Imágenes de página
PDF
ePub

signifia ses ordres d'une manière qui ne souffrait ni refus, ni objections; il accepta donc ce pénible emploi, mais à condition qu'il ne recevrait pas d'appointemens, et que cette clause serait stipulée expressément dans le bref de sa nomination, attendu qu'il n'entreprenait cette tâché que par un motif de dévouement religieux; que de plus il aurait le pouvoir de remplacer par d'autres personnes à son choix tous ceux qui se trouvaient sous ses ordres et dont il aurait lieu d'être mécontent; qu'enfin il lui serait permis de faire aux plans et aux dessins de San-Gullo tous les changemens où suppressions qu'il jugerait convenables, et d'y substituer ce qui lui paraîtrait plus simple ou d'un meilleur style. Le bref fut expédié conformément à ces conventions.

Ce grand édifice, dont Jules II avait posé la première pierre quarante ans auparavant (18 avril 1506), n'était pas encore fort avancé, quoiqu'on y eût consacré des sommes immenses, dont la levée avait été le motif ou le prétexte de ces exactions scandaleuses qui avaient soulevé contre l'autorité des papes une partie de la chrétienté. Au Bramante qui en avait été le premier architecte, et qui en avait donné le premier plan, avaient succédé Julien de San-Gullo, puis le célèbre Raphaël d'Urbin, puis Antoine de San-Gullo, neveu de Julien, que remplaçait enfin Michel-Ange. A chacune de ces époques les plans primitifs avaient été modifiés ou changes. Il paraît, par une lettre de Michel-Ange que l'on a encore, qu'il avait * la plus haute estime pour les talens du Bramante, et qu'il aurait adopté son plän avec de très-légers changemens, si la difficulté de se procurer l'argent nécessaire pour l'exécution d'un projet aussi vaste, ne l'eût contraint d'en resserrer les dimensions pour se conformer à la nécessité des tems. Il fit donc un nouveau dessin original sur le modèle d'une croix grecque, et sur une échelle moins considérable que celle du plan primitif.

On se doute bien que l'envie ne vit pas sans une sorte de fureur le haut degré de faveur et de crédit où ce grand artiste était parvenu: il est même facile de deviner qu'avec un caractère ferme et une probité scrupuleuse, arrivant à une place où il se trouvait dans la nécessité de

réformer une foule d'abus, il dut se faire un nombre considérable d'ennemis, et c'est ce qui ne manqua pas d'arriver; mais il était résolu de tout supporter pour conduire à sa fin le grand monument qui devait si essentiellement contribuer à sa gloire, ou du moins pour le laisser en mourant tellement avancé qu'il ne fût plus possible de s'écarter de ses plans. Au reste, ses ennemis se bornèrent à quelques intrigues sourdes et obscure's pendant le pontificat de Paul III, dans l'esprit duquel ils le voyaient trop bien affermi.

[ocr errors]

Mais dès les premiers momens du règne de Jules III, successeur de Paul (3), l'envie tenta un effort qu'elle crut suffisant pour faire tomber tout le crédit de MichelAnge, et pour lui ôter la place d'architecte de SaintPierre. Toute cette intrigue était conduite par les deux cardinaux Salviati et Marcello Cervino. Il y eut une accusation inténtée en forme contre l'artiste, et le pape le fit comparaître en présence de ses adversaires pour · répondre à leurs griefs. On prétendait qu'il avait rendu l'église trop obscure en ne faisant que trois fenêtres pour trois chapelles, dont les murailles commençaient à s'élever; et le pape l'invita à répondre à cette objection! Là-dessus Michel-Ange commença par demander quels étaient les députés de ses accusateurs. «C'est nous, »> dit aussitôt le cardinal Marcello, en se nommant, et montrant le cardinal Salviati. «Eh bien! reprit Michel-Ange, >> on doit placer trois autres fenêtres au-dessus de celles » que vous venez de désigner. Vous ne nous en aviez » pas prévenus, répliqua le cardinal. Je ne suis point obligé, reprit aussitôt le vieillard avec assez de cha

[ocr errors]

(3) Paul III mourut au mois de novembre 1549, après un règne de quinze ans, qui fut signalé par trois événemens remarquables : la bulle d'excommunication contre Henri VIII, roi d'Angleterre, datée du 30 août 1535, l'établissement des jésuites en 1540, et l'ouverture du Concile de Trente en 1542. Paul III avait peut-être quelques qualités estimables, mais il eut le tort impardonnable de dissimuler et d'encourager même par sa faiblesse les turpitudes et les attentats de son fils naturel Pierre-Louis Farnèse, l'un des plus odieux scélérats dont l'histoire d'aucun pays fasse mention.

» leur, et je ne serai jamais dans le cas de rendre compte, >> ni à votre éminence, ni à aucune autre personne, de ce » que j'ai dessein de faire. Vos fonctions sont de fournir » les fonds, de faire surveiller les voleurs, et de me laisser » le soin de bâtir l'église de Saint-Pierre, Puis se tour»nant vers le pape, Saint-Père, ajouta-t-il, vous voyez » ce que je gagne à tout ceci; si de pareilles machi › nations ne tournent pas au profit de mon salut, je perds » mon tems et ma peine, Sois sans inquiétude, lui >> dit le pape en lui frappant sur l'épaule, tu en seras récompensé dans cette vie et dans l'autre. » Et là-dessus il lui donna les assurances les plus positives de son estime et de sa confiance.

[ocr errors]
[ocr errors]

En effet, Jules III fut, de tous les protecteurs de Michel-Ange, celui qui lui montra le plus de véritable affection, et qui avait le plus d'admiration pour ses talens; il le consultait sur tous les objets qui pouvaient être de son ressort. Malheureusement ce pontife n'avait pas une élévation d'ame qui répondît (4) à sa dignité, et l'artiste se tint toujours à son égard dans la mesure propre à éloigner une familiarité qui n'est jamais sans inconvénient avec les souverains d'un caractère peu estimable. Jules III mourut en 1555, et le cardinal Marcello, qui était en quelque sorte l'ennemi personnel de Michel-Ange, fut élu à la place de Jules; mais il ne vécut que peu de jours après son élection, et Paul IV occupa alors la chaire de Saint-Pierre,

Ce nouveau pape n'y porta qu'un caractère sombre et cruel, et une ambition non moins démésurée que les plus avides de ses prédécesseurs. Il avait contribué à l'établissement de l'inquisition à Rome sous le pontificat de Paul III, et rempli les fonctions d'inquisiteur; il se

[ocr errors]

(4) A son avénement au trône pontifical, il donna un grand scandale à toute la chrétienté, en s'empressant d'élever au cardinalat et de combler des biens de l'église un jeune garçon de seize ans né de parens obscurs, et qui n'avait été jusqu'alors qu'un domestique de sa famille. Les catholiques jetèrent les hauts cris contre une pareille indécence, et les luthériens, qui étaient alors dans toute la ferveur de leur zèle antipapiste, ne manquèrent pas de s'en prévaloir.

montra, pendant toute la durée de son pontificat, animé de ce même esprit de fanatisme et d'intolérance; il ne s'occupa guère des travaux de l'église de Saint-Pierre, et dépensa des sommes considérables pour faire fortifier Rome, et la mettre en état de résister aux troupes de l'empereur. Il avait même voulu faire effacer les magnifiques tableaux de la chapelle Sixtine; et ce ne fut qu'avec beaucoup de peine que les cardinaux qui avaient plus de jugement et de goût que lui, parvinrent à le détourner de ce projet suggéré par un esprit de bigoterie ridicule et barbare. Il se contenta de faire couvrir les nudités des figures par Daniel de Volterra, qui; à cause de cette circonstance, fut surnommé il Braghettone. Il y a eu peu de pontifes dont l'esprit et les habitudes fussent plus opposées au caractère et aux sentimens des hommes qu'il gouvernait. Aussi à sa mort, qui arriva au mois d'août 1559, le peuple de Rome se livra-t-il aux excès d'une joie tumultueuse qui ressemblait presque à une sédition.

Sous le règne de son successeur, Pie IV, les arts reprirent en partie la faveur dont ils avaient joui sous les règnes précédens. Michel-Ange fit, par l'ordre de ce pape, les dessins d'une des portes de Rome appelée Porta Pia, du nom même du pontife, et plusieurs autres dessins pour les autres portes qu'on avait le projet de faire bâtir; deux ans après il fut encore chargé de présider aux travaux que le pape fit exécuter pour changer les bains de Dioclétien en une église sous le nom de Santa Maria degli Angeli. Michel-Ange avait alors quatre-vingt-sept ans; ainsi on le vit sans cesse, avec une activité dont il y a bien peu d'exemples, joindre d'autres occupations aux travaux assidus qu'exigeait de lui la construction du grand monument dont il était le principal architecte; car ce fut vers ce même tems qu'il présenta le modèle du dôme de Saint-Pierre.

Cependant l'envie lui suscitait encore de nouveaux chagrins à la fin de sa carrière, ainsi qu'on le voit par une lettre de lui au cardinal de Carpi, datée du mois de septembre 1560. «On a dit à votre excellence, écrivait-il, » que les travaux allaient extrêmement mal, et pourtant » je puis l'assurer qu'eu égard aux embarras et aux diffi

1

» cultés de toute espèce dont nous sommes environnés, >> il est impossible de faire mieux.... Mais comme il peut » arriver que par l'intérêt que j'y prends et par l'effet » de ma vieillesse je me fasse illusion à moi-même, ce » qui serait, contre mon intention, très-préjudiciable au » succès de cette grande entreprise, j'ai le projet de >> supplier très-prochainement sa sainteté, et je supplie, » par la présente, votre excellence de me délivrer enfin

de ce fardeau que j'ai supporté dix-sept ans par l'ordre }) des papes, et sans aucun émolument, comme votre » excellence le sait. Dans cet espace de tems néanmoins » on a pu voir clairement combien les travaux ont été » avancés par mes soins; mais encore une fois je prie >> votre excellence de m'affranchir de cette peine, elle » ne saurait me rendre un plus grand service, etc. »

Ce ne fut pourtant que deux ans après que la cabale de ses ennemis tenta un dernier effort pour dépouiller de son emploi un grand homme dont l'unique tort était dé vivré trop long-tems au gré de ceux qui aspiraient à s'en émparer; ceci se passait dans l'année 1562, et le 17 de février de l'an 1563 Michel-Ange mourut à l'âge de près de quatre-vingt-neuf ans. Ainsi, dans tous les tems et dans tous les pays, on a vu l'homme de génie contraint de lutter, pour ainsi dire, jusqu'à sa dernière heure, contre la malveillance et les intrigues de la médiocrité jalouse. Au reste, il laissa en mourant l'église de SaintPierre à-peu-près au point où il avait désiré de l'avancer, et il ne restait plus qu'à asseoir et à construire le dôme qui couronne ce majestueux édifice.

Il fut d'abord éntérré à Rome dans l'église des SaintsApôtres, mais l'Académie de Florence supplia le grandduc Côme I, de s'entremettre auprès du pape afin que les restes d'un homme qui faisait tant d'honneur à sa patrie y fussent déposés, et la translation eut lieu. Tout ce qu'il y avait à Florence d'hommes distingués par leurs talens dans tous les genres dé littérature et d'arts s'empressèrent de contribuer à la magnificence des obsèques qu'on lui fit, et le célèbre historien Benedetto Varchi prononça, dans cette solennité, son éloge funèbre.

Michel-Ange ne fut pas seulement le premier sculp

« AnteriorContinuar »