Imágenes de página
PDF
ePub

45 février 1866.-État des ventes de livres.-SOUSCRIPTION QUÉRARD. Deuxième liste de souscripteurs. VARIÉTÉS BIBLIOGRAPHIQUES ET LITTÉRAIRES. A. A. Notice sur les estampes gravées par M. A. Raimondi. A. FRANKLIN. La bibliothèque du collège des Cholets. GUST. BRUNET. Variations sur le prix des livres constatées à la vente Radziwill. - A. SOREL. Aperçus sur les rapports et l'union des parlements et du barreau, par Marius Magnin. H. DE L. Notice historique et archéologique sur les communes du canton de Ville-sur-Tourbe. J. BONIFACE-DELCRO. Corneille jugé par luimême. F. D. Recherches sur diverses éditions elzéviriennes, par Gust. Brunet. CATALOGUE DE LIVRES EN VENTE AUX PRIX MARQUÉS. Ouvrages divers anciens et modernes, rares ou curieux. → PUBLICATIONS NOUVELLES. La vie et l'office de saint Adjuteur. Souvenirs d'un chevau-léger. Histoire de la gravure en France. Traité de la gravure à l'eau-forte. Lettres inédites de Diane de Poitiers.-Souvenirs de Jean Bouhier, etc., etc.

[ocr errors]

ÉTAT DES VENTES DE LIVRES.

15-19 février.

Livres provenant de la bibliothèque de M. W. L., esq. Ouvrages de littérature, beaux-arts, chasse, pêche, etc. M. DELBERGUECORMONT, Commissaire-priseur. AUG. AUBRY, libraire. (477 numéros.) 19 février-2 mars. Livres d'histoire naturelle, composant la bibliothèque de M. Valenciennes, membre de l'Institut. (2,265 numéros.) MeCouturier, commissaire-priseur.-F. SAVY, libraire.

42-44 mars.

[ocr errors]
[ocr errors]

Ouvrages d'histoire naturelle, composant la bibliothèque de M. de Rolland du Roquan. Me DELBERGUE-CORMONT, commissaire-priseur. -F. SAVY, libraire.

19-24 février. Livres provenant de la bibliothèque de feu M. Alfred Malherbe. Me DELBERGUE-CORMONT, commissaire-priseur. BACHELIN-DEFLORENNE, libraire.

19-28 février. Livres composant la bibliothèque de feu M. le prince Radziwill (2o partie) Me PILLET, commissaire-priseur. — Potier, libraire. 1-9 mars. - Livres anciens et modernes, rares et curieux, provenant de la librairie de J. J. TECHENER père. M LECHAT, commissaire-friseur. — A. AUBRY, libraire.

DIXIÈME PARTIE, contenant des livres rares sur l'histoire ancienne et moderne, les pays étrangers, l'archéologie, etc., etc.

En distribution :

Supplément au Bulletin du Bouquiniste.

CATALOGUE

DE LIVRES EN VENTE AUX PRIX MARQUÉS. Ouvrages divers anciens et modernes, rares ou curieux. (1,429 numéros.)

SOUSCRIPTION QUÉRARD.

Voici notre deuxième liste. Nous la publions sans commentaire, sa lecture étant, sans contredit, le plus éloquent encouragement pour ceux qui hésiteraient encore. Nous nous bornons à rappeler à nos lecteurs que nous sommes encore loin du but, si modérés que soient nos désirs, et que nous continuerons à recevoir avec la même reconnaissance les offrandes qui nous seront adressées.

[blocks in formation]

A. AUBRY.

5 fr.

DEUXIÈME LISTE

[merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][ocr errors]

Coupy, à la Flèche..

2

[merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors]

(1) C'est par erreur que l'on a imprimé 2 franes dans la première liste, il faut lire 10 francs.

[merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small]

Gravées par Marc Antoine Raimondi, d'après les dessins de Jules Romain, par C. G. de MURR, traduite et annotée par un bibliophile. Bruxelles, A. Mertens, 1865, in-18. Paris, Aubry.

[ocr errors]

Tel est le titre d'un opuscule qui a été tiré à petit nombre et qui touche à un point curieux de l'histoire artistique et littéraire. Le travail de Murr était enseveli dans un ancien journal peu répandu, accessible seulement aux personues familières avec la langue allemande; en le mettant à la portée de quelques curieux, en y ajoutant quelques notes, et en complétant un peu les recherches qu'avait entreprises le savant et laborieux Nurembergeois, on a sans doute fait chose agréable à plus d'un amateur. L'érudition iconographique de Murr était étendue, mais elle était loin de tout connaître, et nous croyons qu'il reste encore plusieurs points obscurs à bien préciser, plusieurs lacunes à remplir dans l'histoire de ces trop célèbres productions d'un grand maître dont le crayon figura un instant.

A. A.

LA BIBLIOTHÈQUE

DU COLLÈGE DES CHOLETS.

Le cardinal Jean Cholet, dit de Nointel, mourut le 2 août 1291. II laissait par testament une somme considérable destinée à faire les frais

d'une croisade contre le roi d'Aragon; mais celui-ci se soumit avanı qu'on eût même commencé la campagne. Évrard de Nointel et Gérard de Saint-Just, exécuteurs testamentaires du cardinal, employèrent les fonds laissés par lui à l'achat de plusieurs maisons de la rue SaintSymphorien-des-Vignes, sanctus Symphorianus in vineis, et y instal

У lèrent, vers 1292, un collége qui prit le nom du testateur^; le college donna lui même plus tard son nom à la rue où il était situé. Les deux exécuteurs testamentaires rédigerent, en 1293, les statuts de l'établissement, qui furent approuvés par Boniface VIII'.

Jean Cholet avait possédé une assez nombreuse collection de livres, dont il disposa en faveur des étudiants pauvres de Paris, de quelques amis particuliers et surtout du couvent des Cordeliers. Le nouveau collége ne put donc compter, pour se former une bibliothèque, sur celle qu'avait laissée son fondateur; cependant on trouve presque aussitôt parmi les fonctionnaires de l'établissement des librarii ou bibliothécaires, qui étaient élus par les boursiers et ne pouvaient rester plus d'une année en exercice. En outre, Claude Héméré, qui malheureusement ne cite pas ses sources, nous fournit une preuve évidente de l'existence d'une bibliothèque dans cette Maison en 1319. Il raconte qu'à cette époque Nicolas de Saint-Just, grand-maître du collége de Navarre et doyen de Saint-Quentin en Vermandois, emprunta à la bibliothèque des Cholets un volume des livres saints, qu'il garda toute sa vie, mais dont il songea du moins à ordonner par testament la restitution.

Ce mode de prêt était fort en usage au collége des Cholets; certains ecclésiastiques en vinrent mème, à ce qu'il paraît, à s'attribuer ainsi,

[ocr errors]

* Piganiol de La Force, Description historique de Paris, t. VI, p. 14 et 15. · Félibien, Histoire de Paris, t. III, p. 301.

Voyez le texte de son testament dans Fr. Duchesne, Histoire des cardimaux français, t. II, p. 225; il est analysé dans l'Histoire littéraire de la France, t. XX, p. 120.

• Dubreul, Theatre des antiquitez de Paris, p. 490.
• Voyez J. Launoy, Academia Parisiensis illustrata, t. II, p. 890.

....Nicolaum a Sanclo lusto, Doctorem Parisiensem et Protogymnasiarcham Nauarræ, opimo quamquam Sacerdotio diuitem, erat enim Decanus S. Quintini Viromandensis, educisse Bibliotheca Collegij Cholelhei sacrorum Bibliorum volumen, eoque vsum quamdiu vixit, assentientibus Collegialibus, imperassegue testamento vl liber eidem Bibliothecæ redderetur. CI, Héméré, De Academia Parisiensi, p. 54.

leur vie durant, la presque totalité de la bibliothèque de la Maison. En présence de faits aussi étranges, on serait tenté de croire que des prêts de ce genre, dans un siècle où les livres étaient si rares et si chers, ne pouvaient être entière.nent gratuits. Nous n'avons cependant aucune preuve à produire en faveur de cette supposition; le seul contrat de prêt que nous possédions est parfaitement en règle, et ne contient pas une seule clause susceptible d'être interprétée en ce sens. Par acte du 25 janvier 1411, Pierre Plaru ou Plaoul, évêque de Senlis, reconnaît avoir emprunté aux prieur et maîtres du collége des Cholets dix-huit manuscrits dont on transcrit les titres. Il promet sur l'honneur, et sous la garantie de tous ses biens présents et futurs, que lesdits ouvrages seront restitués au collége soit par lui, soit par ses exécuteurs testamentaires ou ses héritiers 1. Disons de suite que ce furent en effet les exécuteurs testamentaires de Pierre qui, le 8 mai 1415', remirent ces ouvrages à « maistres Jehan de Monstrelet et Jehan Baudouin, escolliers de Cholet, et comme procureurs du colleige d'icellui lieu,» Un des volumes, celui qui est désigné sous le titre Martiniana manquait; mais les délégués du collège ne s'en déclarérent pas moins « quittes et contens 3. »>

Voici la liste des ouvrages que la bibliothèque du collège des Cholets avait prêtés à l'évêque de Senlis :

Quartum sancti Thome, cuius secundum folium incipit gnari habitus in nobis, et penultimum folium ad tercium sic proceditur; et sunt due tabule in fine.

Nos, Petrus, miseratione divina Silvanectensis episcopus, universis presentes licterus inspecturis, salutem in Domino. Notum facimus nos recepisse et hubuisse, causa mutui, a venerabilibus viris priore et magistris collegij Cholectorum Parisius fundati, libros qui sequntur, videlicet.... Quos quidem libros bona fide et sub obligatione omnium bonorum nostrorum presentium pariter et futurorum, per nos, vita comite, aut saltem per executores aut heredes nostros, promillimus integraliter et plenarie dieto collegio restituere. In quorum testimonium sigillum nostrum presentibus duximus apponendum. Anno Domini millesimo quadringentesimo undecimo, die vicesimaquinta mensis januarii. Archives de l'Empire, série M. uo 444.

'Pierre était mort le 11 avril (Gallia christiana, t. X, p. 1432). Il légua quelques manuscrits à la Sorbonne; voyez entre autres à la Bibliothèque impériale, Fonds de Saint-Victor, no 351; Fonds de la Sorbonne, nos 10 et 1287, enfin le Nécrologe de la Sorbonne à la date du 8 mars,

3 Reconnaissance de la remise des livres, etc., au dos de la pièce précédente.

« AnteriorContinuar »