Chroniques d'Enguerrand de Monstrelet: p. 248. Monstrelet, E. de. Chroniques [livres 1-2

Portada

Dentro del libro

Comentarios de usuarios - Escribir una reseña

No hemos encontrado ninguna reseña en los sitios habituales.

Páginas seleccionadas

Otras ediciones - Ver todo

Términos y frases comunes

Pasajes populares

Página 62 - ... quérir tour ni penser pour déshonorer moi et mon mari, qui est si vaillant chevalier, et qui tant vous a servi que vous savez, et encore est pour vous emprisonné. Certes , vous seriez de tel cas peu prisé et amendé: certes, telle pensée oncques ne me vint en cœur , ni jà n'y viendra, si Dieu...
Página 187 - Gautier ainsi parler, mirent leurs têtes ensemble ^ et dirent l'un à l'autre: « Allons nous armer, nous chevaucherons tantôt devant Bergerac.» Il n'y eut plus fait ni plus dit; tous furent armés, et les chevaux ensellés et tous montés.
Página 19 - Anglois où il le trouveroit; et lui fut dit que le plus (la plupart) de temps il se tenoit à Windsor. Adonc chevaucha-t-il cette part et toute sa route (suite) , et fit tant par ses journées qu'il vint à Windsor où il fut reçu à (avec) grand'joie du roi, de madame la reine, et de tous les barons qui là étoient; et fut grandement fêté et honoré, quand on sut pourquoi il étoit là venu. Premièrement il montra au roi Anglois, à messire Robert d'Artois et à tout le conseil du roi ses...
Página 7 - Adonc se retraist (retira) le dit comte arrière, et défia le dit chevalier et ceux du châlel et de la ville. Lendemain quand il eut ouï messe, il commanda que tous fussent armés, et fit assaillir le château, qui moult étoit fort et bien pourvu et appareillé pour lui défendre ; etmessire Garnier de Clisson qui preux étoit, sage et hardi , fit...
Página 193 - JD aux chevaliers qui là étaient, et leur dirent: « Seigneurs, regardez que vous voulez faire; nous sommes tous en aventure d'être perdus: si cette ville est prise, nous perdrons tout le nôtre et nos vies aussi : si vaudroit mieux que nous la rendissions au comte Derby avant que nous eussions plus grand dommage. » Adonc, répondit le comte de Lille et dit: « Allons, allons cette part où vous dites que le péril est ; car nous ne la rendrons pas ainsi. » Lors s'en vinrent les chevaliers et...
Página 200 - Beaumout en Laillois, qui se tenoit liegement du comte de Lille. Si furent les Anglois trois jours pardevant, et y firent maints grands assauts ; car elle étoit bien pourvue de gens d'armes et d'artillerie qui la défendirent tant qu'ils purent durer. Finalement elle fut prise, et y eut grand...
Página 166 - ... d'eau qui étoit éparse en leurs logis. Si regardèrent les seigneurs qu'ils ne pouvoient longuement souffrir cette peine. Si commencèrent les cardinaux à traiter pour avoir trêves à durer trois ans. Ce traité passa; et furent là les...
Página 22 - Bretagne ; et puis s'en vînt en la cité de Nantes où il trouva la comtesse sa femme, à qui il recorda comment il avoit exploité. De ce futelle toute joyeuse , et lui dit qu'il avoit très bien ouvré et par bon conseil. Si me tairai un petit d'eux et parlerai de messire Charles, qui devoit avoir la duché de Bretagne de par sa femme, ainsi que vous avez ouï déterminer ci-devant.
Página 241 - Certes, sire, s'il nous convenoit entrer en ce parti, je tiens en vous tant d'honneur et de gentillesse que vous ne nous feriez fors toute courtoisie, ainsi que vous voudriez que le roi de France ou le duc de Normandie fit à vos chevaliers, ou à vous même, si vous étiez au parti d'armes où nous sommes à -présent. Si ne blesserez mie, s'il plait à Dieu, la gentillesse ni la noblesse de vous, pour un peu de soudoyers qui ci sont, qui ont gagné à grand' peine leurs deniers, et que j'ai amenés,...
Página 62 - ... (redouté) et honoré prince des chrétiens; et si le roi d'Ecosse vous a fait dépit et dommage, vous le pourrez bien amender quand vous voudrez, ainsi que autrefois avez fait. Si laissez le muser (rêver) et'venez en la salle, s'il vous plait,de-lez(près) vos chevaliers: tantôt sera prêt pour dîner.