Imágenes de página
PDF
ePub

Le donner? non pas : je vous le vends, très cher, contre une petite orchidée que vous allez cueillir là, près de vous, dans cette corbeille. Mais pas si vite, et sachez que je prete une grande valeur à cette lleurette déchiquetée : elle signifiera que vous n'aimerez nul autre que moi tant que vous resterez à Paris... Ve me la refusez pas.

– A quoi bon, puisque je vais m'en aller? Il vous faudrait me la rendre aussitôt que donnée.

Eh bien, demain?
Et mes visites?

Et la migraine? » La jeune fille chercla de bonne foi quel motif clle pourrait bien trouver afin de ne pas recevoir en particulier, demain, ce jeune homme qui l'en priait si vivement. Quoi! sa démarche était-elle déshonnête? – il venait prendre congé. S'en trouverait-elle compromise? nul n'en saurait rien. En voulait-il à sa dot, après tout? jamais il n'avait seulement parlé de mariage. Non, il lui (lemanderait peut-être une caresse moins furtive... Voilà tout.

Matilda se leva, prit le bras de son page, commença ile descendre l'escalier. Comme la soirée s'était avancée, les jolies femmes s'étendaient plus mollement dans leurs fauteuils, tout le long des marches, et leurs amoureux effrontés sétaient accroupis à leurs picos. On n'entendait que madrigaux par ci, serments par li, chuchotements... L'obèse Bob Milton faisait de son mieux aupris de sa voisine : « Oui, mademoiselle, on dira plus tard devant votre portrait : quelle idée eut donc le peintre en donnant à cette jeune femme des yeux aussi grands? » Un peu plus loin, Abert Saint-Vaille, iryant ellleuré de sa main le bras d'une amie, se gantait et jurait de ne plus rien toucher avec cette main-là. Tos, assis entre madame Monti el macame Zetchkine, assurait à celle-ci qu'elle serait lécorée all printemps par le gouvernement de la République pour avoir omné laris pendant une saison. Plus loin encore. Jean-Paul Ailly, allolé par lu champagne, complimentait l'une des petites Ennison sur sa bonne mine, et Mauricc de Salisbot lui-même confiait ses peines à maclame llardley

Matilda pensa que l'amour, comune l'occasion, doit s'attraper au vol, que toutes ces femmes ne se genaient guère et que pourlant leurs attentifs étaient moins épris que son page; el puis qu'elle partait irrévocablement pour Florence... En wagon, il serail temps de rélléchir.

Aussi lui dit-elle tout bas : « A cinq heures. »

Difficultés.

On compose des cérémoniallx, des manuels de civilité, on lise des protocoles, mais personne ne s'occupe de la loilette des jeunes filles. Il y il pourtant des cas tris illiciles : comment s'habiller. par

[graphic]

Allons, à quoi bon disputer? Matilda se couvrira de dentelles et recevra Lucien comme un amant.

Ah, grand Dieu! si elles la voyaient en ce moment, ses amies de làbas, Mabel et Agnese, et tant d'autres ? Que penseraient-elles d'un sigisbée si peu important, et comment pardonner à Matilda qui refusa des mariages sonores et nobles de s'être venue jeter entre les bras d'un demi-jockey? Non, pas de sottise, Matilda s'habillera convenablement tout entière. Peut-être, d'ailleurs, Lucien est-il sorti de chez lui en triomphateur et avec insolence : il faut mettre une robe déconcertante, en velours.

Encore que son page ne l'ait point habituée à de telles façons, car s'il savait désirerardemment, du moins n'avait-il nulle grossièreté dans ses paroles, même pas au fond de ses yeux bleus. Le regard qu'il promenait sur les choses et les êtres brillait, n'insistait point, et son éclat ne se voilait guère. Et puis fallait-il donc agir en hypocrite pour la dernière fois peut-être qu'elle le voyait, dans cette chambre dont les coins se noyaient déjà dans la pénombre? Le ciel s'obscurcissait comme s'il tombait de la brume ou de la pluie, et ils se diraient là, tous deux, blottis l'un près de l'autre, de mélancoliques mots d'adieu. Bah, tant pis ! Mais que Lucien n'aille pas s'imaginer au moins qu'elle avait prémédité de se donner à lui, comme une esclave, comme une courtisane...

Bref, elle se résolut à une tenue intermédiaire. La jupe fut d'un drap ténu qui s'appuyait aux jambes et les entourait à demi. Sur ses bras ronds, sur son épaule de satin, elle posa la plus mince chemisette que trois perles tinrent close entre les seins. Ayant la migraine, souvenons-nous-en, elle n'avait point mis l'étroit étui qu'elle nommait son corset. Il fallait encore une veste, qui fut de même étoffe que la jupe. Que fût-il advenu des scrupules de la jeune fille si, ouvrant cette veste, elle s'était aperçue que la batiste de la chemisette était trop fine? Mais, tout bien fermé, rien de plus décent.

Cependant, on frappe à la porte. La servante apporte une carte, sa carte. Matilda fait ranger à la hâte quelques rubans qui sont restés là, une boite, un mouchoir. Elle voudrait que l'on enfermât aussi dans les tiroirs les parfums délicats qui flottent dans l'air et conteront sur elle au visiteur plus d'un secret. Le silence de l'hôtel, aussi, l'ennuie : tout le monde en est donc sorti? Il est vrai, le milieu de l'après-midi approche... On ne rentrera que dans deux heures au moins...

Vous ferez monter du thé, deux tasses... Avec de la crème battue, n'est-ce pas... Allez. Vous pouvez faire entrer... »

Lucien ne se présenta ni en glorieux, ni en collégien, mais il la prit tout de suite dans ses bras, sans prononcer une parole, et l'embrassa comme un homme qui sait le prix du temps et le prix des caresses, comme un pauvre garçon qui va peut-être pleurer demain et prend d'un coup autant d'amour à son amie qu'elle lui en peut donner.

Et s'il ne connut point ce jour-là tout le bonheur possible, c'est qu'il y a certaines voluptés qui cleviennent odieuses lorsqu'on les goûte avec précipitation, et certaines audaces que l'on n'ose pas lorsqu'un incident ridicule peut arriver.

XI

Partez avec nous.

L'oncle Guido était un homme joyeux, à moustache ébouriffée de père Noël, à la parole intarissable. Il gesticulait comme un mime, avec une telle envie de plaire ses interlocuteurs que ceux-ci, cntrainés par son exemple, devenaient bientôt aimables et persuasifs à leur tour. Affiné par l'amour des femmes et de son adorable pays, l'oncle Guido avait de l'esprit.

Dès qu'il lui eut été présenté, Lucien, sur le conseil de Tof, lui fit cent politesses, dont la moins discrète, mais la plus goûtée certes, fut d'affirmer que hors l'Italie, point de salut !

(- La noble parole! s'écria l'oncle enthousiasmé. Vous comprenez, monsieur, j'en suis sûr, que tout homme bien né ait deux maitresses : la sienne, d'abord ; puis, ma patrie ». Et il discourut longtemps, avec une joie puérile, des affaires ultramontaines, du pape, des nobles, de Florence, et des soldats à plumes qu'il ne pouvait voir passer sans pleurer en songeant qu'ils protégeaient tant de beauté. Il semblait ne connaître là-bas, que des princesses et des fées, et contait des histoires d'amour où figuraicnt maints cardinaux. Et ceci avait eu lieu sur un lac, cette autre chose en gondole, dans un palais, sous les arcades légères d'un campo santo, près d'un temple ruiné...

<< – Mais pourquoi rester ici, monsieur Lorédan? Je conviens que les paysages français ont de la douceur : il y a des marronniers, arbres sensibles et délicats qui se mettent en boule comme des moineaux dès

que le vent souffle. Oui, mais il pleut souvent, tandis que notre Toscane luit au soleil! La Lombardic scintille sous un réseau de ruisselets. Vous ne soupçonnez point cela ».

L'éloquence l'entraînait. Il devint plus patriote encore que naguère, trouvant merveilleux, maintenant, que Lucien ignorât encore l'Italie : une faveur des dieux!

Car ne la connaître qu'un peu taru, c'est véritablement se fiancer avec elle, voyez-vous... »

Puis, il prit Lucien par les épaules : « Je vous le dis, quand vous en reviendrez, vous vous croirez en exil... Mais n'allez point le dimanche à Gênes : les cloches y sonnent à l'électricité, et comme pour éloigner les gens des églises où l'on aurait parqué des lépreux... Tenez, savez-vous ce qu'il faut faire : partez avec nous ! »

Lucien écoutait joyeusement l'oncle Guido. Pourtant ce n'étaient ni des lacs luisants, ni des montagnes sonores, ni des palais baignés par la mer où navigua Ulysse, ni même des villes dorées à campaniles

..

[ocr errors]

roses qu'évoquait le page mais le souvenir d'une chair veloutée... Après une longue journée, il sentait encore cette douceur contre ses lèvres. Or, il vit tout à coup se préciser son rêve : suivre Matilda, découvrir chaque jour en elle un parfum plus exquis, une grâce nouvelle. Aussi bien, il y avait entre eux une chaîne de caresses,

du moins le croyait-il. Nous nous persuadons qu'on nous aime toujours du moment qu'on nous a donné des baisers. Lucien espérait depuis la veille que son amie ne lui serait pas enlevée, et ne songeait déjà qu'à ne plus la quitter quand l'oncle Guido s'écria : « Partez avec nous ! »

Mais Lucien n'avait pas d'argent : il courut chez son vieux cousin Damet du Val. Pourquoi ce cher maniaque refuserait-il de prêter la somme nécessaire à voyager en un pays où l'on peut voir d'admirables émaux ? Jamais encore Lucien n'avait eu recours à lui, et, en ne le contrariant pas... Il prétendait en effet que l'abbaye de Fécamp, sa ville natale, fut le berceau des arts, et qu'en aucun temps, mordieu ! les Français n'avaient subi d'influences étrangères. Chacun sait que les érudits de tous les pays affirment que leur propre patrie ne dut rien aux voisins, ce dont ils découvrent à chaque instant la preuve avec une élégante virtuosité.

«— Mon bon cousin, dit Lucien dès qu'il fut entré, je sais quelle est la plus belle orfèvrerie : c'est la Sainte Foy de Conques, une idole d'or barbare aux yeux d'émail blanc et bleu qui, dès l'entrée, vous attirent et vous scrutent une oeuvre française ! Mais vous parlez bien souvent aussi de Saint-Ambroise, à Milan, et de la Pala d'Oro, à Venise. J'ai la nostalgie de ces lointaines Lusiades.

- Un beau livre que les Lusiades ! répondit Damet du Val. On y voit le radieux palais du Samorin et ses portes fameuses : sur l'une d'elles, toute une armée mourant de sois est sculptée, qui dessèche un fleuve en s'y désaltérant, tandis que son chef. jeune et voluptueuse reine, s'appuie contre un coursier splendide qu'elle aime impudiquement...

– Il y a de l'amour aussi dans mon cas. - Tu suis une femme en Italie, gamin?

Je la suivrais... mais... Bref le bonhomme finit par donner de beaux billets à son petit cousin, en jurant, pour la forme, qu'il les lui retiendrait sur son testament. Lucien, tout ému, entendit en souriant le vicillard l'exhorter longuement et disserter encore jusque dans l'escalier : « Au revoir... En somme n'emporte qu'un de Brosses, un Burckhardt et un Stendhal : ces trois livres suffisent pour méditer, apprendre et s'émouvoir dans une première course en Italie... Allons, bon voyage, et regarde bien les figurines : sur les cous, les épaules, les genoux, les mains, il y a des tons que seul l'émail nous révèle précisément. Bon voyage, petit. » Il n'y avait plus alors

que

madame Lorédan à consoler : Lucien fit de son mieux. A l'aide du gros Tof, qui devait être aussi du cortège

[ocr errors]
« AnteriorContinuar »