Imágenes de página
PDF
ePub

truise auprès de ce petit animal. La parole de Dieu est plus douce que le miel.

XLVIII.
L'Abeille.

L'Abeille industrieuse fait avec les fleurs sur lesquelles elle se pose un mets délicieux qui plaît à tous. Elle travaille sans y être contrainte ; elle travaille sans relâche, le jour et la nuit. Salomon la propose en exemple aux paresseux. — Moralisation. O homme, imite l'abeille, fais comme elle un miel délicieux (o).

(!) Jusqu'à ces derniers temps, je croyais avoir été seul à commaître les Physiologos des manuscrits 390 et 929 de la Bibliothèque nationale. J'ai été tiré de cette erreur par des indications ayant presque le caractère d'une réclamation que m'a adressée le P. C. Cahier, de la Compagnie de Jésus. Il m'a appris que dès 1842, en expliquant les vitraux de Bourges, il avait attiré l'attention du public sur cette source d'informations. De 1850 à 1854, en imprimant 260 pages grand in-4° sur les Bestiaires latins et français du moyen âge, il écrivait que, recherchant la source évidemment greco-asiatique de ces leçons bizarres, il avait copié à la Bibliothèque mationale sept ou huit manuscrits grecs. Il ajoute, dans sa lettre : « En 1855, Dom Pitra, dans son Spicilegium solesmense (t. III, p. 338-389), imprimait nos Mss. grecs avec un Ms arménien. » J'ignorais absolument ces travaux, et par un rare bonheur, mes études me portaient à choisir surtout les deux seuls manuscrits, laissés de côté par D. Pitra. Voici, en effet, ce qu'il dit au tome déjà cité :

« Sigla codd. Parisiensium in bibliotheca imper. asservatorum

[ocr errors]

• Textus noster juxta fidem cod A continuo describitur.... Ab innumeris varietatibus codd. E, ç exscibendis, plerumque abstinebimus : peculiarem enim textum quin immo metricum, potius quam variam nostri scripturam continent. At in votis est huic quato)órt» suum dare locum, eumque ampliorem quam in notis et commodiorem. »

On lit encore à la page 360, dans une note sur l'abeille : « Api locum mullum dederunt sive Parisienses, sive extranei codices, duobus tantum exceptis e nostris E et G. Vix notare est hujus capitis exstare vestigium seu frustulum in Pontii de Leone Physiologo, cap. XXI, sed deficientibus caeteris, armenii codices, uti infra videre est de api praeclare meriti sunt. Prima ergo se dedit occasio, quam declinare minime licuit, accedendi ad codices E et G et lectoribus nostris proponendi qualemcumque gustum metrici hujusce Physiologi, novam que adeundi editionem, caeteris intricatiorem, ut pote quae depravati et antiquissimi textus mendis innumeris adjecit barbarae poetriae inconditos rhythmos, quibus praeterea in cod. E stribliginosae scripturae fastidia ad cumulum accedunt. » On voit que notre ignorance des travaux, des publications ou des vœux du P. Cahier et de Dom Pitra me nous a pas déservis M. Emile Legrand et moi. Nous n'avons point publié un texte déjà publié ; nous n'avons point choisi non plus la besogne la plus facile, puisque D. Pitra caractérise à merveille les difficultés du texte que nous avons donné, et nous continuons à croire, qu'en ne devant rien à personne, nous n'avons pas été d'inutiles ouvriers, quoique venus à la dernière heure.

LA CHANSON D'ARODAPHNOUSA

AVENTURE QUI s'EsT PAssÉE DANs L'ILE DE CHYPRE AU Xv° SIÈCLE, ET QUI Y EST DEVENUE LE SUJET D'UNE CHANsoN PoPULAIRE.

Au tome deuxième de sa Bibliotheca medii œvi, publié en 1873 à Venise, M. Constantin Sathas a donné, pour la première fois, le récit d'un chroniqueur nommé Leontios Machaeras. Le manuscrit appartient à la bibliothèque Saint-Marc de Venise. Il s'annonce ainsi : Histoire du doux pays de Chypre par Léontios Machœras. Aeovtiou Mxyztp2 è#ñYmat; ti ; Y)uxetxç Yc6p2; Körpou. Ce curieux monument de l'histoire et de la langue de cette île a été transcrit peu de temps après que les Turcs se furent emparés de Chypre (l473). A la difficulté du dialecte Cypriote, l'ignorance du copiste a ajouté beaucoup d'autres difficultés de lecture et d'interprétation : c'est à ces causes qu'il faut sans doute attribuer l'obscurité où ce manuscrit était demeuré. Emmanuel Bekker l'avait examiné, il en avait copié le titre et n'en avait rien dit de plus.Joseph Müller l'avait étudié avec plus de soin, mais il déclare que l'étendue de ce manuscrit et le peu de temps que lui-même avait passé à Venise, ne lui avait pas permis d'en montrer toute la valeur. M. de Mas Latrie n'en avait pas parlé; c'est à M. Sathas que revient l'honneur de cette publication.

Le père du chroniqueur Léontios Machaeras, vivait à la fin du XIV° siècle, il était considéré par les souverains de l'île, et il avait une place dans leur conseil. On le voit après la mort de Pierre II, en 1382, prendre une part active à l'élection de Jacques I". Il eut quatre fils. Léontios, notre chroniqueur, apparaît dans l'année l426, à la suite de Jean, dans une expédition contre les soldats égyptiens, qui avaient envahi l'île de Chypre. On le revoit sous Jean II, en 1432, il est chargé d'une mission auprès du sultan d'Icone. C'est dans ce pays que le Français Bertrandon de la Brocquière le rencontra avec son compagnon d'ambassade Lyachin Castrico : « Item, dit-il, trouvay en Larande un gentilhomme de Cypre que l'en nomme Lyachin Castrico, et ung aultre que l'en nomme Lyon Maschere, qui parlaient assez bon français (o). »

La chronique qu'il a composée part de Constantin-leGrand et s'arrête à l'année l432. Elle n'entre vraiment dans les détails de l'histoire de Chypre qu'à partir du règne de Pierre I" en 1360. Cet écrivain peut, par son exactitude,satisfaire les plus difficiles, et parfois ilabuse de la patience du lecteur. Il porte un grand scrupule dans les minuties, non-seulement il indique l'année et le mois de chaque événement; il en désigne encore la semaine, le jour et quelquefois l'heure. Il transcrit les lettres qu'il cite, il compte les personnes qui ont assisté au fait qu'il rapporte, et souvent interrompt le fil de son récit pour introduire une liste de chevaliers obscurs dans la narration d'un événement plus obscur encore.

Diomède Strambaly l'a traduit en Italien. Il s'est contenté de dire que l'original était écrit en grec ; Amadi l'a mis à profit sans le nommer, et Boustronios,

(l) De Mas Latrie, III. 3.

« AnteriorContinuar »