Imágenes de página
PDF
ePub

Pages 387

Bourgogne est paralysée par les nouvelles de la bataille

de Liége..... Grands préparatifs de défense du duc de Bourgogne, ..... 389 Le Roi quitte Paris et se retire à Tours....

390 Mort de la duchesse douairière d'Orléans ( Valentine de Milan)........

393 Traité de Chartres...

395 Mort de la reine d'Espagne (Catherine, fille du duc de Lan

castre, femme de Henri III, roi de Castille), soeur du roi d'Angleterre (Henri IV de Lancastre).

402 Convocation du concile de Pise......

402 Mariage de Henri, roi de Dace (Eric IX, roi de Dane

mark), avec la fille du roi d'Angleterre (Philippe , fille de Henri IV).

403

CHRONIQUE

D'ENGUERRAN

DE MONSTRELET.

LIVRE PREMIER.

1400-1422.

PROLOGUE.

Cy commence le premier livre de Enguerran de Monstrelet , parlant

espécialement des fais et advenues des royaumes de France et d’Angleterre , et, entre-deux, d'aucunes autres matières. Et commence au roy Charles de France, VI. de ce nom , lequel est dit Charles le Bel, ou Charles le Bien-Aymé. Et fait, ledit Enguerran, son prologue en ceste manière'.

Selon ce que dit Saluste, au commencement d'un sien livre nommé Catbilinaire, où il raconte aucuns merveilleux sais, tant des Rommains, comme de leurs adversaires, tout homme doit fouir oiseuse et soy exerciter en bonnes auvres, afin qu'il ne soit pareil aux

1. Ce titre ne se trouve pas dans l'édition Vérard.

bestes, qui ne sont utiles qu'à elles seulement se à autres choses ne sont contraintes et induites.

Comme donques, asseż soit convenable et digne ocupacion que les très dignes et haulx fais d'armes, les inestimables et aventureux engins et subtilitez de guerre dont les vaillans hommes ont usé, tant ceulx qui de noble maison sont yssus, comme dų moien et bas estat, et qui sont advenus au très chrestien Roy de France', et en plusieurs autres contrées de la chrestienté et des marches et pays d'autre loy , feussent et soient mis et récitez par escript en manière de croniques ou histoires, à l'advertissement et introduction de ceulx qui, à juste cause, se vouldroient en armes honnorablement exerciter; aussi à la gloire et louenge de ceulx qui par force de courage et puissance de corps vaillamment s'i sont portez, tant en rencontres ou assaulx souspris et soudains, comme en journées entreprinses et assignées, corps contre corps, plusieurs contre autres, ou puissance contre autre, et en toutes les manières que vaillant homme se peut avoir, lesquelles, le lisant ou oïant, doit ententivement comprendre, incorporer et considérer; or est-il, que pour principalement ramener à mémoire les dessusdiz haulx fais d'armes, et autres matières dignes de recordacion, et mesmement des proesses et vaillances ou temps dont ceste présente histoire fait mencion; aussi des discors, guerres et contens, esmeuz et par long temps continuez, entre les princes et grans seigneurs dudit royaume de France, des

pays

voisins et autres marches loingtaines, à quelque occasion que lesdictes guerres

1. Royaulme de France (éd. Ver.)

aient prins sourse ou naissance, je, Enguerran de Monstrelet, yssu de noble généracion, résident, ou temps de la compilacion de ce présent livre, en la noble cité de Cambray, ville séant en l'empire d’Alemaigne, me suis entremis et ocupé d'en faire et composer ung livre ou histoire, en prose, ja soit ce que la matière requière plus hault et subtil engin que le mien, pour ce que plusieurs choses qui y sont recitées sont à peser, si comme les royales majestez, haultesses et puissances des princes d'excellence et noblesse en armes,

dont icellui sera composé; mesmement aussi, que pour enquérir et savoir comment les besongnes ont esté faictes, et icelles comprendre par lois continuees, en aiant considéracion à ce que maintes fois ay apperceu, que aucuns d'un mesmes parti ou de plusieurs, faisoient de icelles besongnes où ilz avoient tous ensemble esté présens, divers rapors et difficiles; Et me suis par maintes fois en moy-mesmes apensé comment ce se povoit faire, et se de la diversité de leurs rapors y povoit avoir autre cause ou raison que faveur aux parties, et peut estre que oyl; consideré que ceulx qui sont aucunes fois à ung bout d'un assault, ou d'une bataille, ou escarmouche, ont assez à penser à eulx vaillamment conduire et garder leur corps et honneur, et ne pevent lors bonnement veoir ce qui advient d'une autre partie. Néantmoins, pour ce que dès ma jeunesse et que je me suis congneu, ay esté enclin à veoir et oyr telles et semblables ystoires, et y prins voulentiers peine et labeur en continuant à ce faire selon mon petit entendement jusques au temps de mon plus meur aage, pour la verité d'icelles enquérir par mainte diligence, dont je me suis informé

« AnteriorContinuar »