Imágenes de página
PDF
[graphic][graphic]

le pape. Gratien, au contraire, qui n'aime pas le clergé» qui l'a dépouillé de ses biens, établit par une loi de l'an 376 que les rhéteurs et les grammairiens recevront du trésor public un traitement annuel (l). Cette même loi établit des écoles dans les Gaules, une part y est faite à la littérature latine, une part égale à la littérature grecque.

Dans l'empire d'Orient, la langue d'Homère ne pouvait pas être proscrite, et, jusqu'au règne de Justinien (527 à 565), elle s'était assez bien défendue contre le temps. Elle s'enseignait dans des écoles florissantes. Constantinople avait des maîtres nombreux de grammaire et de jurisprudence. Dans Edesse, le grec et le syriaque servaient en même temps à répandre la grammaire, la rhétorique, la philosophie et la médecine. Il y avait à Bérytesur les côtes de la Phénicie, une école de droit, qui passait pour être une des plus fameuses de son temps. Déjà pourtant, on commençait à voir grandir les soupçons contre la science du passé. La riche bibliothèque fondée par les Ptolémées dans Alexandrie, augmentée par Marc-Antoine de celle de Pergame, avait péri en grande partie dans la destruction du temple de Sérapis, ordonnée par Théodose l'an 390. « Orose, qui a écrit une cinquantaine d'années après cet événement, dit avoir vu les armoires où les livres étaient anciennement placés, vidées par les chrétiens « exstant, quaeet nos vidimus, armaria librorum, quibus direptis exinanita ea a nostris hominibus, nostris temporibus » (!). Enfin, sous Justinien, Athènes, qui n'avait cessé d'avoir des philosophes occupés dans leurs leçons à expliquer les ouvrages de Platon et d'Aristote, qui comptait des

l'empereur en expulsa les philosophes et les rhéteurs, et renversa leurs chaires. « Il est vrai, dit Schœll, que ces maîtres imprudents s'étaient attiré un traitement si rigoureux par une conduite qu'aucun gouvernement connaissant ses devoirs ne pourrait tolérer. Ils avaient hautement annoncé le projet de renverser la religion de l'Etat, et la jeunesse, dont ils égaraient l'imagination, qui, à cet âge, n'est pas dirigée par la raison, devait fournir les instruments de cette révolution. >> C'était le néo-platonisme que Justinien ruinait par cette mesure; il portait assurément un coup aux lettres grecques, et, même en Occident, où les philosophes bannis d'Athènes n'osèrent pas aller chercher un refuge, l'hellénisme dut en être affaibli. C'était une nouvelle cause de décadence et d'oubli qui s'ajoutait à tant d'autres plus énergiquement efficaces. On était au milieu des invasions germaniques, et l'avenir appartenait à des peuples nouveaux. Leurs destinées doivent s'accomplir longtemps sans le secours de l'esprit grec.

IV.

Nous essaierons maintenant de faire voir où en étaient, dans l'église latine, au IVe siècle, les études helléniques. On ne saurait refuser à Saint Ambroise d'avoir été versé dans la connaissance du grec. Son livre de VHexaèmèron, ou Traité sur les six jours delà création a été visiblement inspiré par celui de Saint Basile. Le titre même en fait foi. On suit également dans ses autres ouvrages les tracés d'une connaissance étendue de la langue grecque; c'est par là qu'il se mit en état de choisir dans les pères grecs, et surtout dans Origène, ce qu'ils avaient enseigné de plus important sur la religion.

[graphic]

Moins que personne, on ne peut soupçonner Lactance d'avoir été étranger à la culture grecque. Ses écrits sont pleins de l'enseignement des philosophes; il les cite quelquefois pour les louer ou pour leur emprunter des arguments en faveur de la religion chrétienne; le plus souvent, il en parle pour les combattre par le ridicule et par le mépris. Il n'a pas toujours eu ce dédain pour les grecs. Tant qu'il fut païen et professeur de rhétorique à Nicomédie, il dut leur consacrer la plus grande partie de son temps, et ils avaient alors toute son admiration. En l'an 300, il se fit chrétien ; en 318, il quitta l'Orient pour devenir dans les Gaules le précepteur de Crispe César, fils de Constantin. Son hellénisme subit alors une éclipse. Tertullien et Saint Cyprien deviennent ses principaux docteurs, et ses études inclinent du côté du génie latin. Les sept livres de ses Institutions divines abondent de science grecque. Il écrit dans cette langue les termes de philosophie dont le latin ne lui offre pas d'équivalents. Il a lu Platon, Aristote ; il les a vus, non a travers des traductions, mais dans le texte même; pourtant il semble parfois ne les juger que d'après Cicéron, et souvent aussi il les lit avec une prévention chrétienne qui nuit à la parfaite intelligence de leurs doctrines. On le voit recourir de préférence à un hellénisme inférieur. Les oracles Sibyl- yk

lins et Mercure Trismégiste ont plus d'autorité pour ï&*

lui que les grands génies de la Grèce antique. Il n'épar- $«{

gne pas les reproches à l'esprit de légèreté et de mensonge des Grecs; en parlant de l'adulation qui fait les dieux, il dit : « Quod malum a Grsecis ortum est, Quorunt ('). » Pour appuyer son opinion d'une autorité grecque, il cite ce passage de la Sibylle:

[graphic]

'EXXiç 8rj ir^roi8a< ht1 àvSpôaiv ijf sadveirot;
Ilpo; Tt Zk î(ôpa jxrraia xaTaepOijAÉvoiç 'vit-J.'lr^,
0ôsi? etSwXot; • Ti'î -rot itXivrjv piXtv £v vôi
"Ûffrt oe Txs» iroitïv, («YâXoio Oeoû itpoaôrttoo
Atnrouivou.

Il s'applaudit d'ailleurs d'être revenu de ses erreurs, d'avoir quitté les sentiers où il errait en proie à ses illusions. Il met bien au-dessus de son antique profession, les études philosophiques et chrétiennes qu'il entreprend. Ce n'était pas à la vertu qu'il formait jadis les âmes des jeunes gens, il ne les façonnait qu'à une argumentation subtile. « Non ad virtutem, sed plane ad argutam malitiam juvenes erudiebamus. » Maintenant c'est la vérité, c'est la règle des mœurs qu'il va développer à leurs yeux, et faire pénétrer dans leurs âmes. S'il doit quelque avantage à ses études passées, ce sera de parler des doctrines nouvelles avec plus d'éloquence et de facilité. Au fond, dans cette direction nouvelle, dans ce nouvel emploi de ses facultés, il se soucie peu d'éloquence ; on voit percer partout un profond mépris des anciens. Il leur prodigue les plus dures épithètes ; la moins blessante est qu'ils sont des sots. « Stulti quos Sibylla Erythraea xcoçoù; xal àvoYJ'ïouç vocat, surdos scilicet et vecordes (2). » Onnedemandera pas de plus longues preuves. Il suffit d'inscrire le titre ou le résumé du chapitre XV des Institutions divines: m Quare sapientes habentur pro stultis : et quomodo in duabus praecipue virtutibus, pietate scilicet et sequitate. iustitia constet, etquid pietas secundum Trismnneutram assequi potuerunt Romani vel Graeci, nec aliqui nisi christiani. »

Si Pythagore, si Platon, si Carnéade ont ignoré la vraie nature de Dieu, s'ils n'ont pas su par quels liens l'homme se rattache à Dieu et quelle est la vraie religion, s'il ont erré sur la durée et l'origine du monde, s'ils ont supposé qu'il a vécu des milliers et des milliers d'années, tandis que, de science certaine, Lactance ne lui attribue que six mille ans de date ('), à quoi bon s'attacher à suivre de tels maîtres? c'est ailleurs qu'il faut chercher le vrai savoir, l'explication infaillible des mystères que n'ont pu pénétrer les anciens; c'est aux Hébreux qu'il faut recourir. Lactance n'hésite plus. Il trouve dans la langue des juifs, dans leurs livres sacrés, des lumières qui l'inondent de clarté. Avec le nombre sept des Hébreux, les sept jours deleur semaine, les sept planètes errantes, les six jours de la création, il arrive à construire les six mille ans que le monde a dures. Il s'appuie sur le prophète : « Dies enim magnus Dei mille annorum circulo terminatur, sicut indicat propheta, qui dicit : ante oculos tuos, Domine, mille anni, tanquam dies unus. Et ut Deus sex illos dies in tantis rébus fabricandis laboravit, ita et religio ejus et veritas in his sex millibus annorum laborare necesse est, malitia praevalente ac dominante (2). » Qui voudra désormais consulter ces oracles trompeurs d'une science courte et purement humaine? Aussi, Lactance cite-t-il les écrivains sacrés, les prophètes, dont la parole est sûre. Moïse, Esdras, Isaïe, Jérémie, Zaccharias, lui fournissent ses preuves; il cite les Psaumes, le Deuté* ronome, les Nombres (3) : c'est la Judée qui remplace la Grèce. Si c'est par la Grèce pourtant que Lactance con

(') Liv. VII, ch. XIV.

P) Ibid. ch. XIV.

C) Lib. III, ch. XVIII.

« AnteriorContinuar »