Imágenes de página
PDF
ePub

n'était pas lésée, car il savait bien qu'il tenait un enfant;
mais la raison était lésée, car il pensait que l'enfant ne
se ferait aucun mal (o). »
Guillaume Fillastre, dit le même savant, avait alors
la réputation d'helléniste, et l'on pourrait citer quel-
ques autres noms; mais il faut descendre jusqu'à l'an
l458, jusqu'à Grégoire Tifernas, pour trouver à Paris
une chaire de grec désormais permanente. L'Université
qui l'institua, exigea de ce grec réfugié deux leçons
par jour, l'une de sa langue maternelle, l'autre de
rhétorique, pour donner enfin plus de place aux études
littéraires dans l'enseignement supérieur. Les disciples
de Grégoire furent les maîtres de Reuchlin (o).
Quelques personnes ont voulu retarder jusqu'en
l'année 1362 l'établissement du collége grec ou de
Constantinople qu'on place aussi vers l'an l206. Le
cardinal Capoci aurait eu l'honneur de le fonder rue
d'Amboise (un des noms de la rue du Fouarre), mais
un acte de cette année nous apprend que ce collége était
déjà ancien et tombait en ruines (o). On peut croire
après cela qu'il n'était pourtant pas rare de trouver en
France des Grecs qui s'y étaient fait une réputation
par leur savoir. Tel était ce jeune homme « physicien
(c'est-à-dire médecin dans la langue du temps) très
grant clerc, parlant bel latin et moult argumentatif. »
Charles le Mauvais espérait que, grâce à son esprit, il
pourrait s'insinuer auprès de Charles V, et profiter de
sa confiance nour l'emnoisonner. C'était en l37l. Anoel.

[graphic]
[graphic]
[ocr errors]

DEPUIS LE Iv° sIÈCLE JUSQU'EN 1453. , 283

que des bruits populaires se trouvent si favorables à un grec et à un médecin (o). L'Italie était plus heureuse que la France. A raison des nombreuses relations qui n'avaient cessé d'exister entre elle et Byzance, elle continua d'être le refuge des grecs, qui, soit par ambition, soit par nécessité, abandonnaient leur pays. Souvent aussi elle envoya dans l'empire d'Orient des hommes curieux de s'instruire (o). C'est ainsi que dans la première moitié du XIV° siècle le moine Bernard Barlaam de Seminara, en Calabre, partit pour Constantinople, gagna la confiance d'Andronic le jeune, et fut chargé par lui de travailler à la réunion des deux églises. Il ne réussit dans sa mission qu'à se rendre suspect à son protecteur. Il fut donc obligé de revenir dans son pays. Evêque à Geraci, puis à Locri, il parut auprès du pape dans Avignon. C'est là qu'il connut Pétrarque et lui enseigna les premiers éléments de la langue grecque. Nous ne reviendrons pas sur ce que nous avons déjà dit ailleurs sur ce point, ni sur les leçons de Léonce Pilate, l'élève de Barlaam, et le maître de Boccace. Ils ont été les précurseurs de la Renaissance, et, bien avant la chute de Byzance, ils ont essayé de lui ravir ses plus précieux trésors. La chute de Constantinople, et son asservissement à des Barbares fanatiques, n'était pas nécessaire à l'enseignement du monde. Manuel Chrysoloras, élève du platonicien Gémiste Pléthon, parut pour la première fois en 1393 en Italie. Il venait en ambassade solliciter des secours contre les Turcs de plus en plus menaçants. Il prit alors l'engagement de revenir pour enseigner aux Italiens la littérature et la langue grecques. En effet, en 1396, il releva à Florence la chaire de Léonce Pilate abandonnée depuis 1363. On le voit alors se déplacer et aller enseigner le grec à Milan, àVenise, à Pavie, ou à Rome. Nulle part, il ne parlait dans le désert. Les hommes les plus distingués par le goût et par la science venaient avec empressement recevoir un enseignement que rendait plus agréable encore une parole vraiment éloquente. Il ne laissa pas périr le souvenir de ses leçons ; il composa une grammaire grecque ( Epotñuxzz), la première qui ait été faite en Occident, elle fut imprimée à Venise en l484 et bien des fois depuis. Chrysoloras, député au concile de Constance, y mourut en l4l5, après avoir eu la gloire d'être en quelque sorte le véritable fondateur de l'hellénisme en ltalie et aussi dans tout l'Occident. Parmi les élèves de Chrysoloras, à Venise, il faut compter AmbroiseTraversari dit en grec le Camaldule, (mort en 1439). Il savait assez bien le grec pour , haranguer, au concile de Florence, où il représentait le pape, les prélats grecs et l'empereur Paléologue. Il rédigea en grec et en latin le pacte de réunion des deux églises. Il traduisit des ouvrages théologiques de Saint Ephrem, de Saint Athanase, de Saint Basile, de Saint Jean-Chrysostome. Nous lui devons des détails sur la propagation rapide du grec en Italie. Il nous apprend qu'au commencement du XV° siècle « il trouvait même à Mantoue des enfants qui connaissaient le grec, et il Guarini, dit deVérone, disciple aussi de Chrysoloras, enseigna le grec et remplaça son maître à Florence; en l4l5, il était à Venise, en 1422 à Vérone, en l436 à Ferrare, où il mourut en l460. Il fit de nombreuses traductions, parmi lesquelles celle de Plutarque et de Strabon. Ce fut son fils Baptiste Guarini qui enseigna le grec à Alde Manuce. Les manuscrits grecs commençaient à devenir moins rares en Italie : le sicilien Aurispa, mort en l459, en rapporta d'Orient deux cent trente-deux. Après l433 il était professeur de grec à Florence et à Ferrare. Il y traduisit le traité de Hiéroclès sur les vers dorés de Pythagore ainsi qu'un fragment de Dion Cassius (o). François Philelphe apprit le grec à Constantinople pendant un séjour de sept années qu'il y fit (l420-27). Il eut pour maître Jean Chrysoloras, le frère de Manuel. Après avoir épousé la fille de son maître, il revint en Italie. Il enseigna le grec à Venise en l428, et en 1429 il passa à Florence, où il remplaça sans doute Aurispa dans sa chaire de grec. On sait quelle fut sa réputation d'helléniste. Les honneurs qu'on lui rendait prouvent à quel point s'étaient répandus l'amour et le respect de la langue grecque. « Les dames du plus haut rang, lorsqu'elles le rencontraient dans la rue, se rangeaient avec déférence. » Ilatraduit divers ouvrages d'Aristote, de Xénophon, d'Hippocrate, de Plutarque (o). Georges de Trébizonde vint en Italie vers l428; un noble vénitien François Barbaro, l'y avait appelé pour remplacer Philelphe. Il n'y resta que quelques années et se rendit à Rome; il y enseigna le grec jusqu'en l'année l450. Dès lors il se livra uniquement à la traduction des auteurs grecs, il mourut en l486.

[graphic]
[graphic][graphic][graphic][graphic][graphic][graphic][graphic][graphic][graphic][graphic][graphic][graphic][graphic][graphic][graphic][graphic][graphic][graphic][graphic][graphic][graphic][graphic][graphic][graphic][graphic][graphic][graphic]
[graphic]
[graphic]
[graphic]

(!) Ambroise Firmin-Didot, ibid., p. 23 (2) Ambroise Firmin-Didot, ibid., p. 24.

Théodore Gaza, de Thessalonique, chercha un refuge en Italie, quand les Turcs eurent pris sa ville natale en l430. De l44l à l450, il enseigna le grec au Gymnase de Ferrare, il alla ensuite à Rome auprès du Pape Nicolas V. Grégoire Tifernas ou de Tiferno, que nous avons vu obtenir en 1455, la première chaire de grec à l'Université de Paris, quitta cette ville en 1459; il revint à Venise où il ne cessa d'enseigner jusqu'à sa mort en l466. Il a traduit sept livres de Strabon et un traité de Dion Chrysostome (o). Il se trouva que Rome eut alors un pape, Nicolas V, passionné pour les lettres et les arts. Il ne se contenta pas de travailler à l'embellissement de Rome par de beaux édifices, il y attira tous les hommes instruits qu'il put trouver en Italie et principalement des grees. Aurispa, Manetti, Georges de Trébizonde, Théodore Gaza furent appelés par lui. Il les paya pour enseigner leur langue, il leur fit traduire les livres les plus précieux de leur littérature. Thucydide, Diodore de Sicile, Appien, Polybe, Strabon, Plutarque, une partie d'Aristote et de Platon furent mis en latin. Nicolas V aimait à acheter des manuscrits, à les faire couvrir de belles reliures exécutées sous ses ordres. Il en avait rassemblé une précieuse collection, de cinq mille à peu près. Malheureusement il ne resta que huit années sur le trône pontifical de 1447 à 1455. « A son lit de mort, il parlait encore de son désir de faire traduire Homère en vers hexamètres(o). » A ses côtés le cardinal Bessarion, d'origine grecque.

[graphic][graphic][graphic][graphic][graphic][graphic][graphic][graphic][graphic][graphic][graphic][graphic][graphic][graphic][graphic][graphic][graphic][graphic][graphic][graphic][graphic][graphic][graphic][graphic][graphic][graphic][graphic]
[graphic]
[graphic]
[graphic]
« AnteriorContinuar »