Mémoires inédits de madame la comtesse de Genlis: sur le dix-huitième siècle et la révolution française, depuis 1756 jusqu'à nos jours, Volume 10

Couverture
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 361 - J'aurai l'honneur d'être purgé De la main royale et chérie Qu'on vit , bravant le préjugé , Saigner l'Autriche et la Hongrie. Grand prince, je vous remercie Des salutaires petits grains Qu'avec des vers un peu malins Me départ votre courtoisie.
Page 173 - ... moins qu'il n'y ait une infinité d'hommes utiles qui ne possèdent rien du tout : car, certainement, un homme à son aise ne quittera pas sa terre pour venir labourer la vôtre; et, si vous avez besoin d'une paire de souliers, ce ne sera pas un maître des requêtes qui vous la fera. L'égalité est donc à la fois la chose la plus naturelle et en même temps la plus chimérique.
Page 169 - Je ne sais pas en quel sens il peut » être vrai que nous jouissons des mêmes » qualités d'esprit et de corps. Il ya, entre » les hommes, une inégalité originelle à laquelle » rien ne peut remédier; il faut qu'elle dure » éternellement; et tout ce qu'on peut ob» tenir de la meilleure législation, ce n'est » pas de la détruire, c'est d'en empêcher les
Page 247 - L'Académie est comme un vrai chapitre; Chacun à part promet d'y faire bien ; Mais tous ensemble ils ne tiennent plus rien, Mais tous ensemble ils ne font rien qui vaille. Depuis six ans dessus l'F on travaille, Et le destin m'auroit fort obligé ' S'il m'avoit dit : Tu vivras jusqu'au G.
Page 254 - ... et peut-être que maintenant il n'existe pas un seul homme de lettres qui sache dessiner un paysage, ou jouer passablement d'un instrument. Cependant ces arts enchanteurs sont les plus doux délassemens des travaux littéraires; une harpe (quand on en sait bien jouer) est une compagne fidèle qui , dans la solitude d'un cabinet , toujours prête à nous répondre, peut à la fois nous inspirer, nous adoucir et nous consoler.
Page 311 - ... qu'alors , en mariant ses enfans , on vouloit les garder chez soi au moins cinq ou six ans , afin de les produire et de les guider dans le monde, et que les jeunes mariés se contentoient chez leurs parens d'une seule grande chambre. Lorsque l'un d'eux étoit malade, l'autre le gardoit et couchoit dans sa chambre, sur un lit de sangle ou sur un canapé. Quand la femme étoit en couche , on cédoit au mari le petit logement d'un valet de chambre , dans lequel il passoit un mois ou six semaines....
Page 256 - Le résultat de cette étude étoit de raccourcir les étriers de leurs chevaux, de hausser le siège de leurs cochers , et, dans la société , de terminer toutes les discussions par unpari. Enfin , on métamorphosa des champs de verdure en tapis de jeu; on établit des courses de chevaux; on se ruina, on perdit toutes les babiludes nationales: c'étoit perdre une grande partie de l'attachement qu'on a naturellement pour son pays.
Page 241 - La politesse francoise a été combinée dans toutes ses nuances avec tant d'esprit , de goût et de finesse , qu'elle a toujours été citée comme le modèle de la grâce, de la galanterie et de la véritable obligeance.
Page 174 - Plusieurs personnes ont établi des écoles dans leurs terres, j'en ai établi moi-même, mais je les crains. Je crois convenable que quelques enfants apprennent à lire, à écrire, à chiffrer; mais que le grand nombre, surtout les enfants des manœuvres, ne sachent que cultiver, parce qu'on n'a besoin que d'une plume pour deux ou trois cents bras.
Page 165 - La colonie entière était consternée. On ne savait à quoi se résoudre, lorsqu'un missionnaire part, suivi d'un seul noir, arrive à l'endroit où s'était livré le combat, dresse un autel, appelle les déserteurs par le moyen d'une clochette, leur dit la messe, les harangue et les ramène tous sans exception à leurs anciens maîtres.

Informations bibliographiques