Imágenes de página
PDF
ePub

mesmement dans ladicte église'. Si se commença un très grant hutin, mais finablement, par la grant multitude d'iceulx escoliers qui estoient en grant nombre, furent les dessusdiz reboutez après que les plusieurs eurent esté batus et vilainement navrez. Et qui plus est , après la procession retraicte grant partie de ceulx de l'Université alèrent devers le Roy faire plainte de l'offense . qui leur avoit esté faicte, requérans instamment au Roy par la bouche du Recteur que amende leur en feust faicte selon le cas. Disans oultre

pour vray, que se ainsi ne se faisoit, ilz se partiroient tous de la cité de Paris et yroient demourer ailleurs où ilz seroient tenus paisibles. A laquelle requeste fust respondu de la bouche du Roy que si bonne provision leur seroit baillée qu'ilz devroient estre contens. Finablement, après ce que par plusieurs journées ilz eurent très diligemment poursui ceste besongne, tant envers le Roy et les seigneurs de son sang, comme son grant Conseil, fut en la fin ordonné de par le Roy pour les appaiser que le dessusdit messire Charles de Savoisy, pour

l'amende de ladicte offense faicte par ses gens comme dit est, seroit banni et bouté hors de l'ostel du Roy , et aussi de tous ceulx de son sang , et avec ce qu'il seroit privé de tous offices royaulx. Et si fut sa maison démolie et abatue de fons en comble et avecques ce fut condemné à fonder deux chapelles de cent livres de rente, lesquelles furent en la dominacion de ladicte Université. Après laquelle sentence ainsi faicte et acomplie, icellui messire Charles s'en ala de

1. Le Religieux de Saint-Denis dit qu'un diacre et un sousdiacre eurent leurs vêtements percés à coups de flèches. (Ibid.)

mourer hors du royaume de France, en estrange pays desolé et en grande desplaisance. Mais depuis se gouverna si doulcement et si honnorablement, que certain espace de temps après, par le moien principalement de la royne de France et autres grans seigneurs, il eut sa paix et retourna en l'ostel du Roy, et en la grace de ceulx de ladicte Université.

En après, en autre temps', messire Guillaume de Tignonville, prévost de Paris, fist exécuter deux clercs de ladicte Université; c'estassavoir un nommé Roger de Montillel, qui estoit Normant, et l'autre nommé Olivier Bourgois, qui estoit Breton, lesquelz estoient chargez d'avoir commis plusieurs larrecins et en divers cas; et pour ceste cause, non obstant qu'ilz feussent clercs et eulx menant à la justice, criassent hault et cler : Clergię! à fin d'estre rescoux, néantmoins, comme dit est, furent exécutez et mis au gibet. Et depuis, par le pourchas de l'Université, fut privé de tout office royal et avec tout ce, fut-il condempné à faire une croix de pierre de taille grande et eslevée assez près dudit gibet, sur le chemin de Paris, où estoient les ymages d'iceulx deux clercs entaillez; et si les fist despendre et mectre sur une charrète converte de noir drap; et ainsi, acompaigné de ses sergens et autres gens portans torches de cire allumée, furent menez à Saint-Maturin', et là par le prévost rendus au

1. En 1407. Le Religieux de Saint-Denis, bien mieux au fait que Monstrelet de tout ce qui regarde l'Université, ne s'y est pas trompé, et son récit est bien à sa place, c'est-à-dire en 1407. (T. III, p. 722.)

2. On se rappelle que ce couvent était le lieu consacré des assemblées solennelles de l'Université.

recteur de l'Université qui les fist enterrer honnorablement au cloistre de ladicte église. Et là, de rechef, fut fait ung épitaphe à leur semblance pour perpétuelle mémoire.

CHAPITRE XIV.

Comment le séneschal de Haynau, lui quatriesme, fist armes, présent le

roy d'Arragon ; et du voyage que l'admiral de Bretaigne fist en Angleterre.

En l'an dessusdit, furent entreprinses armes à faire par le gentil séneschal de Haynnau , en la présence du roy d'Arragon', c'estassavoir de quatre contre quatre. Et estoient les armes telles qu'ilz devoient combatre de haches, d'espées et de dagues jusques à oultrance, sauf en tout la voulenté du juge. Si estoient en la compaignie dudit séneschal, messire Jaques de Montenay, chevalier normant, le second messire Taneguy du Chastel, chevalier de la duchié de Bretaigne, et le tiers estoit ung notable escuier nommé Jehan Carmen. Et leur adverse partie estoit du royaume d'Arragon, et par espécial estoit le principal ung nommé Colemach de Saincte-Couloume, et estoit de l'ostel du roy

d'Arragon, et de lui moult aymé. Le second estoit appellé messire Pierre de Moscade". Le tiers estoit nommé Pothon de Saincte-Coloume, et le quart se nommoit Barnabo de l'Oef. Et quant ce vint au jour assigné,

1. On peut voir dans la Bibl. de l'École des chartes (1re série, t. V, p. 379 ) quelques pièces relatives à une autre émeute d'écoliers , en 1453.

2. Martin.
3. Pierre de Moncade.

[le roi]', qui avoit fait préparer les lices en la cité de Valence-la-Grant emprès son palais moult richement, vint à son eschafault acompaigné du duc de Candie et des contes de Sardaine et d’Aynemie, avec très grant noblesse. Et tout à l'environ d'icelles lices estoient faiz eschafaux dessus lesquelz estoient les nobles du pays avec les dames et damoiselles, et aussi les notables bourgois et bourgoises de ladicte cité de Valence. Et furent commis de par le roy dedens les lices pour garder le champ, quarante hommes d'armes, moult richement parez. Et entre les claières desdictes lices”, estoit le connestable d'Arragon à tout grant compaignie de gens très richement armez selon la coustume du

pays.

Si
у

avoit dedens le champ deux petites tentes pour reposer et ombroier les champions dessusdiz, lesquelles estoient moult bien ouvrées et parées des blazons d'un chascun d'eulx. Et adonc, quant le Roy fut venu, comme dit est, il fist savoir par aucuns chevaliers de son hostel, au séneschal et à ses compaignons, qu'ilz venissent premiers dedens ledit champ et que ainsi estoit-il ordonné, jà soit que les Arragonnois estoient appellans. Lesquelles nouvelles oyes par icellui séneschal et ceulx de sa partie , se armèrent incontinent et montèrent chascun sur un bon coursier, lesquelz estoient parez semblablement l'un comme l'autre de drap de soie vermeil qui batoient jusques près de terre, et sur les draps dessusdiz estoient semez plusieurs escussons de leurs armes. Et ainsi, en noble appareil, alèrent de leur hostel jusques aux bar

1. Le ms. Suppl. fr. 93 porte : le dessusdit Roy.
2. Barrières desdictes lices. Var. du ms, Suppl. fr. 93,

rières desdictes lices. Si aloit devant l'escuier dessusnommé, et après lui messire Taneguy du Chastel , lequel suivoit messire Jaques de Montenay, et tout derrière aloit le séneschal, lequel conduisoit le seigneur de Chin. Et ainsi entrans dedens, alèrent faire la révérence au roy Martin d'Arragon, qui leur fist très grant honneur; et puis se retrahirent dedens leur tente, où ilz actendirent leurs adversaires bien heure et demie. Lesquelz vindrent tous ensemble à cheval comme les autres, et estoient tous leurs chevaux couvers de blans drap de soye où il у avoit plusieurs escussons semez de leurs armes. Et après qu'ilz eurent faicte la revérence au Roy , alèrent en leur tente, qui estoit au costé destre : et depuis leur venue, furent bien cinq heures tous armez en leursdictes tentes. Et la cause pour quoy ilz y furent si longuement, fut pour ce que le Roy et son conseil les vouloient ac corder, afin qu'ilz ne combatissent point. Et pour ceste cause, furent

par le Roy envoiez plusieurs ambassadeurs au séneschal, à fin qu'il voulsist estre content de non plus avant procéder en ceste matière. Ausquelz il respondi à toutes les foiz bien et sagement, disant que l'entreprinse avoit esté faicte à la requeste de Colemach, et qu'il estoit venu et ceulx de sa partie, de loingtain pays, à grant travail et despens, pour lui acomplir son désir, lequel, lui et les siens, vouloient contretenir. Finablement, après plusieurs paroles portées d'un costé et d'autre, fut conclud qu'ilz commenceroient ensemble la bataille , et lors furent faiz de par le Roy les cris acoustumez, et tantost après le roy d'armes d'Arragon s'escria en hault : Que les champions dessusdiz seissent leur devoir. Et adonc

« AnteriorContinuar »