Imágenes de página
PDF
ePub

extraordinaire? Quels sont ces pre£ sentimens qu'il éprouve (13)? N'estce que l'esset d'une imagination ardente qui voit ce qu'elle désire? Oit bien les Héros ont - ils un instinct supérieur qui n'est pas même soupçonné des ames vulgaires? Le ciel le justifie, & la victoire est venue le chercher j par-tout elle le fuir. Le pavillon de Fleffingue a frappé ses regards; Flessingue , patrie de Rhuiter (14) ! II croit voir ce grand Homme; il se le représente , non point chargé d'honneurs > non point décoré par TEspagne de tous les titres de la grandeur r. il le voit montant par fa valeur y des derniers rangs aux premiers, dispersant fes triomphes fur toutes les mers; iF le voit mourant pour son pays. Cetteimage l'enflamme. 11 combat : troisvaisseaux fuyent; le plus redoutable succombe & reconnok son vainqueur.

Mais il est une .école supérieure peut-être à celle de la victoire c'est celle du malheur. Ne*craignons rien pour fa gloire: c'est le caractère des Héros d'être plus grands dans llnfortune que dans le succès. Marius astis fur les ruines de Carthage m'étonne plus , que Marius porté dans Rome fur un char de triomphe.

Six vaisseaux de guerre ont environné Duguay-trouin (15). II est seul, & il ose les combattre. Loin de lui cette prudence timide qui ne voit que les dangers, &ne voit pas l'honneur. Quatre heures de combat n'ont pas épuisé son courage. Cent pièces d'artillerie tonnent fur son vaisseau; ses mâts font rompus, ses voiles font déchirées : bientôt ses débris couvriront la mer. Une ame foible n'eût pensé qu'à se rendre; une ame bouillante & fëroce n'eût pensé qu'à mourir ; DuGuay-Trouin ose encore espérer de vaincre. Mais il est un point au delà duquel les ames communes ne passent jamais. Ses soldats se révoltent, &refusent de combattre. Malheureux qui osent préférer la honte à la mort! En même temps le vaisseau- s'embrâse. Duguay :trouin fait éteindre les flammes, court à íès soldats, les anime , les ramène , mais il est lui-même frappé. II tombe ; & il n'y a que l'instant de sa chûte qui puisse devenir le signal de sa défaite. Guerriers, ce n'est pas vous qui disposez du sort des combats; mais votre gloire est en vos mains. Duguay-trouin Vous apprend qu'il en est une indépendante du succès. Les ennemis se rendirent maîtres de fa personne & de son v^ sfèau ; mais fes vertus, mais ce cour ge altier & indomptable , cet honneur, l'idole d'un guerrier & fur-tout d'un François, cette amesi fière & si élevée , rien de tout cela ne fut en leur pouvoir; & malgré la fortune, il fut respectable dans les fers.

U est utile pour l'Etat qu'un grand Homme ait, ou des fautes à réparer h ou des disgraces à faire oublier. Peutêtre fans la défaite de Mariendal, Tirrenne eût fait moins de grandes choses; & peut-être Villars, s'il n'eût été vaincu à Malplaquet, n'eût ~pas été vainqueur à Denain. Par quels exploits Duguay-trouin se venge de sa prison (16) t Les côtes d'Angleterre deviennent le premier théâtre de ses victoires. Déja il traîne íìx vaisseaux enchaînés. II court au devant d'une flotte de soixante voiles escortée par deux vaisseaux de guerre. La foudre lui en a soumis un; trois abor*dages sanglans Pont rendu maître de l'autre. Son Roi daigne lui envoyer une épée, présent digne de DuguayTrouin. II se joint à une escadre; & prêt d'en venir aux mains, il donne un exemple bien grand, celui de ne pas combattre, par esprit de subordination (17).

II faut qu'il montre à tous les ennemis de la France celui qui en est te vengeur (i 8). Les côtes d'Espagne le voient se couvrir de gloire, comme celles d'Angleterre. Son frère qui le seconde, combat, triomphe, & meurt à ses côtés (19). Ne le plaignons pas, puisqu'il est mort pour fa Patrie: plaignons Duguay-trouin qui perd un frère, & la France qui perd un Héros.

II est appellé à de plus hautes entreprises , & les obstacles se multiplient pour augmenter sa gloire. Ce peuple qui couvre toutes les mers de i:s flottes ; qui d'abord esclave de l'Espagne, a commencé par la vaincre, & a fini par la protéger; grand, dès qu'il est devenu libre, puissant & respecté dans l'Europe, conquérant & légiflateur dans les Indes, commerçant dans toutes les parties du monde; les Hollandois opposent à Duguay-trouin des; forces redoutables. Elles font dirigées par une de ces ames; fortes & vigoureuses , qui dans les combats regardent la. mort comme

« AnteriorContinuar »