Imágenes de página
PDF
ePub

[Translation.']

V.-ARGUMENT OF MR. CUSHING, IN REPLY TO THE SPECIAL

ARGUMENT OF SIR ROUNDELL PALMER, AUGUST 6. (SEE PROTOCOL XVIII.)

Mr. PRESIDENT AND GENTLEMEN OF THE TRIBUNAL: We are approaching, as I hope at least, the end of these long debates.

The two Governments had presented their Cases and Counter Cases, supported by voluminous documents. They had also presented their respective Arguments, the whole in conformity with the stipulations of the Treaty of Washington, (Articles IV and V.)

Thus the regular arguments prescribed by the Treaty have been closed.

Now, at the request of one of the honorable Arbitrators, the Tribunal has requested from England, as it had the right to do, explanations on certain definite points, namely:

1. The question of due diligence, generally considered.

2. The special question as to the effect of the commissions held by Confederate ships of war entering British ports.

3. The special question as to supplies of coal iu British ports to ('on. federate ships.

The Counsel of Great Britain has taken advantage of this opportunity to discuss the points laid down, and in reference to them to comment on the Argument of the United States.

I do not complain of this, but I state the fact.

We, the Counsel of the United States, accept the situation such as it is made for us; for we had no desire further to occupy the attention of the Tribunal.

V.-PLAIDOYER DE MR. CUSHING, CONSEIL DES ÉTATS-UNIS, DEVANT LE

TRIBUNAL ARBITRAL DE GENÈVE, EN RÉPONSE À L'ARGUMENT DU CONSEIL DE SA MAJESTÉ BRITANNIQUE.

MONSIEUR LE PRÉSIDENT ET MESSIEURS DU TRIBUNAL: Nous approchons, je l'espère du moins, de la fin de ces longs débats.

Les deux gouvernements avaient présenté leurs mémoires et leurs contre-mémoires. appuyés sur des documents volumineux. Ils avaient aussi présenté leurs plaidorers respectifs, le tout conformément aux stipulations du traité de Washington, (Art. IV et V.)

Ainsi ont été clos les débats réguliers prescrits par le traité.

Maintenant, sur la demande d'un des honorables arbitres, le tribunal a requis de l'Angleterre, comme il en avait le droit, des explications sur certains points détermines, à savoir :

1. La question des dues diligences, traitée d'une manière générale.

2. La question spéciale de savoir quel a été l'etfet des commissions possédées par les vaisseaux de guerre confédérés qui sont entrés dans les ports britanniques.

3. La question spéciale des approvisionnements de charbon accordés aux vaisseaus confédérés dans les ports britanniques.

Le conseil de la Grande-Bretagne a usé de cette occasion pour discuter les points posés, et, à propos de cela, pour commenter le plaidoyer des États-Unis.

Je ne me plains pas de ceci, mais je constate le fait.

Nous, conseils des États-Unis, acceptons la situation telle qu'elle nous est faite : car nous n'avions nul désir d'occuper davantage l'attention du tribunal.

1 This argument was written and presented in the French text as shown in the note.

Due dili

My two colleagues have discussed fully the second and third points. Scarcely have they left me a few words to say on the subject of the first point.

In fact, the task which has devolved on me is merely that of summing up the question, and adding some special observations.

I venture to address the Tribunal in French, in order to economize its precious time, and to reach the close of the discussion as soon as possible. For this object I willingly sacrifice all oratorical pretensions; I endeavor to make myself understood; that is all I aspire to.

THE QUESTION OF DUE DILIGENCE. We have now to consider the question of due diligence generally treated.

What does this expression mean? Does the Tribunal require the theoretical lecture of a professor on due diligence? I do not think so. Such a discussion would be perfectly idle, for the following reasons:

1. This theoretical question has already been discussed to satiety. Great Britain has discussed it three times in her Case, Counter Case, and Argument, and she has allowed herself cussion not walte i. twelve whole months to reflect on it, and accumulate arguments and quotations for the instruction of the Tribunal. We, in the name of the United States, have not expended so many words, but we have said all we wished and desired to bring before the honorable Arbitrators.

2. The two Parties were agreed that the theoretical question no longer (leserved their attention.

Her Majesty's Government, [says the British Counter Case,] (page 22,) has not attempted a task which has battled, as it believes, the ingenuity of jurists of all times and countries,—that of defining with any approach to precision, apart from the circumstances of any particular case, what shall be deemeii due diligence or reasonable

And the Counter Case quotes and adopts the following passage, (page 22, note:)

A theoretical ,

care.

Mes deux collègues viennent de discuter amplement le second et le troisième points. C'est à peine s'ils m'ont laissé quelque chose à dire à l'égard du premier point.

En effet, ce n'est que la charge de résumer la question et d'ajouter quelques observations spéciales qui m'est dévolue.

J'ose m'adresser au tribunal en français, afin d'économiser son temps précieux et d'arriver au plus tôt à la clôture des débats. Dans ce but je sacrifie volontiers toute prétention oratoire; j'essaie de me faire comprende ; c'est tout ce que j'ambitionne.

LA QUESTION DES DUES DILIGENCES. Maintenant il s'agit de la question des dues diligences traitée d'une manière générale.

Que veut dire cette phrase ? Est-ce que le tribunal demande une leçon théorique de professeur sur les dues diligences ? Je ne le crois pas. Une telle discussion serait parfaitement oiseuse pour les raisons suivantes :

1. On a déjà discuté a satiété cette question théorique. La Grande-Bretagne l'a discutée trois fois, dans ses mémoires et son plaidoyer, et elle s'est donnée douze mois entiers pour y réfléchir et accumuler des arguments et des citations pour l'instruction du tribunal. Nous, au nom des États-Unis, nous n'avons pas dépensé tant de paroles, mais nous avons dit tout ce qu'il était dans notre désir et notre volonté de faire savoir aux honorables arbitres.

2. Les deux parties étaient d'accord que la question théorique ne méritait plus leur attention.

“Le gouvernement de sa Majesté,” dit le contre-mémoire britannique, p. 24, “ne s'est pas imposé une tâche qui a déjoué, à ce qu'il croit, l'habileté des jurisconsultes de tous les temps et de tous les pays ; il n'a pas cherché à définer avec une précision approximative, en dehors des circonstances spéciales à un cas particulier, la mesure de ce qu'ou devra reconnaitre comme la due diligence ou le soin raisonnable."

Et le contre-mémoire adopte en citant ce qui suit, (page 24, note:)

For the rest, [says a distinguished French jurist, treating of this subject in connection with private law,] for the rest, whether the obligation in question is for a thing to be given, or for one to be done, the imputation of default is, in practice, hardly a question of law. The question of fact is always the dominant point, even if it is not the sole one. (Larom bière, " Théorie et pratique des obligations,” vol. i, p. 417.)

The Counsel of the United States, accepting the doctrine laid down by England, have replied as follows:

We concur in the final considerations of the British Counter Case on this subject of due diligence, in leaving "the Arbitrators to judge of the facts presented to them by the light of reason and justice, aided by the knowledge of the general powers and duties of administration which they possess, as persons long conversant with public affairs.” British Counter Case, p. 125. (Argument of the United States, p. 158.)

We remain of this opinion; we refuse to retrace our steps and to discuss afresh questions completely exhausted long ago, and which have been even admitted to be inopportune by both parties.

3. I recognize po diligence but the diligence prescribed by the Treats. The Counsel of Great Britain appears to endeavor to establish rules of due diligence outside of the Treaty. It is too late to enter on this th. After the progress which the Tribunal has already made in its labors, it is no longer worth while to re-embark on the open sea, the vague region of international law outside of the Treaty. We take onr stand on the explicit words of the Treaty, which subordinates general international law to the compact of the three Rules, which is retrospective, and wbich expressly applies due diligence to the special cases and objects contemplated by those Rules.

For this last reason I refuse to follow the Counsel of Great Britain in bis discussion of the question of the difference, if any exists, according to international law, between the duty of neutrals with regard to armed vessels and their duty with regard to vessels equipped for war but not yet armed.

" Du reste," a dit un jurisconsulte dininent de France, qui examine la question au point de vue de droit privé, "Du reste, soit qu'il s'agisse d'une obligation de donner ou de faire, la prestation des fautes est, dans la pratiqne, à peine une question de droit

. Le point dé faite y est toujours dominant, quand il n'y est pas tout.” (Larom bière, "Théorie et pratique des obligations," tome i, p. 417.)

Les conseils des États-Unis ont répondu, en acceptant la doctrine de la GrandeBretagne, comme suit:

“Nous sommes d'accord avec les considérations qui terminent le contre-mémoire britannique sur cette question de la diligence suffisante, pour laisser les arbitres juger les faits qui leur sont soumis, d'après les lumières de la raison et de la justice, aidées par la connaissance des pouvoirs et des devoirs généraux de l'administration que leur a don née leur longue pratique des affairs publiques. Contre-mémoire britannique, p. 151, texte français." (Plaidoyer des États-Unis, p. 328.)

Nous restons de cet avis ; nous refusons de revenir sur nos pas et de discuter de nouveau des questions depuis longtemps déjà complétement épuisées, et même reconnues inopportunes par les deux parties.

3. Je ne reconnais pas d'autres diligences que les diligences du traité. Le conseil de la Grande-Bretagne paraît s'efforcer d'établir des règles des diligences dues en dehors du traité. Il est trop tard pour entrer dans cette voie. Après les pas en avant que le tribunal a déjà faits dans ses travaux, il ne vaut plus la peine de nous rembarquer sur la vague, ou le vague du droit des gens en dehors du traité. Nous nous appuyons sur les paroles explicites du traité, qui subordonne le droit des gens général au pacte des trois règles, qui est rétroactif et qui applique expressément les diligences dues aux cas et aux objets spéciaux de ces règles.

Pour cette dernière considération je refuse de suivre le conseil de la Grande-Bretagne dans sa discussion sur la question de la différence qui existe d'après le droit des gens, s'il en existe une, entre le devoir des neutres à l'égard des navires armés en guerre et leur devoir à l'égard des navires équipés pour la guerre et pas encore armés.

1 There is a play on the words “la vague” and “le vague” in the original which cannot be translated.

The Treaty cuts short this question absolutely. It is sufficient to call attention to the first Rule:

A neutral Government is bound

First. To use due diligence to prevent the fitting out, arming, or equipping, within its jurisdiction, of any vessel which it has reasonable ground to believe is intended to cruise or to carry on war against a Power with which it is at peace; and also to use like diligence to prevent the departure from its jurisdiction of any vessel intended to cruise or carry on war as above, such vessel having been specially adapted, whole or in part, within such jurisdiction, to warlike use.

Note the three first conditions clearly laid down by the Rule,—“the fitting out," (which has been omitted, without sufficient reason, in the English translation,) “arming," " or equipping."

Note also the two following conditions, which are equally clear, "any vessel intended to cruise or carry on war,” or “any vessel having been specially adapted in whole or in part to warlike use.”

Looking to these conditions, so precise and definite, to which the dili. gence of the Treaty is to be applied, and considering the manifest use. lessness of any discussion outside of these three Rules, it may well be suspected that the object of the Counsel of Great Britain, in thus digressing from the Treaty, was to make a fitting preface to the observations which follow, designed to weaken, if possible, the force of the words of Sir Robert Phillimore and Sir Roundell Palmer quoted in the Argument of the United States.

SIR ROBERT PHILLIMORE.

Views of Sir Rob. ert l'hillimore.

We have quoted from Sir Robert Phillimore's Commentaries on International Law the following passages :

There remains one question of the gravest importance, namely, the responsibility of a State for the acts of her citizens, involving the duty of a neutral to prevent armaments

Le traité tranche absolument cette question. Il suffit d'appeler l'attention sur la première règle :

“ Cn gouvernement neutre est obligé

“1. À faire toutes les diligences nécessaires pour s'opposer dans les limites de sa juridiction à ce qu'un vaisseau soit mis en mesure de prendre la mer, à ce qu'il soit armé ou équipé, quand ce gouvernement a des motifs suftisants pour penser que ce vaissean est destisné à croiser ou à faire des actes de guerre contre une puissance avec laquelle il est lui-même en paix. Ce gouvernement doit fair également toutes les diligences nécessaires pour s'opposer à ce qu'un vaisseau destiné à croiser ou à faire des actes de guerre, comme il est dit ci-dessus, quitte les limites de la juridiction territoriale dans le cas où il y anrait été spécialement adapté, soit en totalité, soit en partie, à des usages belligérants."

Notons les trois premières conditions très claires de la règle : "à ce qu'un vaisseau soit mis en mesure de prendre la mer," (ce qui est omis, sans raison suffisante, dans la traduction anglaise ;) * à ce qu'il soit armé," " ou équipé.”

Notons, aussi, les deux conditions suivantes, également claires," un vaisseau destino à croiser ou à faire des actes de guerre,” ou “un vaisseau spécialement adapté, soit en totalité soit en partie, à des usages belligérants."

En voyant ces conditions, si définies et si nettes, auxquelles les diligences du traité doivent être appliquée, et en considérant l'inutilité manifeste de toute discussion en dehors des trois règles, on pourrait bien soupçonner que le conseil de la Grande-Bretagne, en s'écartant ainsi du traité, avait pour objet de faire une préface convenable aux observations qui suivent, destinées à atténuer, s'il eût été possible, la force des paroles de Sir Robert Phillimore et de Sir Roundell Palmer, citées dans le plaidoyer des ÉtatsUnis.

SIR ROBERT PHILLIMORE.

Nous avons cité des Commentaires du droit international de Sir Robert Phillimore les passages suivants :

"Il reste une question de la plus grande importance, à savoir, la responsabilité d'un état par rapport aux actes de ses citoyens, laquelle implique le devoir d'un neutre d'em

[ocr errors]
[ocr errors]

and ships of war issuing from her shores for the service of a belligerent, though such armaments were furnished and ships were equipped, built, and sent without the knowedge and contrary to the orders of her Government.

It is a maxim of general law, that so far as foreign States are concerned, the will of the subject must be considered as bound up in that of his Sovereign.

It is also a maxim that each State has a right to expect from another the observance of international observations, without regard to what may be the municipal means which it possesses for enforcing this observance.

The act of an individual citizen, or of a small number of citizens, is not to be imputed without clear proof to the Government of which they are subjects.

A Government may by knowledge and sufferance, as well as by direct permission, become responsible for the acts of subjects whom it does not prevent from the commission of an injury to a foreign State.

A Government is presumed to be able to restrain the subject within its territory from contravening the obligations of neutrality to which the State is bound.

A State is prima facie responsible for whatever is done within its jurisdiction : for it must be presumed to be capable of preventing or punishing offenses committed within its boundaries. A body politic is therefore responsible for the acts of individnals, which are acts of actual or meditated hostility toward a nation with which the Gore ernment of these subjects professes to maintain relations of friendship or neutrality.

The Counsel of Great Britain now affirms that all these expressions of Sir Robert Phillimore must be considered as limited to the case of an armed vessel, or of a military, and not a naral expedition.

I deny the possibility of such a distinction. It has no foundation in the words of the author. I appeal in that respect to the appreciation of the honorable Arbitrators.

But, supposing that this distinction were well founded, it would not justify the conclusions of the Counsel of Great Britain, because the principles laid down by Sir Robert Phillimore are of general application, and comprise all possible cases. Take any duty whatever of due diligence to be fulfilled on the part of a neutral Government toward a

pêcher que des armements et des vaisseaux de guerre sortent de ses ports pour le service d'un belligérant, quoique ces armements aient été fournis, et les navires construits, équipés et expédiés à l'insu et contre les ordres de son gouvernement.

C'est une maxime de droit général qu'en ce qui concerne les états étrangers, la volonté du sujet doit être considérée comme liée à celle de son souverain.

“ C'est aussi une maxime que chaque état a le droit d'attendre d'un autre l'accomplissement des obligations internationales, sans égard à ce que peuvent être les moyens inunicipaux qu'il possède pour les faire observer.

“L'acte d'un simple citoyen ou d'un petit nombre de citoyens ne doit pas être imputé sans preuves évidentes au gouvernement dont ils sont sujets.

“Un gouvernement peut, par connaissance et tolérance aussi bien que par permission directe, devenir responsable des actes de ses sujets, qu'il n'empêche pas de commettre des dommages à un état étranger.

“Un gouvernement est présumé pouvoir empêcher ses snjets, dans les limites de son territoire, de contrevenir aux obligations de la neutralité qui lient l'état.

Un état est prima facie responsable de tout ce qui se fait dans l'étendue de sa juridiction, car il doit être présumé capable d'empêcher ou de punir les offenses commises en-deçà de ses frontières. Un corps politique est, par conséquent, responsable des actes d'individus qui sont des actes d'hostilité effective ou préméditée contre une nation avec laquelle le gouvernement de ces individus déclare entretenir des relations d'amitié ou de neutralité."

Maintenant le conseil de la Grande-Bretagne prétend que toutes ces expressions de Sir Robert Phillimore sont censées devoir être bornées au cas d'un vaisseau arme en guerre ou d'une expédition militaire et non navale.

Je nie la possibilité de cette distinction. Elle n'a aucun fondement dans les paroles de l'auteur. Je m'en rapporte à l'appréciation des honorables arbitres.

Mais, en supposant que cette distinction soit bien fondée, elle ne justifierait pas les conclusions du conseil de la Grande-Bretagne, parceque les principes énoncés par Sir Robert Phillimore sont d'une application générale et comprennent tous les cas possibles. Prenons un devoir des dues diligences quelconques à remplir de la part d'un gouvernement neutre envers un gouvernement belligérant, et alors, dans ce cas, Sir

« AnteriorContinuar »