Imágenes de página
PDF

L'a B B é.

Non , Madame , il se décline toujours: voilà pourquoi on lc range généralement dans la classe des adjectifs , fans taire attention à fa propriété essentielle.

Le Milord.

II semble que dans les phrases citées t l'advcrbe décliné Jeul est mis à la place du mot un pareillement décliné. On entend lui un, elle une, eux uns, elles unes; car tous les autres noms de nombres s'emploient dans le meme sens adverbial. Elles deux, nous quatre, eux cinq ,-&c. Les noms de nombres font indéclinables dans cette signification adverbiale , comme dans la signification adjective.

L'a B B é.

Voila une remarque dont je ne m'étois point encore avisé: cependant elle est très-juste.

La Marquise. Le mot encore n'est-il pas aussi un adverbe ì

L'a B B é.

Oui, Madame: il signifie de rechef, une autre fois.

La Marquise.

Voilà donc encore un adverbe qui se décline, car je l'ai vu tantôt par un e , encore , & tantôt sans e, encor.

L'a B B é.

L'emploîoula suppression de Te à la fin de l'adyerbc encore, n'empêche pas qu'il ne soit indéclinable & nc reconnoisfe ni genre ni nombre. D'ailleurs il n'en est point question dans la prose; on y écrit toujours encore avec \'e muet : je nc puis encore répondre au dernier article de votre lettre, il est encore temps de nous y prendre , &c. On se permet seulement dans la poésie de conserver ou de retrancher cet e final, selon que l'exigc la rime ou la mesure du vers: tantôt il forme une rime féminine:

Ce que j'aime est peut-être en des mains que j'abhorre:
Je n'ai d'autres douceurs que d'en douter encore.

Tantôt il forme une rime masculine:

Dieux ! prendra-t-il l'essor
Si jeune encori

Tantôt il n'est que de deux syllabes:

On tremble de le voir encor qu'on le désire

Tantôt il est: de trois syllabes:

Aux doux attraits de l'eipérance
II n'ose encore se livrer.

L'orthographe d<: ce mot n'est indifférente dans les vers que quand il est suivi d'un mot qui commence par une voyelle, alors on l'écrit comme dans la prose , avec l'e muet.

Le chemin est encore ouvert au repentir.

Cette altération du mot encore est ce qu'on appelle une licence poétique.

La Marquise.

II paroît que Meilleurs les Poètes tirent souvent parti de cette refsource-là.

Le Comte.

Beaucoup moins qu'on ne fc le figure. Jc crois que ce mot encore est présentement le seul que la poésie se permette d'altérer.

Le Milord.

Et votre mot avec , qu'on augmente souvent de la syllabe que, avecque , quand on a envie de le faire valoir trois syllabes, ce qu'on voit dans ces vers de Malherbe.

J'avois toujours fait compte , aimant chose si haute
De ne m'en séparer qu'avecque le trépas.'

I'abbí

II y a long-tcmps que cette licence n'est plus en usage. Cette syllabe muette ajoutée ne pouvoit ja* mais produire qu'un mauvais effet. II en étoit de même du mot donc, qu'on écrivoit quelquefois doneque; mais on he trouve plus d'exemples de cette licence &: autres semblables que dans la poésie gauloise.

Le Milord.

On ajoute aussi une s finale au mot jusques, pour empêcher que sa dernière syllabe ne salle élision^

Et jusques au bon jour, il dit tout à l'oreille.

Sans Ys ajoutée au mot jujques , ce vers, qui est de douze syllabes outre la derniere , seroit réduit à onze syllabes pleines;

£t-;uy1í"'""*bon-jour-il-dtarout-à-ro-reilie.

I'abïí

Cette licence, si c'tn est une, appartient auílibien à la prose qu'à la poésie. On y a recours dans toutes les espèces de style , pour empêcher la cacophonie , c'elt-k-dirc le mauvais son, comme dans ectre phrase. Nous interrogerons jusques à Çalchas, S'il y avoit sans s, jusqu'à Calchas , cn feroit entendre trois fois íe même son : cacalcas, ce qui scroitxhoquant pour l'oreille. II y a quelques licences d'une autre espèce dont nous parlerons quand l'occasion s'en présenterâ. Dans notre premier entretien, nous ferons quelques explications générales fur les verbes. J'espère, Mesdames, que vous nous montrerez des phrases dans lesquelles vous aurez employé quelques combinaisons de prépositions , de pronoms, d'articles ôc d adverbes.

DIALOGUE XII.

Sur Le Verbe En Général.

IAMARQUISE, SOPHIE, L'ABBÉ,. LE COMTE, LE MILORD.

L'a Bbí

PRÈS" avoir expliqué les accessoires du verbe , nous allons voir le verbe lui-même; c'est-àdire le mot qui réunit toutes les parties du discours, qui leur donne l'àme 2c l'exprellion.

Nous montrerons une autre fois ce que nous avons écrit.

Montrez présentement, Mesdames ; je fuis sûr que vous avez fait des merveilles.

La Marquise.

Nous n'avons presque point travaillé : voilà ce que nous avons fait ensemble.

Au cœur , à Vâme , a Vesprit, à la voix.

Aux cœurs , aux âmes , aux e/prits , aux voix.

Du sentiment, de laverai, de l'honneur, de l'èlocance.

Des sentimens, des vertus, des honneurs, des élo*

canecs.

Voici ce que Mademoiselle a fait seule: je n'ai pas voulu la critiquer.

Un homme violamentpersécuté, & fepend.int heureux. Uns femme violament persécutée ,& sependant h'.u

[graphic]
[ocr errors]
[ocr errors]

reuse.

Des hommes violamentpersécutés & sependant heureux.

Des femmes violament persécutées, & sependant heureuses.

Lemilord.

II nc falloit pas écrire élocance par can.

La Marquise.

Je ne croyois pas avoir manqué dans ce mot-là: je l'ai fini par ce & non par se, parce que le t des mots élocant, élocariíe doit se changer cn c & non en s.

L E C O M T E.

Cela est vrai, mais il falloit écrire éloquence par quen & non par can , parce que ce mot vient du latin eloquentia.

La Marquise.

II faut donc absolument savoir le latin pour ccrire les mots françois?

L'a B B é.

On croit cette ressource un peu plus nécessaire qu'elle ne l'est effectivement. Je vous donnerai bientôt les moyens d'y suppléer, au moins en partie; en attendant, souvenez-vous que ce mot éloquence doit s'écrire par que, ainsi que ses analogues éloquent, éloquente, éloquemment.

Vous avez suivi l'orthographe de M. le Comte dans le pluriel sentimens.

La Marquise.

Je me fuis trompée: ce n'est pas là le système que jc veux suivre : je ferai le pluriel semblable au singulier, en y mettant seulement une s de plus , sentiment, sentiments. Ainsi je devois ccrire .

Au eau r , à F âme, aux cœurs , aux âmes.
A Vesprit, à voix , aux esprits , aux voix.
Du Sentiment,de la vertu ,des sentiments, des vertus.
Del honneurj de V éloquence , des honneurs , des élo-
quences. On

« AnteriorContinuar »