Imágenes de página
PDF
ePub

CHRONIQUE

D'ENGUERRAN

DE MONSTRELET.

LIVRE SECOND.

1422-1444.

SUITE DE L'AN MCCCCXXXI.

[Du mois de novembre 1431, au 20 avril 1432.]

CHAPITRE CIX.

Comment le jeune roy Henri d'Angleterre vint à Paris à grand

compaignie, pour estre consacré à roy de France.

Environ l'issue du mois de novembre, vint le josne roy Henry, de Pontoise à Saint-Denis en France, sur l'intencion d’aler à Paris pour lui faire enoindre, sacrer et couronner du royaume de France. Si estoient avec lui, de la nacion d'Angleterre, son oncle le cardinal de Wincestre et l'évesque de Nyorc', son oncle, le duc de Bethfort, et le riche duc d'Yorch, les contes de Warwich, de Salsebery et de Staffort, et aulcuns aultres notables chevaliers et escuyers. De la nacion de France y estoient, les évesque de Terwane, nommé Loys de Luxembourg, de Beauvais, maistre Pierre Cochon, de Noyon, maistre Jehan de Mailly, de Paris et d'Evreux, messire Jehan, bastard de Saint-Pol, messire Gui le Boutillier, le seigneur de Courcelles, messire Gille de Clamesy, messire Jaque Paniel, messire Jehan de Pressy , le seigneur de Passy , le bastard de Thian et aulcuns aultres. Si povoit avoir, ledit roy Henri, tant en sa compaignie comme ou pays, assez près à l'environ de deux à trois mille combatans, pour la seureté de sa personne. Et se partit dudit lieu de SaintDenis pour aler à Paris, environ 1x heures au matin. Si vindrent au devant de lui jusques à la Chapelle · d'entre Paris et Saint-Denis, messire Simon Morhier, prévost de Paris, pour lui faire révérence et honneur, tous vestus de samit vermeil et chaperons de bleu. Avec lesquels estoient grand nombre des plus notables bourgois de Paris, vestus et affublés de vermeil. Et après que ilz eurent faite la révérence, vindrent au devant dudit roy les ix preux et les ix preuses, à cheval, chascun et chascune armés et armées des armes à lui appertenans. En après vindrent le Chevalier du Guet, le Prévost des Marchans, avec eulx les officiers de la court, tous vestus de pers et chapperons vermaulx. Et ung petit après ensuivant, vint maistre Phelippes de Morvillers,

1. Lis. l'évêque d’York.

premier président, en habit royal, et tous les seigneurs de parlement vestus de longs abis vermaulx jusques aux piés. Et après suivoient les seigneurs de la chambre des comptes, les gens des finances, les maistres des requestes et les secrétaires ; et avoient robes vermeilles. Et ainsi comme ilz venoient l'un après l'aultre chascun selon son estat, ilz faisoient au roy la révérence et aux seigneurs estant avec lui. Et quant est du commun, il y en avoit sans nombre. Et quant le roy vint à l'entrée de la porte Saint-Denis, les armes de la ville y estoient si grandes qu'en la nef d'ycelles avoit six hommes, l'un en guise d'évesque, le second l'Université, et le tiers les bourgois, et les trois autres estoient comme sergans. Lesquelz, à l'entrée de ladite porte , présentèrent au roy trois cuers vermaulx, dont ou premier avoit deux coulons blancs, et ou second des petis oyseletz, qu'ilz laissièrent voler par desus le chief du roy, et le tiers cuer estoit plain de violettes et autres fleurs, qu'ilz jetterent sur les seigneurs. Et là tantost , le Prévost des Marchans et lesdiz eschevins apportèrent ung ciel d'azur semé de fleurs de lis d'or, et le mirent et portèrent tout parmi la ville par desus le roy. Si avoit au poncelet Saint-Denis ung eschaffault, sur lequel estoit comme une manière de bois, où estoient trois hommes sauvages et une femme, .qui ne cessèrent de combatre l'un contre l'aultre, tant que le roy et les seigneurs furent. Et avoit desoubz ledit eschaffault une fontaine jettant ypocras, et trois seraines dedens; et estoit ledit ypocras habandonné à chascun. Et depuis ledit poncelet, en tirant vers la seconde porte de la rue Saint-Denis, avoit person

[ocr errors]

nage, sans parler', de la Nativité Nostre-Dame, de son mariage, et l'Annunciacion, des Trois Rois, des Innocens, et du bon homme qui semoit son bled. Et furent ces personnages très bien joués. Et sur la porte fut jouée la légende de Saint Denis; et fut voulentiers veue des Anglois. En oultre, devant les Innocens avoit une manière de forest en la rue, dedens laquelle estoit ung cerf vif, et quand le roy passa devant, on fist coure ledit cerf et des chiens et veneurs après fut grand pièce chacié à force, et se vint rendre emprès les piés du cheval du roy. Lequel roy lui fist sauver la vie. Et à l'entrée de la porte de Chastelet avoit encore ung eschafault sur lequel avoit en personnage ung petit enfant en samblance du roy, vestu de fleurs de lis, deux couronnes sur son chief. Et à son costé dextre estoit, en personnage, le duc de Bourgongne et le conte de Nevers, qui lui présentoient l'escu de France. Et au costé senestre, le duc de Bethfort, son oncle, et les contes de Warwich et de Salsebéry, qui lui présentoient l'escu d'Angleterre. Et estoient tous vestus, par personnages, des cotes d'armes des desusdiz seigneurs. Et de là, s'en ala au Palais, où lui furent moustrées les sainctes reliques, et à ceulx qui estoient avec lui. Et puis fut mené à l'ostel aux Tournelles, pour prendre son repos. Et quand il eust disné, il ala veoir la Royne, sa grand mère, à l'ostel de Saint-Pol. Et lendemain fut mené au Bois de Vicennes , où il fut jusques au xve jour dudit mois de décembre, qu'il retourna au Palais. Et le xvno jour,

1. C'est-à-dire une pantomime. 2. Isabeau de Bavière.

« AnteriorContinuar »