Imágenes de página
PDF
ePub

clisoit pas, Aime les malheureux; mais on soulageoit devant lui ceux qui l'étoient. Personne ne lui dit, Mérite d'avoir des amis; mais il vit l'un de ses Maîtres sacrifier £& fortune à un ami opprimé. J'ai vu un Guerrier qui y pour lui donner des leçons de valeur, lui montra son sein tout couvert de blessures. C'est ainsi qu'on lui parloit de douceur , de magnanimité , de justice, de fermeté dans ses desseins. J'eus rmoi-même. la gloire d'être associé à ces maîtres illustres. Appelé à Rome du fond de la Grèce, & chargé de Finstruire , on m'ordonna de me rendre au palais. S'il n'eût été qu'un simple citoyen y je me serois rendu chez lui : mais je crus que la première leçon que je devois à un Prince, étoit celle de la dépendance & de l'égalité ; j'attendis.qu'il vînt chez moi. Pardonne ô Marc-Aurèle ! je pensois alors que tu* n'étoís qu'un Prince ordinaire : je te connus bientôt ; & tandis que tu me demandois des leçons , je m'instfuisois souvent auprès de toi.

II n'étoit pas encore sorti de l'enfance, que dèjà l'enthousiasme de la vertu étoit dans son cœur. A douze ans, il s'étoit consacré au genre de vie le plus auflère: à quinze, il avoit cédé à fa sœur unique tout le bien de son père: à dix-sept, il fut adopté par Antonin ; & ( je ne vous rapporte que ce que j'ai vu moi-même ) il pleura fur fa grandeur. O jour qui, après quarante années, m'est encore présent! il se promenoit dans les jardins de fa mère; j'étois auprès de lui; nous parlions ensemble des devoirs de l'homme, lorsqu'on vint lui annoncer son élévation; je le vis changer de couleur , & il parut longtemps inquiet & triste. Sa maison cependant l'environnoit avec des uam% ports de joie. Etonnés de fa douleur, nous lui en demandâmes la cause. Pouvez-vous me la demander, dit-il, je vais régner?

Antonin dès-lors devint pour lui un nouveau maître qui l'instruisoit à de plus grandes vertus. Le sang des hommes respecté, les loix florissantes, Rome tranquille y l'Univers heureux , telles furent les nouvelles leçons que Marc-Aurèle reçut pendant vingt ans.

Elles sufhsoient pour former un grand homme %y mais ce grand homme devoit avoir un caractère qui le distinguât de tous vos Empereurs; & c'est la Philosophie seule qui le lui a donné. A ce mot de Philosophie y je m'arrête. Quel est ce nom sacré dans certains siécles y & abhorré dans d'autres; objet tour à tour & du respect & de la haine ; que quelques Princes ont persécuté avec fureur , que d'autres ont placé à côté d'eux sur le trône ? Romains, oserai-je louer la Philosophie dans Rome, oùtant de fois les Philosophes ont été calomniés , d'où ils ont été bannis tant de fois? C'est d'ici, c'est de ces murs sacrés , que nous avons été relégués fur des rochers & dans des hies désertes. C'est ici que nos livres ont été consumés par les flammes. C'est ici que notre sang a coulé sous les poignards. L'Europe , PAsie & l'Afrique nous ont vus errans & proscrits chercher un asile dans les antres des bêtes féroces , ou condamnés à travailler chargés de chaînes, parmi les assassins & les brigands*. Quoi donc 1

* Musonius Rufus, Stoïcien célèbre Sc Chevalier Romain , banni de Rome fous Néron , & relégué dans l'ifle de Gyare, fut tiré ensuite de cette isle pour travailler parmi les forçats à percer l'isthme de Corinthe. Un de ses amis qui le reconnut, lui témoignoit fa, douleur. Tu t'afflì*. la Philosophie seroit-elle l'ennemie <Jfc$ hommes & le fléau- dçs Etats? Romains, croyez-en un Vieillard qui depuis quatre-vingts ans étudie la vertu, <Sc cherche, à te. pratiquer. La Philosophie est- l'art d'éclairer les hommes pour les rendre meilleurs. C'est la morale universelle des 'peuples & des Rois, fondée fur la Na^ ture & fur Tordre éternel. Regardez ce tombeau : celui que vous pleurez étoit un Sage : la Philosophie sur le trône a fait vingt ans le bonheur du monde. C'est en essuyant les larmes des Nations, qu'elle a réfuté les calomnies des Tyrans.

gts , lui dit le Philosophe , de me voir travailler à percer tìfthme pour Futilité de la Grèce: aimerois-ttt mieux me- voir chanter & jouer de la flûte fur un théâtre, comme ron? Les persécutions que la Philosophie avoit essuyées fous Néron , recommencèrent fous Domitien.

« AnteriorContinuar »