Imágenes de página
PDF
[graphic]

1

ORAISONS FUNÈBRES

)E BOSSUET

PRÉCÉDÉES

DE L'ESSAI SUR L'ORAISON FUNÈBRE
PAR M. V1LLEMA1N

D'UNE NOTICE ET DE JUGEMENTS SLR BOSSUET

• KT ACCOVPAGNEtS DR NOTES ET YAHIANTES

ET DE NOTICES E\ TETK DE CHAQUE OKAISON Kl.NEHHE

PAR DUSSAULT

SUIVIES D'UN CHOIX D'ORAISONS fTNÉBRKS

DE FLÉCHIER ET DE MASGARON

PARIS

LIBRAIRIE DE FIRMIN DIDOT FRERES, FILS ET C
mciiiBEUiis De L'institut, Rui: JACOb, de

1862

I

[graphic][merged small]

Malgré les travaux et la gloire de taut de grands écrivains, la littérature française, formée presque entièrement sur l'antiquité, n'a pas encore reproduit toutes les perfections et toutes les variétés de cet admirable modèle; mais elle a du moins remplacé ce qu'elle ne pouvait égaler; et partout elle présente, ou d'heureuses imitations, ou d'illustres dédommagements. On regrette l'éloquence des républiques anciennes : et cet art puissant et redoutable , qui ne se renouvelle qu'avec moins d'éclat et d'empire dans les institutions les plus libres des peuples modernes, semble manquer encore au domaine du génie. Mais la religion a fait naître parmi nous un autre genre d'éloquence, qui, considéré seulement sous le rapport du goût, n'est pas moins riche pour le talent, ni moins favorable à ces mouvements de l'âme qui font le grand orateur. Bossuet et Massillon peuvent représenter à nos yeux les deux héros de la tribune antique. Les sujets ont bien changé sans doute; mais le fond de l'éloquence est resté le même.

Cette école nouvelle a produit deux sortes de compositions : le sermon qui s'occupe des mystères de la foi, et des règles de la morale évangélique; l'oraison funèbre, qui célèbre et consacre les grandes vertus humaines. Ce « second genre d'éloquence, moins sévère que le premier, peut avec plus de convenance servir d'objet à des études oratoires : il n'est étranger à aucun des intérêts de la terre; il tient à l'histoire par le récit des faits, à la politique par l'observation des grands événements, à la morale par la peinture et le développement des caractères. Les exploits d'un capitaine, les talents d'un homme d'État, la vie d'un roi, en forment la matière habituelle. La religion y domine toujours, comme étant le terme de tout. Nous nous proposons de rassembler quelques réflexions sur le caractère de cette éloquence, à laquelle les lettres françaises doivent quelques-uns de leurs plus beaux monuments.

Nous remonterons aux plus antiques modèles , en nous arrêtant surtout à ceux qui offrent, par le caractère de la composition et du style, une ressemblance avec les ouvrages les plus remarquables que présente notre littérature oratoire.

L'éloge funèbre est sans doute une des plus anciennes formes qu'ait reçues l'éloquence. L'art de la parole, prétend Cicéron, fut inventé par le besoin de réunir les hommes errants, et de calmer ou d'exciter les passions d'une peuplade sauvage : mais probablement les premiers hommes qui furent obéis par d'autres hommes devaient leur empire à la force, plutôt qu'aux artifices de la parole. Dans le vague souvenir des traditions grecques, les Hercule et les Thésée sont plus anciens que tous les orateurs.

La prière pour désarmer un vainqueur, les regrets pour célébrer un héros, voilà quelles furent sans doute les premières occasions, les premières inspirations de l'éloquence. Un de ces hommes qui avaient dominé ou protégé les autres, un de ces guerriers vaillants, nommés généraux ou rois par l'instinct de la faiblesse commune,

« AnteriorContinuar »