Imágenes de página
PDF
ePub

-ses progrès, ennemi des Chrétiens "par religion comme par politique, qui sorti des marais de la Scytie, a inondé l'Asie & l'Afrique, subjugué la Grèce, fait trembler l'italie & l'Allemagne, mis le siège-devant la capitale de l'Autriche , & dont les débordemens peut - être auroient dès longtemps englouti l'Europe , si la discipline & l'art de la Guerre ne dévoient avoir nécessairement l'avanrage sur la férocité courageuse. Maurice étudia contre ces nouveaux ennemis l'art de prendre les Villes, & de gagner les batailles (4).

II est des guerriers qui ne font que braves, qui ne sçavent qu'affronter la mort, aussi incapables de commander aux autres qu'à eux-mêmes, semblables à ces animaux belliqueux, fiers & intrépides au milieu des combats , mais qui ont besoin d'être conduits , & dont l'ardeur doit être fans ceste. retenue oti guidée par le frein. Comme

[graphic][graphic]

Maurice sentoit en lui-même cette supériorité qui donne le droit de commander aux hommes, dans le temps qu'il combattoit en soldat, il observoit en philosophe. Un champ de bataille étoit pour lui une école , où parmi le feu, le carnage, le bruit des armes, tandis que la foule des guerriers ne pensoit qu'à donner ou à éviter la morr, son ame tranquille embrassant tous les grands objets qui éroient sous ses yeux , étudioit l'art de faire mouvoir tous ces vastes corps; d'établir un concert & une harmonie de mouvement entre cent mille bras; de combiner tous les ressorts qui dotvent concourir ensemble; de calculer i'activité des forces & le temps de l'exécution; d'ôter à la fortune son ascendant, & de l'enchaîner par la prudence; de s'emparer des postes & de tes défendre ; de profiter de son terrein , & d'ôter à l'ennemi l'avantage du sien ; de ne se laisser ni étonner par

[ocr errors]

le danger , ni enivrer par le succès ; de voir en même temps & le mal & le remède; de sçavoir avancer, reculer, changer son plan , prendre son parti sur un coup d'œil , de saisir avec tranquillité ces instans rapides qui décident des victoires; de mettre à profit toutes les fautes , & de n'en faire soi-même aucune, ou, ce qui est plus grand, de les réparer; d'en imposer à l'ennemi jusques dans sa retraite ; &, ce qui est le comble de l'art, de tirer tout l'avantage qu'on peut tirer de sa victoire, ou de rendre inutile celle de son vainqueur. Telles étoient les leçons que le Prince Eugène donnoit au Comte de Saxe. L'un méritoit la gloire de les donner, l'autre celle de les recevoir ; & ces deux Hommes étoient également dignes l'un de l'autre. Bientôt une paix profonde succéda aux troubles de la guerre ( 5 ). Alors, d'un bout de l'Europe à l'au

tre, les Nations forent tranquilles; & les calamités du genre- humain , furent au moins suspendues dans ce beau climat toujours désolé. MauRice qui ne pouvoit plus exercer fa valeur dans les combats, ne perdit point de vue ce grand art, pour lequel la nature l'avoit formé. 11 scavoit qu'outre la discipline des camps, & cette école guerrière où l'on apprend à combattre & à vaincre par son expérience , il est une autre maniere de s'instruire dans la retraire par 1 étude & par les réflexions. En effet, depuis la révolution qu'a produite en Europe l'invention de la poudre, & fur - tout depuis que la Philosophie, née pour consoler les hommes & pour les rendre heureux , a été forcée de leur prêter ses lumières pour leur apprendre à se détruire, l'art de la Guerre forme une science auíîì vaste que compliquée , composée d'un grand nombre de sciences réunies.

Maurice jetta ses regards fur tous les peuples de l'Europe, pour en trouver un qui fût digne de l'instruire; & son choix fe fixa sur la France. Cet ascendant de réputation & de gloire que Louis XIV, Colbert & les Arts lui avoient donné, & que dix années d'orages & de malheurs n'avoient pu lui faire perdre, se conservoit encore sous la régence d'un Prince qui cultivoit, honoroit, jugeoit tous les arts, sçavoit connoître les hommes, & à qui il n'a manqué dans ses grandes vues, que de sçavoir s'arrêter avant le point où commence l'excès.

La réputation de Maurice l'avoìt devancé à la Cour de Versailles. Le génie de Philippe connut bientôt qu'il la méritoit, & qu'il la surpaflèroit un jour. Maurice fut donc attaché à la France par un grade (<5) qui excita la jalousie des Courtisans: mais ils ne voyoient en lui qu'un jeune étranger , ami des plaisirs; & le grand Homme

« AnteriorContinuar »