Œuvres completes de Voltaire, Volumen 22

Portada
la Société Littéraire-typographique, 1785

Dentro del libro

Comentarios de usuarios - Escribir una reseña

No hemos encontrado ninguna reseña en los sitios habituales.

Páginas seleccionadas

Otras ediciones - Ver todo

Términos y frases comunes

Pasajes populares

Página 158 - Par votre humeur le monde est gouverné ; Vos volontés font le calme et l'orage ; Vous vous riez de me voir confiné Loin de la...
Página 125 - Quelque autre te dira d'une plus forte voix Les faits de tes Aïeux et les vertus des Rois. Je vais t'entretenir de moindres Aventures, Te tracer en ces vers de légères peintures. Et, si de t'agréer je n'emporte le prix, J'aurai du moins l'honneur de l'avoir entrepris.
Página 279 - ... tous ayant les mêmes principes de droit public et de politique, inconnus dans les autres parties du monde.
Página 121 - ZjUde. furent les premiers romans où l'on vit les mœurs des honnêtes gens, et des aventures naturelles décrites avec grâce.
Página 207 - Que , dans un corps courbé fous un amas de jours , Le fang, comme à regret, femble achever fon cours ; Lorfqu'en des yeux couverts d'un lugubre nuage II n'entre des objets qu'une infidelle image ; Qu'en débris chaque jour le corps tombe et périt : En ruines atiffi je vois tomber l'efprit.
Página 116 - Descartes, ce mortel dont on eût fait un dieu Chez les païens, et qui tient le milieu Entre l'homme et l'esprit ; comme entre l'huître et l'homme...
Página 273 - XIV, il s'est fait, dans nos arts, dans nos esprits, dans nos mœurs, comme dans notre gouvernement, une révolution générale qui doit servir de marque éternelle à la véritable gloire de notre patrie.
Página 272 - Démosthène, des Aristote, des Platon, des Apelle, des Phidias, des Praxitèle, et cet honneur a été renfermé dans les limites de la Grèce; le reste de la terre alors connue était barbare. Le second âge est celui de César et d'Auguste, désigné encore par les noms de Lucrèce, de Cicéron, de Tite-Live, de Virgile, d'Horace, d'Ovide, de Varron, de Vitruve.
Página 121 - Alors j'aperçus dans les airs L'enfant maître de l'univers, Qui, plein d'une joie inhumaine, Me dit en souriant : « Tircis, ne te plains plus, Je vais mettre fin à ta peine; Je te promets un regard de Caylus.

Información bibliográfica