Imágenes de página
PDF
ePub

leur sont infiniment supérieurs par l'exécution. La Bibliothèque impériale en possède deux. L'un, sous les n° 8299-5 et 8299-6, anciennement Colbert 19 et 20, est formé de deux magnifiques volumes grand in-fol. vél., dorés sur tranche, et reliés en maroquin fauve au chiffre du roi Louis-Philippe. Le premier volume a d'abord onze feuillets préliminaires, qui sont numérotés. On lit en tête du premier de ces onze feuillets : « Le premier volume de Enguerran de Monstrellet, ensuyvant Froissart, des cronicques de France, d'Angleterre, d'Escoce, d'Espaigne, de Bretaigne, de Gascongne,

de Flandres et lieux circonvoisins. » Vient ensuite le prologue, puis la table des chapitres, au nombre de 268. Au commencement du texte la pagination recommencè de 1 à 389, ce qui donne pour le tout 400 feuillets. Ce volume contient vingt-deux miniatures, de grande proportion et fort bien exécutées. Le second volume est comme le premier, un très-bel in-folio de 471 feuillets. Le premier commence par ces mots : « Ung très noble philosophe nommé Végèce, » qui sont ceux du prologue du second livre. Vient ensuite la table qui s'arrête au bas du recto du folio 10, dont le verso est en blanc. Au folio 11 s'ouvre, par une magnifique miniature à double sujet, la suite des chapitres au nombre de 280, puis on lit au recto du folio 287 : « Cy finist le second volume des croniques de messire Enguerrand de Monstrelet. Pour monseigneur le Légat. » La table du troisième livre se trouve au solio 288, et au folio 296, le texte. Là il reste un blanc qui attend encore sa miniature. Au dernier feuillet on

[ocr errors]

lit : « Cy finist le tiers volume d’Anguerran de Monstrellet, des cronicques de France et d'Angleterre et de Bourgoingne et autres pays circonvoisins, etc. » Ce livre a 140 chapitres. Le volume a cinquante-deux miniatures. A l'indication de la fin du second livre, on a remarqué les mots : Pour monseigneur le Légat. Si, comme il nous semble, ils s'appliquent au cardinal d'Amboise, légat en France en 1499 et mort en 1516, c'est entre ces années qu'il faut chercher la date de ce beau manuscrit.

Le second des deux manuscrits de Monstrelet contenant les trois livres, appartient encore à la Bibliothèque impériale, où il est conservé sous la cote La Vallière 32. C'est un fort beau manuscrit en trois volumes in-folio, répondant chacun à l'un des trois livres de la chronique. Au dernier feuillet du troisième volume on lit : « Cy finist le tiers volume d'Anguerran de Monstrelet, des croniques de France, d'Angleterre, de Bourgongne et autres pays circonvoisins, suyvant celles de Froissart. Escriptes par moy Anthoine Bardin, serviteur de monseigneur messire Françoys de Rochechouart, chevalier, seigneur de Champdenier, seneschal de Tholouze, gouverneur et lieutenant général à Gennes pour le roy Loys, douziesme de ce nom, son conseiller et chambellan ordinaire. Et fut achevé au palays dudit Gennes, la vigille de Nostre Dame d'aoust, l'an mil cinq cens et dix. » Ce manuscrit contient un très-grand nombre de dessins à la plume exécutés en façon de camaïeux et dont la plupart sont enrichis d'or et de vives couleurs. Comme ces dessins sont dus

b

très-vraisemblablement à des artistes italiens, le manuscrit en est d'autant plus curieux à étudier sous le rapport de l'art. On y rencontre à chaque page l'écu des Rochechouart (fascé ondé d'argent et de gueules de six pièces).

Nous avons parlé de manuscrits où la chronique de Monstrelet se trouve plus ou moins abrégée. La Bibliothèque impériale en possède deux. L'un, portant le n° 8344, est un beau volume in-folio, vélin, relié en maroquin rouge. Il est écrit à deux colonnes et contient 407 feuillets, y compris la table des chapitres qui est en tête. Il est orné de petites miniatures assez bien traitées, l'une surtout (folio 52) qui représente le meurtre du duc d'Orléans; avec les détails de la main coupée et du page allemand couché sur son maître. Il commence : « Premièrement, dit Enguerran de Monstrelet pour donner congnoissance aux lisans dont vindrent les haynes et divisions qui furent en France durant le regne d'icelluy roy Charles VI, dont sy grans maulx vindrent en son royaume que c'est pitié du recorder. » Il s'arrête à la descente du comte de Salisbury en France, l'an 1428. L'écriture nous paraît être de la fin du xv° siècle.

L'autre Monstrelet abrégé est un volume in-4, dont le papier est au filigrane d'un écu de France, et relié aux armes et au chiffre de Charles IX. Il a 387 feuillets numérotés à l'encre rouge, non compris 14 autres non numérotés, en tête, contenant la table des chapitres. Au premier feuillet on lit la rubrique : « Cy commence le premier livre de la cronique que fist Enguerran de

Monstrelet, qui traicte des guerres et divisions de France et d'Angleterre, depuis l'an mil quatre cens jusques à l'an mil cinq cens vingt deux, c'est à sçavoir jusques au trespas

du
roy

Charles de France. » puis les mots : « Prohème dudit livre. » Et enfin le texte commence par ces mots : « Extrait des histoires et croniques faites et compilées par noble homme Enguerran de Monstrelet demourant à Cambray. Commençans icelles croniques, etc. » Au verso du folio 384 on lit la rubrique : « Cy fine le premier livre que fist en son temps Enguerran de Monstrelet. » Le folio 385 est en blanc, le folio 386 manque. Enfin au folio 387 et dernier, on lit, d'une main de la fin du xvro siècle :

« Ce présant livre appartient à moy Crestophe Hesselin demourant en la rue des Bourdonnoys à Paris. Qui le trouvera, si luy rende, et il paira voluntiers le vin à la St.-Martin.

Qui me trouvera , soit gueux ou mille,
Je luy supplie de cuer enclin
Me rendre à une belle fille,
Son nom Marguerite Hesselin.

Nous n'avons reproduit ceci que pour montrer la bizarre destinée de ce livre, qui, des mains de Charles IX tombe dans celles d'un bourgeois de la rue des Bourdonnais. Ce manuscrit n'est, comme on le voit, qu'un abrégé de Monstrelet, et encore du premier livre seulement.

Quant aux deux manuscrits de la Bibliothèque de l’Arsenal, nous n'en dirons que peu de chose, leur im

nique

portance disparaissant tout à fait devant la plupart de ceux dont il vient d'être question. Le premier, qui porte la cote Hist. 147, est un volume in-folio , papier à deux colonnes et à rubriques, de 387 feuillets. C'est un abrégé des deux premiers livres de la chro

de Monstrelet. L'écriture peut remonter au temps de Henri II. Il a appartenu à la famille de SaintGelais, comme le prouve la mention de la naissance de plusieurs personnes de cette famille, qui se trouve au dernier feuillet. L'autre manuscrit de l'Arsenal, Hist. 146, est encore un abrégé, mais qui n'embrasse pas même tout le premier volume, puisqu'il s'arrête au traité de Pouilly-le-Fort du 18 juillet 1419. C'est un in-folio, papier à deux colonnes et à rubriques, d'une écriture de la fin du xve siècle.

Toutes les éditions de Monstrelet, à l'exception de la dernière, celle de Buchon; s'accordent à donner trois livres à la chronique de Monstrelet. On a vu que les manuscrits complets donnaient également ces trois livres. Cependant Ducange', et après lui Dacier, avaient conçu des doutes sur l'authenticité de ce troisième livre. Comme il s'étend de l'année 1444, où finit le second, jusqu'à l'année 1467, il y avait, rien que dans cette dernière date, une objection invincible, Monstrelet étant mort en 1453. Aussi Buchon, lorsqu'il donna son édition de Monstrelet en 1826, prit, par d'excellentes raisons, assez mal présentées au reste dans

1. Notes et observations sur Monstrelet. C'est une plaquette de 10 p. conservée à la Bibl. imp. Ms. Ducange 1218. Nous la citons sous la rubrique Notes de Ducange.

« AnteriorContinuar »