Imágenes de página
PDF

clairement qu'ils font tous fondés fur les mêmes principes , & que leurs différences font beaucoup moins essentielles qu'on n'a coutume de sel'imaginer; en un mot, je mets le Lecteur attentif dans le cas de choisir le fystême qui lui plaît le mieux, & de le varier selon qu'il le jugera.à propos.

J'ai tâché d'établir des règles fur tous les points qui en font susceptibles, j'en ai même noté les principales exceptions ce qui rend fòuvent le dialogue moins vif, fur-tout dans les commencements , où il s'agit d'examiner & de comparer les différents sons qui composent les mots françois. Mais l'utile est mon premier but , & je me trouverai trop heureux fì j'ai pu quelquefois l'arteindre. Presque tous les dialogues commencent par l'exposition de quelques phrases dans lesquelles on a ménagé les fautes les plus vrai-semblables & les plus ordinaires : ce qui donne lieu à une critique motivée & raisonnée qui répand un nouveau jour fur les règles qui ont fourni matière aux dialogues précédents. J'engage ceux qui voudront profiter de mes observations de lire la plume à la main , & de copier tous les exemples qui servent d'application aux règles établies , afin de les relire plusieurs fois en se rendant raison de toutes les inflexions & variations qui s'y rencontrent. Enfin je n'ai rien oublié pour tirer parti des avis que mes concitoyens m'ont donnés de la manière la plus noble & la plus généreuse, & pour rendre mon Ouvrage digne de l'accueil qu'ils lui ont fait, en me consignant d'avance le prix de plus de six cents Exemplaires.

J'AI lu, par ordre de Monseigneur le Garde des Sceaux, un Manuscrit intitulé: Entretiens fur r Orthographe Françoise, par M. Roche. La solidité des principes que l'Auteur y établit pour la parfaite connoissance de la Langue Françoise"; les facilités que présente sa méthode pour en fixer Torthographe par la voie de l'analogie; les secours qu'il offre dans ses derniers Tableaux k ceux de ses Lecteurs qui ignorent les autres langues dépositaires des sources étymologiques, font autant de titres qui m'ont paru confirmer l'utilité de son Ouvrage , & lui assurer un accueil favorable du public. Donné k Paris le dix-neuf Février mil sept cent foixante-seize.

Signé Lourdet, Professeur Royal.

PRIVILÈGE D U ROI

OUIS, par la grâce de Dieu, Roi de France & de Navarre , à nos amés & féaux Conseillers les Gens tenant nos Cours de Parlement , Maîtres des Requêtes ordinaires de notre Hôtel, Grand., Conseil , Prévôt de Paris, Baillifs , Sénéchaux, leurs Lieutenants Civils, & autres nos Justiciers qu'ij appartiendra: Salut. Notre aîné le sieur Roche Noos a fait exposer qu'il desireroit faire imprimer 1

& donner au Public un Ouvrage qui a pour titre t Entretiens fur fOrthographc Françoise, s'il Nous plaisoit lui accorder nos Lettres de Privilège pour ce nécessaires. A Ces Causes , voulant favorablement traiter PExposant, Nous lui avons permis & permettons par ces présentes, de faire imprimer ledit Ouvrage autant de fois que bon lui semblera , & de le vendre , faire vendre & débiter par-tout notre Royaume , pendant le temps de six années consécutives , à compter du jour de la date des Présentes. Faisons défenses à tous Imprimeurs , Libraires & autres perlònnes , de quelque qualité &. condition qu'elles soient, d'en introduire d'impression étrangère dans aucun lieu de notre obéissance: comme aussi d'imprimer , ou faire imprimer, vendre , faire vendre , débiter ni contrefaire ledit Ouvrage , ni d'en faire aucuns extraits fous quelque prétexte que ce puisse être, íàns la permission expresse & par écrit dudit Exposant, ou de ceux qui auront droit de lui, à peine de confiscation des Exemplaires contrefaits, de trois mille livres d'amende contre chacun des contrevenants , dont un tiers à Nous un tiers à l'Hôtel-Dieu de Paris , & l'autre tiers audit Exposant, ou à celui qui aura droit de lui, & de tous dépens, dommages & intérêts; à la chargeque ces Présentes seront enrégiílrées tout au long fur le Regiítre de la Communauté des Imprimeurs & Libraires de Paris , dans trois mois de la date d'icelles; que Pimpression dudit Ouvrage fera faite dans notre Royaume & non ailleurs, en beau papier & beaux caractères, conformément aux Règlements de la Librairie , & notamment à celui du dix Avril mil sept cent vingt-cinq, à peine de déchéance du

présent Privilège; qu'avant de l'exposer en vente, le manuscrit qui aura servi de copie | Pimpreslìon dudit Ouvrage, sera remis dans le méme état où l'approbation y aura été donnée , ès mains de notre très-cher & féal Chevalier Garde des Sceaux de France, le Sieur Hue De Miromenil; qu'il en fera ensuite remis deux exemplaires dans notre Bibliothèque publique, un dans celle de notre Château du Louvre, un dans celle de notre très-cher & féal Chevalier Chancelier de France, le Sieur de Maupeou, & un dans celle dudit Sieur Hue De MiromeNil , le tout à peine de nullité des Présentes : du contenu desquelles vous mandons & enjoignons de faire jouir ledit Exposant, & ses ayans causes, pleinement & paisiblement, sans souffrir qu'il leur soit fait aucun trouble ou empêchement. Voulons que la copie des Présentes, qui fera imprimée tout an long, au commencement ou à la fin dudit Ouvrage, soit tenue pour duement signifiée, & qu'aux copies collationnées par l'un de nos amés & féaux Conseillers - Secrétaires , foi soit ajoutée comme à l'original. Commandons au premier notre Huisfier ou Sergent sur ce requis, de faire, pour Pexécution d'icelles, tous actes requis & nécessaires, fans demander autre permission , & nonobstant clameur de Haro, Charte Normande, & lettres à cc contraires: Car tel est notre plaisir. D o N N k à Versailles , le quatorzième jour du mois de Mars, l'an de grâce mil sept cent soixante - seize, & de notre Règne le deuxième.

Par Le Roi , En Son Conseil.

Signé Le Bègue.

« AnteriorContinuar »