Imágenes de página
PDF
ePub

COULOMMIERS

Imprimerie Paul BRODARD.

HISTOIRE
DE FRANCE

DEPUIS LES ORIGINES JUSQU'À LA RÉVOLUTION

PUBLIÉE AVEC LA COLLABORATION DE
MM. BAYET, BLOCH, CARRÉ, COVILLE, KLEINCLAUSZ,
. LANGLOIS, LEMONNIER, LUCHAIRE, MARIÉJOL, PETIT-DUTAILLIS,

RÉBELLIAU, SAGNAC, VIDAL DE LA BLACHE.

[merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][graphic][ocr errors]

PARIS
LIBRAIRIE HACHETTE ET Cic

79, BOULEVARD SAINT-GERMAIN, 79

Droits de traduction et de reproduction reserven

BEQUEST OF
A. L. CROSS
3-20-41

LIVRE PREMIER
L'AVÈNEMENT DES VALOIS ET
LES DÉBUTS DE LA GUERRE DE
CENT ANS.

(1328-1350.)

[ocr errors]

CHAPITRE PREMIER?

PREMIÈRES ANNÉES DE PHILIPPE VI

I. L'AVÈNEMENT DES VALOIS. - II. PHILIPPE VI EN FLANDRE. – III. LE
PROCÈS DE ROBERT D'ARTOIS. – IV. POLITIQUE LOINTAINE.

I. L'AVÈNEMENT DES VALOIS?

LA CRISE DYNASTIQUE.

NYHARLES IV, le troisième et dernier fils de Philippe le Bel, était

u mort le 1er février 1328. Il avait été marié trois fois : sa première femme, Blanche de Bourgogne, « une des plus belles dames du monde, garda mal son mariage » et fut enfermée au ChâteauGaillard; la seconde, Marie de Luxembourg, fille de l'Empereur Henri VII, « moult humble et moult prude femme », avait eu un fils qui n'avait pas vécu; la troisième, Jeanne d'Évreux, n'avait encore

1. SOURCES. Recueil des Historiens de France, XXI, 1855. Continuations de la Chronique de Guillaume de Nangis, éd. Géraud, 1843. Grandes Chroniques de Saint-Denis, éd. P. Paris, V, 1837. Chronique parisienne, dans les Mémoires de la Société de l'Histoire de Paris, XI, 1884. Jean le Bel, Les Vrayes Chroniques, éd. Polain, 1863. Giovanni Villani, Istorie fiorentine, éd. Racheli, I, 1857. Rymer, Foedera.... inter reges Angliae et alios quosvis reges, etc., II, 2° partie, éd. de 1821.

2. OUVRAGES A CONSULTER. Viollet, Histoire des institutions politiques de la France, II, 1898 (on trouvera, dans les notes de cet ouvrage, l'indication des principaux textes et travaux sur la question de la succession au trône). Viard, La France sous Philippe de Valois, Revue des Questions historiques, LIX, 1896. Longman, The life and the times of Edward III, I, 1869.

IV. 1.

LA QUESTION
DU DROIT
DES FEMMES.

donné le jour qu'à des filles, mais elle était enceinte, quand mourut Charles IV. Comme à la mort de Louis X”, la question se posait : qui allait être roi?

Si l'enfant attendu était un fils, il suffirait de désigner un régent. Si c'était une fille, suivrait-on le précédent créé en 1316? A la mort du fils posthume de Louis X, le frère du feu roi, Philippe, avait pris la régence, puis s'était fait roi avec le concours de quelques princes et de quelques barons; la fille de Louis X avait été ainsi écartée du trône. Peut-être fut-il déclaré alors « que femme ne succède point au trône de France »; mais ce précédent ne constituait pas encore une loi de l'État. De même en 1322, quand mourut Philippe V, Charles IV, à l'exclusion des filles des deux derniers rois, avait recueilli sans discussion ni difficulté, la succession de son frère. Il était donc bien vraisemblable que le droit des femmes à porter la couronne de France ne serait pas plus reconnu en 1328, qu'il ne l'avait été en 1316 et en 1322.

Mais resterait à désigner l'héritier mâle. Or, si les femmes étaient déboutées de toute prétention personnelle, n'étaient-elles point capables tout au moins de transmettre à leurs hoirs mâles un droit qu'elles ne pouvaient exercer par elles-mêmes, et de faire ainsi, comme on disait au xvio siècle, « le pont et planche »? En d'autres termes, les males de la ligne féminine étaient-ils aussi qualifiés pour hériter du trône que les mâles de la ligne masculine?

Si les droits des mâles dans la ligne féminine étaient reconnus, l'héritier le plus proche devait être le roi d'Angleterre, Edouard III, petit-fils de Philippe le Bel par sa mère Isabelle de France, et neveu des trois derniers rois 2. Au contraire si les femmes ne pouvaient juridiquement conférer un droit dont elles étaient incapables de jouir, le trône revenait à Philippe de Valois, fils de Charles de Valois,

1. Voir Histoire de France, t. III, 2" partie, p. 275.

PHILIPPE III LE HARDI
PHILIPPE LE BEL (+ 1314)

PHILIPPE LE BEL (+ 1314)

[ocr errors]

Charlog do Valois

Charles de Valois

(+ 1325)

Louis d'Evreux

(+ 1319)

Marguerite

épouse Edouard I d'Angleterre.

PHILIPPE VI DE VALOIS

Jeanne épouse Charles le Bel.

Edouard II.

Philippe d'Evreux épouse Jeanne fille de Louis X.

LOUIS X (+ 1316)

PHILIPPE V LE LONG

(+ 1322)

CHARLES IV

le Bel
(+ 1328),

Isabelle
de France,

épouse
Edouard II
d'Angleterre.

Charles
le Mauvais

roi
de Navarre
(né 1332).

Marie.

Jeanne

épouse Philippe d'Evreux.

Jeanne épouse Eudes IV,

duc de Bourgogne.

Marguerite

épouse

Louis
de Nevers,

comte
de Flandre.

Isabelle

épouse Guigue VIIT, dauphin de Viennois.

Edouard III.

« AnteriorContinuar »