Imágenes de página
PDF

SCÈNE IV
ORESTE seul

Que vois-je ? est-ce Hermione? Et que viens-je d'entendre? 1565

Pour qui coule le sang que je viens de répandre?

Je suis, si je l'en crois, un traître, un assassin.

Est-ce Pyrrhus qui meurt? et suis-je Oreste enfin?

Quoi? j'étouffe en mon cœur la raison qui m'éclaire;

J'assassine à regret un roi que je révère; 1570

Je viole en un jour les droits des souverains,

Ceux des ambassadeurs, et tous ceux des humains,

Ceux même des autels où ma fureur l'assiège:

Je deviens parricide, assassin, sacrilège.

Pour qui? Pour une ingrate, à qui je le promets, 1575

Qui même, s'il ne meurt, ne me verra jamais,

Dont j'épouse la rage. Et quand je l'ai servie,

Elle me redemande et son sang et sa vie!

Elle l'aime! et je suis un monstre furieux!

Je la vois pour jamais s'éloigner de mes yeux! 1580

Et l'ingrate, en fuyant, me laisse pour salaire

Tous les noms odieux que j'ai pris pour lui plaire!

SCÈNE V
Oreste, Pylade, Soldats D'oreste

Pylade

Il faut partir, Seigneur. Sortons de ce palais,

Ou bien résolvons-nous de n'en sortir jamais.

Nos Grecs pour un moment en défendent la porte. 1585

Tout le peuple assemblé nous poursuit à main forte.

Aux ordres d'Andromaque ici tout est soumis;

Ils la traitent en reine, et nous comme ennemis.

Andromaque elle-même, à Pyrrhus si rebelle,
Lui rend tous les devoirs d'une veuve fidèle, 1590

Commande qu'on le venge, et peut-être sur nous
Veut venger Troie encore et son premier époux.
Allons. N'attendons pas que l'on nous environne:
Nos Grecs nous rejoindront: et tandis qu'Hermione
Tient encore le peuple autour d'elle arrêté, 1595
Voilà votre chemin, sortons en sûreté.

ORESTE

Non, non, c'est Hermione, amis, que je veux suivre.
A son dernier arrêt je ne puis plus survivre.
Partez: j'ai fait le crime, et je vais l'expier.

PYLADE

Hermione, Seigneur? Il la faut oublier. 1600
Quoi? toujours l'instrument et l'objet de sa rage?
Cherchez-vous chez les morts quelque nouvel outrage?
Et parce qu'elle meurt, faut-il que vous mouriez?

ORESTE

Elle meurt? dieux! qu'entends-je?

PYLADE

Hé quoi? vous l'ignoriez? En rentrant en ces lieux, nous l'avons rencontrée 1605 Qui courait vers le temple, inquiète, égarée. Elle a trouvé Pyrrhus porté sur des soldats Que son sang excitait à venger son trépas. Sans doute à cet objet sa rage s'est émue. Mais du haut de la porte enfin nous l'avons vue, 1610 Ûn poignard à la main, sur Pyrrhus se courber, Lever les yeux au ciel, se frapper et tomber.

ORESTE

Grâce aux dieux! mon malheur passe mon espérance.

Oui, je te loue, ô ciel, de ta persévérance.

Appliqué sans relâche au soin de me punir, 1615

Au comble des douleurs tu m'as fait parvenir.

Ta haine a pris plaisir à former ma misère;

J'étais né pour servir d'exemple à ta colère,

Pour être du malheur un modèle accompli.

Hé bien! je meurs content, et mon sort est rempli. 1620

OU sont ces deux amants? Pour couronner ma joie,

Dans leur sang, dans le mien il faut que je me noie;

L'un et l'autre en mourant je les veux regarder.

Réunissons trois cœurs qui n'ont pu s'accorder.

Mais quelle épaisse nuit tout à coup m'environne? 1625

De quel côté sortir? D'oh vient que je frissonne?

Quelle horreur me saisit? Grâce au ciel, j'entrevoi.

Dieux! quels ruisseaux de sang coulent autour de moi!

PVLADE

Ah! Seigneur.

ORESTE

Quoi? Pyrrhus, je te rencontre encore? Trouverai-je partout un rival que j'abhorre? 1630 Percé de tant de coups, comment t'es-tu sauvé? Tiens, tiens, voilà le coup que je t'ai réservé. Mais que vois-je? A mes yeux Hermione l'embrasse? Elle vient l'arracher au coup qui le menace? Dieux! quels affreux regards elle jette sur moi? 1635 Quels démons, quels serpents traîne-t-elle après soi? Hé bien! filles d'enfer, vos mains sont-elles prêtes? Pour qui sont ces serpents qui sifflent sur vos têtes?

A qui destinez-vous l'appareil qui vous suit?

Venez-vous m'enlever dans l'éternelle nuit? 1640

Venez, à vos fureurs Oreste s'abandonne.

Mais non, retirez-vous, laissez faire Hermione:

L'ingrate mieux que vous saura me déchirer;

Et je lui porte enfin mon cœur à dévorer.

PYLADE

Il perd le sentiment. Amis, le temps nous presse: 1645
Ménageons les moments que ce transport nous laisse.
Sauvons-le. Nos efforts deviendraient impuissants
S'il reprenait ici sa rage avec ses sens.

« AnteriorContinuar »