Imágenes de página
PDF
ePub

citoyen à l'état, est trop grand à ses yeux pour qu'il le cède à d'autres. On vit alors se renouveller l'ancienne discipline des Spartiates & des premiers Perses, qui enseignoien t les vertus à leurs enfans, comme ailleurs on enseigne les sciences.

C'étoit le temps où le calvinisme trop persécuté peut-être, agitoit par ses dernières secouílès les provinces méridionales de la France C3). Chargé, dans ces provinces, du dépôt de l'autorité, le père du jeune Dacuesseau rempliflòit ce dangereux honneur , avec la fidélité d'un sujet Sc l'humanité d'un citoyen. Au milieu de ces fonctions orageuses il instruîsoit son fils (+). II lui donnoit des leçons de courage en réprimant un peuple rebelle , de générosité en prodiguant ses biens pour les malheureux, d'humanité cn épargnant le sang des hommes. Ainsi, parmi le fanatisme & la révolte , fe formoir cette ame noble & vertueuse, semblable à ces plantes salutaires, qui croissent & selèvent au milieu des poisons qui les environnent.

II est des grands Hommes qui ne le font que par les vertus: Daguesseau étoit destiné à l'être encore par les talens. Démosthène & Tacite, Platon &. Descartes achèvent son éducation commencée par son père. Bientôt il se consacre à la défense de la justice. L'entrée du sénat lui est ouverte (5), II y devient l'organe des loix, & l'Orateur de la patrie. Dès ce moment il se regarde comme une victime honorable , dévouée au bien public. Je crois l'entendre , dans un de ces momens où il méditoit fur ses devoirs, dire à la Patrie ( car il croyoit qu'il y en avoit une ) » Je n'ai à t'offrir que », ce que m'a donné la nature , une « vie courte & passagère; mais j'en ,» déposerai dans ton sein tous les s, instans. Reçois le serment que je » fais de ne yivre que pour toi ». Çe serment qu'il fit dans son cœur, il le remplit pendant quatre-vingts ans. Ainsi consacré à l'état, il renonce à toute autre passion. Appliqué sans relâche aux travaux de la magistrature, le devoir le ramène à des détails épineux , lors même que le génie semble les fuir; & par un héroïsme bien/are, il préfère quelquefois l'avantage d'être utile, à l'honneur d'être grand.

Démêler l'erteur & le mensonge à travers le labyrinthe des procédures; dissiper les ombres dont la vérité est toujours couverte par elle-même, & celles dont l'obscurcit encore la méchanceté des hommes; approfondir les plus grandes questions, & ne pas négliger les plus simples; suppléer par la réflexion aux secours tardifs de Pexpérience ; arracher les épines dont les affaires sont semées, & y répandre l'ordre & la lumière; mêler par-tout la profondeur du raisonnement aux charmes de Péloquence ; diriger la balance de la justice, & lui donner le mouvement du côté où elle doit pencher; tels font les foins & les travaux qui l'occupent fans cesse, dans la place d'Avocat-général.

Ce Parlement, qui depuis tant d'années étoit accoutumé à voir des hommes célèbres remplir cette honorable & pénible fonction, parut étonné lorsqu'il entendit Daguesseau pour la première fois. Le sénat crut voir revivre tous fes anciens oracles ; le siècle de Louis XIV compta un grand Homme de plus.

La gloire qui pour tant d'autres n'est que le fruit du temps, & quelquefois même le tribut tardif de la postérité, plus juste pour DaguesSeau, l'accompagne dès fa jeunesse. Cette gloire lui préfageoit son élévation. Un Roi fous qui la France a développé toutes ses forces ; fans qui peut-être elle n'auroit eu ni Colbert, ni Turenne, ni Bossuet; qui créa les grands Hommes, & , ce qui est une seconde création pour l'érat, qui sut les employer; Louis XIV parmi la foule des magistrats , avoit démêlé le jeune Daguesseau, & dès-lors i! l'avoit regardé comme un de ces hommes nés pour être l'instrument du bonheur public.

Ce n'est point aslèz que dans une monarchie il y ait un corps qui foie dépositaire des loix, qui les faílè exécuter par le citoyen, qui les rappelle au Prince, dont le zèle courageux & sage concoure à l'ordre politique, 6c dont l'autorité inviolable préside à Tordre civil : il faut que dans ce Corps îl y ait un homme qui représente la Patrie, qui veille à tous ses intérêts , qui les porte fous les yeux des magistrats , & qui suive tous ces resiorts multipliés, dont l'accord produit l'ordre général. Daguesseau est chargé d'un ministère si important ( 6 ). Sa jeunesse n'allarme point la France. La

« AnteriorContinuar »