Imágenes de página
PDF
ePub

d'harmonie & d'activité à leurs desseins : ils ont sacrifié leur liberté sans augmenter leurs ressources; & leurs craintes imaginaires les précipitent enfin dans des maux réels, Maurice a pénétré dans la Flandre Hollandoise; 6c chaque pas qu'il y fait, est marqué par des conquêtes. Les nouveaux efforts des alliés leur annoncent de nouvelles disgraces. * Laufelr , théâtre d'un combat sanglant , consacre le nom de Maurice par une troisième victoire. Une entreprise hardie, & que le succès seul peut justifier, est la suire de cette bataille, (iz) Une ville qui avoit éré l'écueil des deux plus fameux Capitaines de leur siécle, & que les nations regardoient comme imprenable , est assiégée, attaquée & emportée d'assaut. Si Maurice n'eut poínt la gloire de cette conquête , il eut celle d'en avoir formé le projet, & d'avoir appellé au service de la France l'illustre

* Bataille de Laufelt le t Juillet 1747.

Danois qui l'exécuta. II eut la gloírê encore plus rare , d'employer1 de grands tâlens fans en être jaloux. Le bruit de cette chute retentit dans toute l'Europe. La Hollande épouvantée tremble pour fes Etats. L'Autriche & l'Angleterre cônnoissent alors qu'il n'y a point de barrière qui puiflè arrêter la France.

Maurice prépâre un dernier fpec* v racle à l'Europe. Quel est ce nouveau projet qu'il a formé? Que signifient tous ces mouvemens combinés & ces marches savantes? Quel fera le point de réunion de tous ces corps de troupes divisés? Trois villes se croient menacées en même temps. Les alliés incertains ignorent quel est le poste qu'ils doivent abandonner, quel est celui qu'ils doivent défendre. Ils s'agitent, ils se troublent. Mastricht est enveloppé. Quatre - vingt milla hommes ne peuvent arrêter MauRice, & font réduits à l'admirer. C'en est fait; tant de succès ont décidé du fort de la guerre. Louis con. quérant accorde la paix par humanité, & fes ennemis vaincus l'acceptent par besoin. Les victoires de Main R1 c E ont donné le repos à TEurope, Ce grand Homme cher à la Nation, craint de nos ennemis & respecté des liens (car plus il fut grand, plus il dut en avoir ) espéroit jouir de fa gloire dans le sein du repos; & la France Pespéroit avec lui. On n'approchoit de sa retraite de Chambord qu'avec ce respect qu'inspire le séjour des Héros. Son Palais étoit regardé comme le temple de la valeur, & le sanctuaire des vertus guerrières. Mais , 0 foibleílelô néant! il semble que M Au-» Rice ne devoit exister que pour fairç de grandes choses, Dès qu'il a cessé de vaincre, il disparoît. II meurt (»3): & celui qui avoit été élu Souverain par un peuple libre , qui avoit été çomblé de. tant d'hQnn*eur§, qui ayoic gagné tant de batailles, qui avoit pris ou défendu tant de villes, qui avoit vengé ou vainçu les Rois , qui étoit l'amour d'une nation & la terreur de toutes les autres, compare en mourant fa vie à un songe.

Sa mort fut une calamité pour la France, un événement pour l'Europe, Louis s'honora lui-même, en l'honorant de ses regrets. Les courtisans qui sont si peu sensibles, furent attendris. Le peuple qui est la partie la plus méprisée & la plus vertueuse de l'Etat, pleura l'appui & le défenseur de la patrie. Mais vous, guerriers qu'il conduisoit dans les batailles , vous que tant de fois il a menés à la victoire, quels furent alors vos sentimens ? Pour ies peindre, je n'aurai pas recours aux vains artifices de l'éloquence. II suffit de rappeller un fait que la postérité doit apprendre, & dont il est utile de conserver le souvenir. Après que le corps de Mauriçe eut éû transporté

dans la capitale de l'Alsacepour y recevoir les honneurs funèbres,, deux soldats qui avoient servi sous lui, entrent dans le temple où étoit déposée sa cendre. Ils approchent en silence , le visage triste, l'œil en pleurs, lis s'arrêtent aux pieds du tombeau, le regardent , l'arrosent de leurs larmes. Alors l'un d'eux tire son épée. rapplique au marbre de la tombe. Saisi du même sentiment , son compagnon imite son exemple. Tous deux ensuite sortent en pleurant, sans se regarder, & sans proférer un seul mot. 11s pensoient fans doute ces guerriers, que le marbre qui touchoit aux cendres de Maurice , avoit le pouvoir de communiquer la valeur & de faire des Héros. Vous ne vous trompez pas, dignes soldats de Maurice : tandis que son ombre , du milieu de l'Alsace qu'elle habite, sèmera encore la terreur chez nos ennemis, & gardera les bords du Rhin, la vue du marbre quj.

« AnteriorContinuar »