Imágenes de página
PDF

quelque accident, & avec des Js} à la troisième personne du pluriel : je craindrois que quelques accidents ne vous fussent arrivés.

L'A B B É.

Je crois que vous faites encore une petite faute, Madame. II paroît que votre intention est de parler d'accidents qui pourraient arriver, & non d'accidents qui feroient déjà arrivés. Ainsi vous deviez dire avec le temps simple du subjonctif, je crain~ drois que quelques accidents ne vous arrivassent. Mais dans cette phrase: quand je vous verrois pâle & défait, je craindrois que quelques accidents ne vous fussent arrivés, le dernier verbe qui se rapporte à un temps passé relativement au reste de la phrase, est mis a l'imparfait du subjonctif. II ne seroit pas permis alors de dire avec le verbe simple : que quelques accidents ne vous arrivassent.

Je ne veux pas oublier une observation qu'il nous reste à faire fur cet article ; c'est que dans les phrases conditionnelles, là conjonction que gouverne le conditionnel dans les cas où, si le verbe principal étoit à l'indicatif, cette même conjonction gouverneroit l'indicatif.

Par exemple, à cause qu'on dit avec le régime indicatif, je crois qu'on viendra , vous pensiez que tout alloit bien; il faut dire avec le conditionnel, je croirois qu'on viendroit, vous penseriez que tout iroit bien; & non avec le subjonctif, je croirois qu'on vînt, vous penseriez que tout allât bien, &c. & parce qu'on dit avec le régime subjonctif, je ne crois pas qu'on vienne, vous doutiez que tout allât bien , il faudroit dire de méme avec l'imparfait ou parfait du subjonctif \ je ne croirois pas qu'on vînt , vous douteriez que tout allât bien,. & non qu'on viendroit, que tout iroit bien, &c.

La Marquise. Comme très-souvent le présent de l'indicatif & Celui du subjonctif se prononcent l'un comme l'autre, quoiqu'ils s'écrivent difteremmenr, je sens, qu'il est fort utile de distinguer ces deux genres de phrases. J'entends un peu les règles que vous avez, données à ce sujet; mais je ne les possède point encore assez pour en faire usage dans toutes les occasions qui pourroient se présenter.

L'A B M É.

En attendant que ces règles vous soient devenues plus familières , voici une méthode méchanique qui peut vous en tenir lieu , parce que vous avez l'oreille délicate & accoutumée àsla belle prononciation.

Substituez aux verbes qui vous embarrasseront un verbe dont le présent indicatif diffère bien clairement du présent subjonctif. Le verbe savoir , par exemple , qui se conjugue a l'indicatif: je sais, tu fais, il fait, & au subjonctif: que je Jache t que tu fâches , qu'il sache , &c.

Supposez donc que vous vouliez savoir à quels modes appartiennent les verbes que renferme cette phrase : je me dijlrais bien fans qu'on me distraie. Substituons-y le verbe savoir.

La Marquise.

II faut donc dire : je fais bien sans qu'on sache?

L'A B B É.

Fort bien, Madame: lequel de ces deux verbes est au subjonctif?

La Marquise. C'est le dernier: qu'on sache.

l' A B ï í.

Hé bien, c'est auílì le dernier verbe de la phrase proposée qui est au subjonctif: Jans qu'on m& distraie. Quelle conséquence tirez-vous delà poux l'orthographe?

La Marquise.

Comme dans tous les présents subjonctifs, cx

ceptá cepté ceux du verbe être & du verbe avoir, les trois personnes du singulier doivent Hnir par un e muet, suivi d'une 5 pour la seconde personne; le second verbe, qui est k la troisième personne du singulier présent subjonctif, doit finir par un e muet: sans qu'on me distraie. Pour le premier verbe , il est a la première personne du singulier présent indicatif; & comme le verbe distraire, n'est pas de la première conjugaison , cette première personne doit finir par s : je me distrais bien. Je me distrais bien fans qu'on me distraie. L E C O M TE. Comment mettriez-vous cette phrase au parfait? La Marquise.

Vous ne m'y prendrez pas : je fais présentement que tous les composés du verbe traire, n'ont point de parfait à l'indicatif, ni par conséquent au subjonctif.

Le Comte.

Us n ont même au subjonctif, ni imparfait, ni conditionnel, puisque , dans ce mode, l'imparfait, le parfait & le conditionnel font exactement la même chose.

L'a B B é.

Madame a très - bien expliqué cette phrase: j'espère que bientôt elle n'ignorera aucune partie de ma méthode. Demain nous parlerons de l'impératif & de quelques autres modes, qui offrent peu de difficultés étrangères k celles que nous avons éclaircies dans nos derniers entretiens.

[graphic][ocr errors]

DIALOGUE XVIII.

Sur Les Phrases Impératives, Négatives^ Admiratives Et Interrogatives.

LA MARQUISE, SOPHIE, L'AB B É, LE COMTE, LE MILORD. Sophie.

'A I écrit fort peu de choses, encore c'est Monsieur le Comte qui m'a dicté. II a voulu voir si je me tromperais dans le subjonctif; & je crois avoir bien mieux fait qu'il ne l'avoit prévu.

On rit four que je rie , mais je ne ris pas. Tu defires qu'on te loues ,& on te loues méchament.

Je puis dire, cn employant le verbe savoir: on fait pour que je sache, mais je rie sais pas. Ainsi, de ces trois verbes , il n'y a que le second qui soit au subjonctif; par conséquent c'est le seul qui doive finir par un e muet, que je rie j car le verbe tire n'est point de la première conjugaison : au singulier présent de l'indicatif, il doit finir par s , s, t. Voila pourquoi le premier verbe , qui est k la troisième persenne , finit par un t, on rit; & le dernier, qui est a la première personne, finit par une s , je ne ris pas.

Pour les verbes de la seconde phrase, ils font tous de la première conjugaison, désirer, louer; ainsi, comme cette phrase est au singulier présent , sans m'inquiéter s'ils font au subjonctif ou à l'indicatif, je sais qu'ils doivent finir par une syllabe muette : tu desires qu'on te loues , on te loues méchament.

L'a B B é.

Cclà est expliqué on ne peut mieux. Vous n'avez commis que deux fautes, dont la première vient sûrement d'inattention. Dans les deux derniers verbes de la seconde phrase, vous avez pris le régime pour le nominatif. Ces verbes signifient qu on. loue toi, on loue toi : or , le pronom personnel est on, & non toi; ainsi ces verbes font k la troisième personne, & non k la seconde.

Sophie. II faut donc en effacer l's?

L'abbé.

Oui, Mademoiselle. Pour la seconde faute, elle est dans l'advcrbe méchament, que vous avez écrit par une m simple. Nous avons dit que tous les adverbes qui se forment sur les noms terminés par ant ou ent, doivent généralement s'écrire par deux 772 : décent, décemment; méchant, méchamment, &c.

Sophie.
Mon premier exemple est donc fans faute?
L'A B B E.

Oui, Mademoiselle; il n'y a que le second qui ne soit pas régulier. Vous deviez écrire: Tu desires qu'on te loue, & on te loue méchamment,

La Marquise. Monsieur m'a dit de mettre ces deux phrases au parfait simple : je n'ai été embarrassée que pour la dernière.

On rit pour que je risses, mais je ne ris pas;
Tu desiras qu'on te loua , & on te loua méchamment.

Je fais que , dans l'indicatif du verbe rire , le singulier est le même, pour le parfait & pour le présent. Dans le second verbe , qui est au parfait du subjonctif, j'ai mis , selon la règle , deux Jj' & un t suivi d'une s, parce que c'est k la première personne.

Ooa

« AnteriorContinuar »