France militaire. Histoire des armées françaises de terre et de mer de 1792 à 1837: Ouvrage rédigé par une société de militaires et de gens de lettres, d'après les bulletins des armées, le Moniteur, les documents officiels, les notes, mémoires, rapports et ouvrages militaires de l'empereur Napoléon, des maréchaux, amiraux et généraux en chef, Eugène Beauharnais, Bernadotte, ... etc, Volumen 4

Portada
Abel Hugo
Delloye, 1838
 

Comentarios de usuarios - Escribir una reseña

No hemos encontrado ninguna reseña en los sitios habituales.

Otras ediciones - Ver todo

Términos y frases comunes

Pasajes populares

Página 17 - A peine échap«pés, par l'effet d'une générosité peut-être condam«nablc, aux désastres de la troisième coalition, ils en ont «ourdi une quatrième; mais l'allié sur la tactique du«quel ils fondaient leur principale espérance n'est déjà «plus. Ses places fortes, ses capitales, ses magasins, ses «arsenaux, deux cent quatre-vingts drapeaux, sept «cents pièces de bataille, cinq grandes places de guerre, «sont en notre pouvoir; l'Oder, la Wartha, les déserts «de la Pologne, les mauvais...
Página 4 - Eh quoi ! aurions-nous donc bravé les saisons , les mers , les déserts ; vaincu l'Europe plusieurs fois coalisée contre nous ; porté notre gloire de l'orient à l'occident, pour retourner aujourd'hui dans notre patrie comme des transfuges , après avoir abandonné nos alliés , et pour entendre dire que l'aigle française a fui épouvantée à l'aspect des armées prussiennes Mais déjà ils sont arrivés sur nos avant-postes....
Página 44 - Des bords de la Vistule nous sommes arrivés sur ceux du Niémen, avec la rapidité de l'aigle. Vous célébrâtes à Austerlitz l'anniversaire du couronnement; vous avez, cette année, dignement célébré celui de la bataille de Marengo, qui mit fin à la guerre de la seconde coalition. Français, vous avez été dignes de vous et de moi. Vous rentrerez en France couverts de tous vos lauriers, et après avoir obtenu une paix glorieuse, qui porte avec elle la garantie de sa durée.
Página 10 - Inva«lides, qui les gardera comme un témoignage mémoarable des victoires de la Grande -Armée, et de la «vengeance qu'elle a tirée des désastres de Rosbach.
Página 17 - Soldats ! Il ya aujourd'hui un an , à cette heure même , que vous étiez sur le champ mémorable d'Austerlitz. Les bataillons russes, épouvantés, fuyaient en déroute, ou, enveloppés, rendaient les armes à leurs vainqueurs. Le lendemain ils fîrent entendre des paroles de paix; mais elles étaient trompeuses.
Página 4 - La même faction, le même esprit de vertige qui, à la faveur de nos dissensions intestines , conduisit , il ya quatorze ans, les Prussiens au milieu des plaines de la Champagne , domine encore dans leurs conseils.
Página 17 - C'est en vain que les Russes ont voulu défendre la capitale de cette ancienne et illustre Pologne; l'aigle française plane sur la Vistule. Le brave et infortuné Polonais , en vous voyant croit revoir les légions de Sobieski de retour de leur mémorable expédition.
Página 117 - Espagne , projet insensé, dont le résultat aurait été une guerre de terre sans fin et qui aurait fait couler des flots de sang. Aucune puissance ne peut exister sur le continent influencée par l'Angleterre. S'il en est qui le désirent, leur désir est insensé et produira tôt ou tard leur ruine.
Página 4 - L'ordre pour votre rentrée en France était parti, vous vous en étiez déjà rapprochés de plusieurs marches. Des fêtes triomphales vous attendaient, et les préparatifs , pour vous recevoir, étaient commencés dans la capitale. « Mais, lorsque nous nous abandonnions à cette trop confiante sécurité , de nouvelles trames s'ourdissaient sous le masque de l'amitié et de l'alliance. Des cris de guerre se sont fait entendre à Berlin ; depuis deux mois nous sommes provoqués tous les jours davantage.
Página 156 - Soldats, le territoire de la Confédération du Rhin a été violé. Le général autrichien veut que nous fuyions à l'aspect de ses armes et que nous lui abandonnions nos alliés. J'arrive avec la rapidité de l'éclair. Soldats, j'étais entouré de vous lorsque le souverain de l'Autriche vint à mon bivouac de Moravie.

Información bibliográfica