif du Président s'applique à tous les cas de la loi, à "toutes les prohibitions et pénalités de la loi." Or, la loi n'exige pas que le vaisseau soit armé en guerre; il suffit que son propriétaire ait l'intention de l'employer dans des actes d'hostilité contre un état ami des Etats-Unis.

Le cas de Gelston vs. Hoyt, cité par le conseil, ne touche que la manière d'exercer les pouvoirs préventifs de la loi, et il n'affecte en rien les pouvoirs eux-mêmes.

Dans les pièces justificatives annexées au contre-mémoire des États-Unis se trouvent de nombreux exemples de l'exercice de ce pouvoir préventif par le Président. Le fait d'être armé ou non n'est qu'une circonstance qui pèse avec plus ou moins de poids sur la vraie question, la question des intentions du propriétaire du vaisseau.

Le conseil énumère les cas, de dates diverses, où des aventuriers se sont soustraits à la loi américaine.

Nous avons protesté dans notre plaidoyer, et nous persistons à protester, contre

against the applicability of such arguments. England is before the Tribunal, charged with having been wanting in the due diligence required by the Conventional Rules of the Treaty of Washington. Whether America has failed or not in her neutral duties according to the law of nations, is not the question submitted to the Tribunal. America will answer for her acts at the proper time and place to those whom they may have injured.

The Counsel has quoted extracts from the correspondence of officers of the United States having reference to legal questions, which arise from time to time in the application of the law. These questions are, doubtless, similar to questions which arise in England. Unfortunately, the American law, though anterior to the English one, originates in a school of legislation common to both countries, which gives much work both to the lawyers and to the Courts.

We have discussed these questions in our Argument. But we cannot discuss in detail all these facts laboriously amassed by the British Counsel without longer preparation, which we do not wish to ask of the Tribunal.

The capital question is that of the powers of the President. The matter is elucidated by Dana. He says:

As to penalties and remedies, parties guilty are liable to fine and imprisonment; and the vessel, her apparel and furniture, and all materials procured for the purpose of equipping, are forfeit. In cases of suspicion revenue officers may detain vessels, and parties may be required to give security against the hostile employment; and the President is allowed to use the Army and Navy or militia, as well as civil force, to seize vessels, or to compel offending vessels, not subject to seizure, to depart from our ports. What vessels shall be required to depart is left to the judgment of the Executive. (Argument of the United States, p. 168.)

A single example is sufficient to give an idea of the admitted extent of the powers of the President.

Spain was having built, in the ship-yards at New York, thirty gunboats, intended to operate against the insurgents of the island of Cuba.

l'opportunité de tels arguments. L'Angleterre est devant le tribunal, accusée d'avoir manqué aux dues diligences des règles conventionnelles du traité de Washington. Si l'Amérique a failli ou non à ses devoirs de neutralité d'après le droit des gens, là n'est pas la question soumise au tribunal. L'Amérique répond en temps et lieu de ses actes à ceux à qui ils ont pu nuire.

Le conseil a cité des extraits de la correspondance des officiers des États-Unis, ayant rapport aux questions légales, qui surgissent de temps en temps dans l'application de la loi. Ces questions sont, sans doute, analogues aux questions qui se présentent en Angleterre. Malheureusement la loi américaine, quoique antérieure à la loi anglaise, sorte d'une école de législation commune aux deux pays, ce qui donne beaucoup à faire aux jurisconsultes et aux tribunaux.

Nous avons discuté ces questions dans notre plaidoyer. Mais nous ne pouvons discuter en détail tous ces faits, laborieusement amassés par le conseil, sans une plus longue préparation: ce que nous ne voulons pas demander au tribunal.

La question eapitale est celle des pouvoirs du Président. La matière est élucidée par Dana. Il dit:

"Quant aux peines et aux réparations à infliger, les coupables sont passibles d'amende et d'emprisonnement, et le navire, son équipement et ses meubles, ainsi que tous les matériaux fournis pour son équipement, sont confisqués. En cas de soupçon, les employés des douanes peuvent détenir les navires, et l'on peut exiger que les parties intéressées fournissent caution pour répondre qu'elles ne l'emploieront point à des actes d'hostilité; et le Président a la faculté d'employer l'armée et la marine, ou la milice, ainsi que les forces civiles, pour saisir les navires, ou pour contraindre les navires coupables qui ne sont pas sujets à la saisie à sortir de nos ports. Il est laissé à la discrétion de l'exécutif de juger quels sont les navires dont on doit exiger le départ." (Plaidoyer américain, p. 350.)

Un seul exemple suffit pour donner une idée de l'étendue reconnue des pouvoirs du Président.

L'Espagne faisait construire dans les chantiers de New York trente canonnières destinées à opérer contre les insurgés de île de Cuba. C'étaient des vaisseaux impropres

They were vessels unfitted for long voyages. They were not armed, and had on board neither cannon, nor gun-carriages, nor any other engine of warfare. War existed de jure, if not de facto, between Spain and Peru. The Minister of Peru, in the United States, lodged a complaint on the subject of these gun-boats. He did not pretend that they were intended to operate against Peru, since they could not round Cape Horn. But he asserted that if used to guard the coasts of Cuba, they would free from that service other vessels, which might thus attack Peru.

The President admitted this argument, and ordered the detention of the whole thirty vessels, until Spain and Peru had settled their differences through the mediation of the United States.

JURISDICTION OF THE TRIBUNAL.

A question of diligence presents itself with regard to an erroneous decree of a Court of Admiralty of Nassau.

I lay down as principle that the Government which institutes legal proceedings, and submits, without appeal, to an erroneous decree, has not the right of pleading this decree as an excuse for subsequent wrongs belonging to the same class of facts. It is, in my opinion, a double failure in the due diligence prescribed by the Rules of the Treaty. I abstain from discussing this question.

But I affirm that the erroneous decree is in no way binding. This, indeed, is evident. Furthermore, and above all, I affirm that the decree is in no way binding on an international Tribunal.

The principle is laid down and sufficiently discussed in Rutherforth's Institutes, an English work of merit and authority.

Wheaton and other writers adopt also the views of Rutherforth. The question was raised by the English and American Commissioners nominated to carry out the stipulations of Jay's Treaty. The following

à de longues courses. Ils n'étaient pas armés, et n'avaient à bord ni canons, ni affûts' ni aucun autre engin de combat. La guerre existait de droit, sinon de fait, entre l'Espagne et le Pérou. Le ministre du Pérou aux États-Unis porta plainte au sujet de ces canonnières. Il ne prétendit pas qu'elles fussent destinées à opérer contre le Pérou, attendu qu'elles ne pouvaient pas passer le cap Horn. Mais il prétendit qu'appliquées à la garde des côtes de Cuba, elles libéreraient de ce service d'autres vaisseaux, qui pourraient ainsi attaquer le Pérou.

Le Président se rendit à ces raisons et ordonna la détention en bloc de ces trente vaisseaux, jusqu'à ce que l'Espagne et le Pérou eussent réglé leurs différends, grâce à la médiation des Etats-Unis.

JURIDICTION DU TRIBUNAL.

Une question des diligences se présente au sujet d'un décret erroné d'une cour d'amirauté de Nassau.

Je pose en principe que le gouvernement qui intente des poursuites judiciaires, et qui se soumet, sans appeler, à un décret erroné, n'a pas le droit d'alléguer ce décret pour excuser des torts ultérieurs appartenant à la même classe de faits. C'est, je crois, faillir doublement aux dues diligences prescrites par les règles du traité. Je m'abstiens de discuter cette question.

Mais j'affirme que le décret erroné ne lie en aucune manière. Cela, du reste, est évident. De plus, j'affirme surtout que le décret ne lie d'aucune manière un tribunal international.

Le principe se trouve énoncé et suffisamment discuté dans les Instituts de Rutherforth, ouvrage anglais de mérite et d'autorité.

Wheaton, et d'autres écrivains d'autorité, eux aussi, adoptent les vues de Rutherforth.

La question a été soulevée par les commissaires anglais et américains, nommés pour statuer sur des stipulations du traité dit de Jay. La circonstance suivante est

circumstance is reported in the memoirs of Mr. Trumbull, one of the Secretaries of that Commission. It appears that, being in doubt, the Commissioners consulted the Earl of Loughborough, then Lord Chancellor. The latter decided that the Commissioners, in their capacity of an international tribunal, possessed complete jurisdiction to revise the de crees of any municipal tribunal, and to decree compensation to the Government injured in its interests or in those of its subjects. The Commissioners acted accordingly.

I conceive that such is the jurisdiction recognized in the case of private claims by numerous international Commissions which have since set in England and America.

CONCLUSION.

I have now treated some of the questions argued by the Counsel of Great Britain, solely to relieve my conscience. I do not think they are of a nature to exercise preponderating influence on the conclusions of the Arbitrators. The Rules of the Treaty are decisive in all the questions raised by the United States. If those Rules are the true expression of the law of nations, as I am convinced they are, well and good; if they exceed the law of nations, they necessarily constitute the conventional law of the Tribunal.

The interpretation of the municipal law of England is of little moment. Of still less moment is the interpretation of the law of the United States. The laws of other European States are of no importance whatever. The conduct of the United States toward Spain or Mexico, or even toward Great Britain, is not here in question. There is but one single question, and it is this: Has England failed or not in the due diligence required by the Treaty of Washington?

The United States are here maintaining principles which are, in their opinion, of great importance to all maritime nations, and especially to

rapportée dans les mémoires de M. Trumbull, l'un des secrétaires de cette commission. Il paraît que, dans le doute, les commissaires ont consulté le Comte de Loughborough, grand chancelier d'alors. Celui-ci décida que les commissaires, en leur qualité de tribunal international, possédaient une juridiction complète pour réviser les décrets d'un tribunal municipal quelconque et de faire droit au gouvernement lésé dans ses intérêts ou dans ceux de ses sujets. Les commissaires ont agi en conséquence.

J'estime que telle est la juridiction reconnue, dans le cas de réclamations particulières, par de nombreuses commissions internationales qui ont siégé depuis lors en Angleterre et en Amérique.

CONCLUSION.

Je viens de traiter quelques-unes des questions posées par le conseil de la GrandeBretagne uniquement pour l'acquit de ma conscience. Je ne crois pas qu'elles soient de nature à exercer une influence prépondérante sur les conclusions des arbitres. Les règles du traité sont décisives dans toutes les questions soulevées par les États-Unis. Si ces règles sont l'expression vraie du droit des gens, comme j'en suis convaincu, c'est bien; si elles dépassent le droit des gens, elles constituent forcément le droit conventionnel du tribunal.

Peu importe l'interprétation de la loi municipale d'Angleterre. L'interprétation de la loi des Etats-Unis importe moins encore. Les lois des autres états de l'Europe n'importent en rien. La conduite des États-Unis envers l'Espagne ou le Mexique, ou même envers la Grande-Bretagne, n'est pas ici en cause. Il n'y a qu'une seule question, et la voici: L'Angleterre a-t-elle failli, oui ou non, aux dues diligences requises par le traité de Washington?

Les Etats-Unis soutiennent ici des principes qui sont, à leur avis, d'une haute im

Great Britain, still more so than to the United States. In consequence, we await, with respect and submission, but also without uneasiness, the judgment of this august Tribunal.

C. CUSHING.

NOTE.

In case the Arbitrators should think it worth while to study the subject attentively, we refer them to the following documents, which clearly prove the spontaneous activity of the Executive at all times to prevent equipments and expeditions in contravention of the law of nations, attempted in the ports of the United States:

I.-Counter Case of the United States and Appendix. (French translation.)

Mr. McCulloch to Mr. Monroe.

Do.
do.
Mr. Monroe to Mr. Glenn...
Mr. Glenn to Mr. Monroe..

Mr. Rush to Mr. McCulloch..
Mr. McCulloch to Captain Beard
Do.

do.
Mr. Ingersoll to Mr. Adams
Mr. Robbins to Mr. Adams
Mr. Monroe to Mr. Fish

Mr. Wirt to the President

Mr. Swift to Mr. McCulloch

Mr. McCulloch to Captain Beard

Do.

do.

Mr. McCulloch to Lieutenant Marshall.
Mr. McCulloch to Captain Daniels.........

Mr. McCulloch à Mr. Monroe
Mr. McCulloch à Mr. Monroe
Mr. Monroe à Mr. Glenn...
Mr. Glenn à Mr. Monroe..
Mr. Rush à Mr. McCulloch
Mr. McCulloch au Capitaine Beard

Mr. McCulloch au Capitaine Beard

Mr. Ingersoll à Mr. Adams..

Mr. Robbins...

Mr. Munroe à Mr. Fish

Pages

Mr. Wirt au Président

Mr. Swift à Mr. McCulloch

15

30

portance pour toutes les nations maritimes, et surtout pour la Grande-Bretagne plus encore que pour les Etats-Unis. En conséquence, nous attendons avec respect et avec soumission, mais aussi sans inquiétude, le jugement de cet auguste tribunal.

C. CUSHING.

6 août. (Vide Protocole XVIII.)

Mr. McCulloch au Capitaine Beard.
Mr. McCulloch au Capitaine Beard..
Mr. McCulloch au Lieutenant Marshall
Mr. McCulloch au Capitaine Daniels.

31

33

NOTE.

Dans le cas où les arbitres penseraient qu'il vaut la peine d'étudier attentivement le sujet, nous les renvoyons aux documents suivants, qui démontrent jusqu'à l'évidence l'activité spontanée que l'exécutif a mise de tout temps à prévenir des équipements et des expéditions contraires au droit des gens, essayés dans les ports des États-Unis:

1.-Contre-mémoire des Etats-Unis et pièces justificatives.

[ocr errors]
[merged small][merged small][ocr errors]
« AnteriorContinuar »