Imágenes de página
PDF
ePub

le zèle de ceux dont les efforts sont couronnés aujourd'hui pour la première fois.

M. le Ministre de l'agriculture et M. le Ministre de la guerre sont invités à vouloir bien continuer d'adresser aux vétérinaires de leurs départemens respectifs les médailles qu'ils ont obtenues: cette faveur est une récompense de plus, dont ils savent bien apprécier toute la valeur.

La Société continue le concours.

2o. Rapport sur le concours pour le percement de puits forés à l'effet d'obtenir des eaux jaillissantes applicables aux besoins de l'agriculture. Commissaires, MM. HACHETte, MOLARD; HÉRICART DE THURY, rapporteur.

Messieurs, les avantages que l'agriculture et les arts industriels retirent des puits forés sont aujourd'hui trop bien connus et trop généralement appréciés pour que je vous en retrace ici le tableau; mais ce que je ne puis ni ne dois passer sous silence, ce sont les nouvelles applications qu'a reçues cette branche d'industrie, qui a fait tant de progrès les années dernières. Ainsi, M. le baron de Cressac, ingénieur en

chef des mines, nous a fait connaître un fait important qui mérite de fixer votre attention. Un particulier des environs de Loudun, ayant obtenu du préfet de la Vienne la sonde du département, a fait chez lui un sondage qui lui a procuré une belle source jaillissante d'un mètre de hauteur, tellement abondante qu'il l'a appliquée au mouvement d'un moulin qu'il a fait construire.

En Prusse, un propriétaire d'usine, frappé de la différence de température des eaux jaillissantes d'un puits foré qu'il voyait fumer en hiver (elles étaient à 160 centigrades) quand la rivière qui faisait tourner sa fabrique, arrêtée par la gelée, en supendait le mouvement, imagina un jour d'élever les eaux de ce puits au dessus de sa roue, pour faire fondre les glaçons qui l'arrêtaient, et il vit depuis, à sa grande satisfaction, comme à l'étonnement général de tous les autres fabricans du pays, sa roue ne plus geler, son usine ne plus éprouver de chômage, et ses travaux ne plus cesser un moment d'être en activité, quelle que fût l'intensité du froid, quand toutes les autres fabriques étaient à joc (1).

(1) Journal polytechnique de Prusse.-L'Industriel ou la Revue des Revues. Bruxelles, février-mars 1831.

ANNÉE 1831.

4

M. de Hartmann, conseiller d'État, président de la Société centrale de l'industrie nationale du royaume de Wurtemberg, a délivré, le 24 septembre 1830, à M. le chevalier de Bruckmann un certificat attestant qu'il a établi dans ce royaume un grand nombre de puits forés; que les eaux en sont employées, tant pour la boisson que comme force motrice; que, dans plusieurs usines, il les a élevées au dessus des roues hydrauliques, pour empêcher la glace de s'y former en hiver; enfin, que S. M. le roi de Wurtemberg, sur le rapport qui lui a été présenté, a décerné une médaille d'or à M., Bruckmann pour les utiles et nombreuses applications qu'il a faites des eaux des puits forés dans les usines et manufactures de ce royaume. Cet habile mécanicien a, en effet, établi dans les environs de Stuttgard et de Heilbronn un grand nombre de puits forés, dont il a fait circuler les eaux dans les ateliers pour les échauffer en hiver, et au moyen de la simple circulation de ces eaux à la température de 12 degrés, ces ateliers ont été constamment maintenus à 6 ou 8 degrés, quand au dehors le thermomètre était à plus de 18 degrés au dessous de zéro (1).

Dans le département du Nord, les habitans

(1) Rapport fait à la Société centrale de l'industrie

des communes de la vallée de la Scarpe vont rouir les lins de fin, destinés aux batistes et aux inimitables dentelles de Valenciennes, dans les eaux des puits artésiens, dont la limpidité et la température douce et constante facilitent la dissolution des gommes-résines du lin, sans jamais leur faire éprouver aucune altération (1), comme les eaux infectes et corrompues du routoir généralement en usage.

Ailleurs, des papeteries dont souvent les travaux étaient interrompus lors des crues d'eaux de rivières, à cause des sables ou des limons que leurs eaux déposaient dans les cuves et les chaudières, ne se servent plus actuellement que des eaux jaillissantes des puits forés, de manière à pouvoir travailler toute l'année, l'hiver comme l'été, avec des eaux constamment limpides, abondantes et toujours au même degré (2).

nationale du royaume de Wurtemberg sur les puits forés des usines de MM. Gustave Schauenfete et de MM. Rauch de Heilbronn.

(1) Note communiquée par M. le chevalier Bottin, ancien secrétaire général du département du Nord, membre de la Société royale et centrale d'agriculture.

(2) La papeterie de Courtalin, celle du Marais, celle d'Echarcon-sur-l'Essonne, etc.

Des agronomes et des horticulteurs, par la simple circulation des eaux de puits jaillissantes, maintiennent leurs serres à une température douce et constante, de manière à ne plus être obligés de les chauffer.

[ocr errors]

Quelques jardiniers - maraîchers, en Allemagne, ayant remarqué la belle végétation du cresson sur les sources surgissantes de fond dans les ruisseaux, ont établi des cressonnières artificielles dans les eaux de puits forés, et bientôt cette nouvelle branche d'industrie horticole, jusqu'alors inconnue, a été exploitée avec un succès inespéré (1).

Des propriétaires qui, tous les ans, perdaient, pendant les grandes chaleurs de l'été, le poisson de leurs étangs, faute de sources pour les rafraîchir, ont obtenu, par des puits forés, un moyen sûr et infaillible d'éviter ce grave inconvénient, comme ils y ont au contraire trouvé l'avantage de maintenir en hiver les eaux de leurs étangs à une douce température. Le roi de Sardaigne a proposé trois grands

(1) Le Temps, 13 juillet 1830, art. MÉLANGES : Puits artésiens, diverses applications de leurs eaux : « Les cressonnières artificielles d'Erfurt donnent un revenu annuel de 295,000 francs. >>

« AnteriorContinuar »