Imágenes de página
PDF
ePub

XIV.

Au septième siècle, les études sont encore en Irlande dans un tel éclat, qu'on y accourt de toutes parts pour puiser à cette source abondante de doctrine. Au témoignage de Béda, qui vivait au huitième siècle, s'il est en Bretagne quelque clerc, quelque noble breton qui veuille s'intruire, c'est en Hibernie qu'il se rend. Il est dit d'AEgilvin, qui fut plus tard évêque de Lincoln : Hiberniam gratia legendi adiit et bene instructus patruam rediit. Alfred, roi des Northumbriens, n'a pu satisfaire son désir de devenir savant qu'en passant en Irlande, c'est ce que dit le biographe de Saint Cuthbert :

Scottorum qui tum versatus incola terris
Cœlestem intento spirabat corde sophiam (!).

Vers le même temps, des clercs gaulois paraissent au milieu des écoles hibernoises ; par un singulier retour des choses humaines, ils viennent redemander à leurs anciens élèves la science qu'ils avaient perdue. C'est le cas de Saint Agilbert. « Legendarum gratia scripturarum, in Hibernia non parvo tempore demoratus, dit Beda. » Quand, vers 664, il revint sur le continent, « il étonna tellement l'église des Gaules par l'étendue de ses connaissances qu'à la mort d'Importunus, on s'empressa de le nommer évêque de Paris (o). »

Peut-on douter de la véracité de l'histoire affirmant qu'à l'école d'Armagh, plus de sept mille écoliers se trouvaient réunis, quand un Anglo-Saxon, jaloux de cette grande réputation de l'Irlande, Aldhem, écrit ceci: « Telle est la renommée des Irlandais et l'opinion qu'on a de leur science s'est répandue à ce point, qu'on voit passer et repasser sans cesse ceux qui vont visiter ce pays ou en reviennent. Pareils à des essaims d'abeilles qui composent leur nectar, et qui, au moment où l'ombre de la nuit se retire, vont se poser sur les fleurs des tilleuls, pour revenir à la ruche chargées de leur fardeau jaunissant ; ainsi, la foule des lecteurs avides va recueillir, non-seulement les six arts de la grammaire et de la géométrie, sans compter la science physique, mais aussi les quatre sens de l'écriture, avec l'interprétation allégorique et tropologique de ses oracles (o). » Il s'étonne de ce concours de flottes entières qui y transportent les étudiants bretons : « Cur inquam, hibernia, quo catervatim istine lectores classibus advecti confluunt, ineffabili quodam privilegio efferatur ? Il réclame en faveur des écoles Anglo-Saxonnes aussi bien pourvues de bons maîtres et de bonnes lettres. Il dit au jeune Eadfrid, qu'il a ramené de la brumeuse Irlande, après qu'il y était demeuré « trois fois deux ans suspendu à la mamelle de la philosophie » : Comme si, sur cette terre verte et féconde d'Angleterre, les maîtres grecs et romains nous manquaient pour expliquer à ceux qui veulent savoir les obscures questions de l'écriture divine : « Ac si istic, facundo Britanniae in cespite, didascali Argivi Romanive Quirites reperiri minime queant, qui, caelestis tetrica enodantes bibliothecae problemata, sciolis reservare se sciscitantibus valeant ?(o)»

(l) Usher. Ibid. praefatio. (o) Hauréau. Ibid. p. 6.

On ne peut pas désigner d'une manière plus satisfaisante pour nous que l'enseignement du grec fait partie du programme de ces écoles bretonnes. On cessera de s'en étonner quand on saura qu'en 668, l'hellénisme avait reçu un redoublement d'activité dans ces régions du nord par l'arrivée d'un grec venu de Tarse en Cilicie. Il se nommait Théodore; et le pape Vitalien l'avait envoyé d'Italie en Bretagne pour occuper le siége de Cantorbéry. C'était un homme versé dans les sciences sacrées et profanes. On le vit, accompagné du moine Adrien, dont on vantait aussi le savoir, parcourir les sept royaumes Anglo-Saxons. Il ne se contenta pas d'y rétablir la discipline, il y alluma un grand foyer de science. Dans la ville archiépiscopale, il avait rassemblé « un grand nombre de jeunes clercs; luimême leur enseignait la métrique, l'astronomie, l'arithmétique, la musique et l'écriture sainte, avec un tel succès que, trente ans après, plusieurs de ses disciples parlaient encore le grec et le latin (o). » Ozanam n'a fait que traduire le témoignage de Bède: « Congregata discipulorum caterva, scientiae salutaris quotidie flumina in rigandis eorum cordibus emanabant ita ut etiam metricae artis, astronomicae, et arithmeticaeecclesiasticae disciplinam inter sacrorum apicum volumina suis auditoribus contraderent. Indicio est quod hucusque supersunt de eorum discipulis qui latinam graecamque linguam aeque, ut propriam in qua nati sunt, norunt (o). » On retrouve le même éloge dans la lettre d'Aldhelm à Eadfrid : « Bien que le ciel de l'Irlande ait de brillantes étoiles, la Bretagne, aux extrémités de l'Occident, a son soleil aussi en la personne de Théodore, honoré des bandelettes de l'épiscopat, nourri dès l'enfante de la fleur de la philosophie; et sa lune bienfaisante en la personne d'Adrien, doué de tous les agréments verbi gratia, ceu solis flammigeri et luculento lunae specimine potiatur, id est, Theodoro infula pontificatus fungente, ab ipso tirocinio rudimentorum in flore philosophicae artis adulto; nec non et ejusdem sodalitatis cliente Adriano duntaxat urbanitate enucleata ineffabiliter praedito(o).» Nous trouvons dans Aldhelm les traces du savoir grec qu'iltenait desonmaître(o). Ilaimeàmêler des mots grecs à son latin. On y lit au milieu d'une phrase ad doxan onomatis Cyrii; salpix, strophosus, orama, cephale, sont tirés de la même langue. C'est du reste un mérite que lui reconnaissent ses biographes. Guillaume de Malmsbury l'appelle : « Pusio graecis et latinis eruditus litteris. » Faricius, moine du douzième siècle, reconnaît aussi qu'il était capable d'écrire et de parler le grec comme s'il était de cette nation : « Miro denique modo graiae facundiae omnia idiomata sciebat, et quasi Graecus natione scriptis et verbis pronuntiabat (o). » Edelwald, disciple favorid'Aldhelm, suitles exemples de son maître ; comme lui, il croit enrichir son style en y mêlant des hellénismes, dans une de ses lettres rapportées par Ozanam, on lit : « Blandaesponsionis Epimenia, » plus loin : « Calamoperarante charaxatum medium (o). » On reconnaît dans ces contrées un groupe de disciples qui ne sont pas étrangers à l'érudition de leurs maîtres. L'auteur de la Civilisation chrétienne chez les Francs relève dans une lettre de Boniface à Nidhard son ami, les mots grecs que voici: « Et hac de re aurilegi Ambrones apoton grammaton agiisfrustatis...» plus bas: « quia cata psalmistam. » Nous n'oserions pas dire avec Ozanam que les élèves surpassaient leurs maîtres, ni qu'ils avaient un savoir bien étendu et bien profond, mais nous ferons remarquer après lui qu'on rencontre des poèmes écrits en trois langues entremêlées, le grec, le latin et l'Anglo-Saxon :

(!) Ozanam. Ibid. p. 49l. (o) Ozanam. Ibid. p.492.

[graphic]

(1) Usher Vet. epistol. hibernic. Sylloge. p. 26.

(2) Voir l'Epître XIII, dans Usher p. 26, elle est de 690. Elle commence ainsi: Primitus (pantorum procerum), ce qui ne donne guère une bonne idée de son hellénisme; p. 28, on lit Cata evangelicae experimentum auctoritatis. A l'épitre XIV d'Adamanni Hensis, monasterii abbatis. — P. 29, dans Usher, on voit : nec ob aliqua scoticae, vilis videlicet linguae, aut humana onomata.p. 30, ad evitandum fastidium lectorum, sicut caraxata. Ce peu de science était d'autant plus estimable qu'on voit dans la lettre XVI, p. 37, l'ignorance d'un prêtre qui baptisait ainsi : Baptizo te in nomine patria, et filia et spiritu sancta.

(o) Ozanam.ibid. p.492-490.— Mai, Classici auctores. t. V. - Usher. Veter. Epist. Syll.

(*) Ibid. p.494 n. l. Apud Bonifacii epistol. edit. Würdtwein.

Ac he ealue sceal
Boethia biddan georne,
Thurh his modes gemind
Micro in COSmO
Thaet him Drihten gyfe
Dinamis en earthan
Fortis factor
Thaet he forth simle.

Quand Aldhelm mourut en 709, Bède, né en 672, était déjà en état de lui succéder. Elevé dans le cloître de Jarrow, succursale de l'abbaye de Wearmouth, sous la conduite de Benoît Biscop,ily ensevelit sa vie, « trouvant, dit-il, une grande douceur à ne jamais cesser d'apprendre, d'enseigner et d'écrire. » Sa grande érudition est connue. Ce qu'il nous importe de faire observer, c'est que ses biographes ne manquent pas de parler de ses connaissances dans la langue grecque (o). »

(1) Voici quelques détails recueillis sur les moines de Saint-Gall , dans Basnage, p. 190. Thesaurus monumentorum Ecclesiasticorum et historicorum, etc., etc., a Jacobo Basnagio. Antverpiae l725. t. I, pars tertia.

Versus Hartmani monachi S. Galli ante evangelium canendi : ...Clausa tenentes stomata... P. 198. - Saeculo, IX. Anno, 894. Notker Lantberto fratri salutem, quid singulae litterae in superscriptione significent Cantilenae, prout potui, juxta tuam petitionem, explanare curavi. V. Licet amissa in sua, veluti valde Vau Graeca, vel hebraea velificat. Z. Vero licet et ipsa mere Graeca, et ob id haud necessaria Romanis... In sua lingua Zitîse require. ...Salutant te Ellenici fratres ; momentes te fieri de ratione embolismi

« AnteriorContinuar »