Imágenes de página
PDF

due en villégiature qui a bien voulu se charger de cette merveil— leuse cuisine. Jetais son nom parce que, modeste comme beaucoup de grands hommes. il tient a ne pas signer ses chefs-d'œuvre.

Le peintre continua :

-— Et regardez l'assistance! Voici M. Poire-it-soif, par exemple, qui vous donnera des conseils sur la manière de se ‘conduire avec les femmes. Je vous assure qu'il s'y entend très bien. (les dames aiment qu'on les débarrasse de leur argentet qu'on leur chatouille un peu rudement l'épiderme. Je vous avoue, pour ma part. que c'est ma méthodc...

—Ah! assez, lit Lili en secouant le bras de Maufl'ez. Ne me fais pas passer pour ce que je ne suis pas.

Puis elle ajouta avec un sourire et en haussant les épaules :

— Enfin, c'est réglé pour moi. L'averse est tombée. Je m's'coue. A présent, c'est le tour des autres.

— Vous ax’e2 à votre droite, reprit Maufl'ez, mon cher Perdriel, un homme fort riche. N’auricz-vous pas en ce moment quelques jolies petites affaires véreuses en train pour lui extorquer quelque argent...

Le riche amateur se tourna vers un de ses voisins ; il n'avait pas compris le mot « véreux » et il en demanda l'explication. Quand on lui eut répondu :

— Ah! ah! charmant! très joli. lit-il en éclatant de rire.

—— Vous pourriez trouver peut-être, disait toujours Maufl‘ez, parmi les jeunes femmes qui entourent cette table, une personne charitable qui voulût bien se charger d'amuser vos veilles. Ce ne serait malheu— reusement pas la maîtresse d‘un ami...

-— Mais qu'est-ce qu'il a‘? Mais qu'est-ce qu'il a‘? grommelait Per— driel qui commençait à deviner l'orage.

— Aussi je vois bien que. malgré les délicatesses du menu, malgré les charmes de l'assistance. je ne pourrais réellement pas "GUS satisfaire, à moins de me retirer discrètement. ce dont mon dévouement pour vous n'est pas encore capable. Sbull‘rez donc, cher Perdriel et cher Vermacher, que je vous prie d'aller chez \'eber retrouver mon ombre, puisque ma personne ne saurait désormais "nus être bien agréable.

— Voilà une farce de fort mauvais goût, lit l’erdriel entre ses dents. Il est gris! Sûrement il est gris!

— J 'all'oue ne bas gomhrendre, ajouta \'ermaeber.

—Tâchez que je ne vous donne pas d'autres explications. Elles ne seraient pas de votre goût, s'écria le peintre en montrant la porte du doigt au large et épais \'ermaeher, qui fit sa retraite avec l’erdriel, au milieu d'une assistance glaciale. De rouge, il avait pris des teintes de vert-dc-gris. Quant au crâne brillant et comme ciré de l’erdrie], il était toujours inaltérable aux émotions.

Lorsqu'on entendit la porte de la rue se rel'ermer avec fracas sur

es deux bannis, des félicitations _tumültueuses assaillirent Maufl'ez.

Les rois ne sont pas les seuls hommes du monde à avoir leurs courtisans.

— Tous mes compliments, mon cher ami, pour cette exécution.

— C'est un homme taré, ce Perdriel.

— Je vous avoue, mon cher ami, dit M. de La Baille, que ma seule amitié pour vous me faisait lui donner la main.

Au milieu de ce concert, la petite voix de Lili, qui était devenue criarde pour la circonstance, dominait toutes les autres. Lili avait toutes sortes d'histoires plaisantes à raconter sur les expulsés.

-— C'est bien! dit Maulfez en baissant la tête. Et puisque les mouches et les moùehards sont partis : à table!

A ce moment, M. de Requoy s'approcha du maître pour prendre congé. Sa fatigue, disait-il, ne lui permettait pas de rester au souper auquel on voulait le convier. Il sortit, heureux d'avoir pu obtenir de Mauffez un rendez-vous pour le lendemain. Moi, je restais encore. Lili ne m'avait-elle pas dit que J uliette allait venir?

A peine M. de Requoy était disparu, je vis la gentille Riquette qui mettait son chapeau.

— Tu pars? demanda Bluette.

— Oui, j'ai r'fait l'pante qui s'en va. Il a l'sac.

— Qui t'a dit ça ?

— L'espérience. C'est un pante chic qui vient de province pour acheter des tableaux. J'lui ai tapé dans l'œil. Il a dit qu'il allait à l'hôtel et qu’i me rejoindrait cette nuit. Tu sais où j'donne mes rendez-vous.

-— Moi, vois-tu, à ta place, j'aurais pas confiance. Ces gens de province, ça boufl'erait sa m... putôt que d'sortir une cigue.

Elles s'étaient écartées des invités, et continuèrent àdemi-voix leur conversation.

—Crains rien, va! lit Riquettc. On grattcra l'porc s'i n'veut pas suer. Viens-tu?

— Ah! moi, j'aime pas ces histoires-là.

— Allons, est—ce que j'suis un bleu ? T’épate pas. J'connais l'métier. J ‘ferai pas de turbin inutile. Seulement, c'est en cas qu'y ait d'la rouspétance; vaut mieux être deux qu'une. Le p'tit aura l'œil, et le clampin aussi, mais une de pus, ça fait pas d'un].

Ah! me dis-je, M. de Requoy s'est fourré dans un joli guêpicr. Il faut àtout prix le prévenir. Mais comment? Il ne couchait pas chez lui quand il était de passage à Paris, et j'ignorais l'hôtel où il descendait. Une idée soudaine me donna une résolution. M. de Requoy voyait toujours Ancelle, lui seul devait savoir son adresse. Je répugnais profondément à me rendre chez cet homme qui m'était odieux, mais je n'avais pas d'autre moyen de sauver M. de Requoy d'un malheur probable. qui sait? peut-être de la mort. C'était moins le souci de sa personne qui me rendait si anxieux que la pensée de Geneviève. Je me rappelais l'attendrissement qu'elle avait en en prenant la lettre de son père et les paroles qui s'était échappées de ses lèvres à son départ : « C'est un enfant. papa, un tout petit enfant! » Malheureusement, je ne connaissais pas plus I’adresse d’Ancelle que celle de M. de Requoy.

Je la demandais à Lili, quand je rcmarquai un mouvement parmi les invités. Suzette de Joigny, Félicienne d’Entragues, s'étaient levées et Lili, sans faire attention à mes paroles, se tournait vers la porte. Juliette venait d'apparaître, pâle, avec un sourire un peu effacé, surprise sans doute de rencontrer une assistance si nombreuse; mais elle reconquit aussitôt sa grâce modeste et insinuante, et elle se glissait vive et gaie parmi les convives; souple, échappant d'un bond coquet aux étreintes. et répondant par un regard malicieux aux caresses qui n’avaient pu l'atteindre.

(A suivre).

HUGUES REBELL

[graphic]

s.)p o.t.nsgunu un o.nrzuqqnneg o.nrfi n] op îsopm do.u souuopaoqns sop and g.mospnu u.nq quJ posuon np ‘IllOP!SQJJ 01 momosnoanomew ‘sofinf sol aosn n[op n[noA uu.m “ ouuuoo mapgsa.xd on .1osn 1111H0.\ .Cndnq sopmqo ‘W ‘unæogq -lldî).l nxopgse.ul un un] onbuqndo n1 op ’|IIOP!SQJd 0] cab oqneoAnou .ma:) me oouuaq u[ ‘gpnu-soadeq suup 1_poums o] ‘ü;emopuopms eq 'ouoi1uopgsoad n0gssoaons 1q.u.uuo ussgu| o.muq xnog ‘W ‘moi .m.q 1_2 ‘su1_eouqndoa sol .IO(lIIIOJ’| op qguu.m Ândnq *w punnb ‘o.1oguaap o.nmqooimu oun and ‘1o t uonnssnn op .m();) 121 op ononnugao aaqumqg 121 1nouio1uol .iosn 1_e :nuhuouuuoo p tsdm.n unnaoo un ussnoa  " :oou.i~so.ul nosp.nul xuopsol .1oduum mm0~\ p ‘posuog np 1uopis9.ld ‘.u0.\nod nu nuo.xoa 1_sup2 15m.) [i 10 Epsuayoug ounumu "in" ounuo1u ‘opu1um o1 1p;| 11mn]! ‘:souoqdnpsouuogoue sas .munopaud tua; ‘opw~ä quomosnanaorpq oouops fiuol un .lud ‘13131.15 H 'soounqo -opnu‘ sas .1nod onp‘1guaos nq omd ou;ewoo oun ‘s.n.noqu son .1115 xnoaal‘» -uup 1uaumssnuogoa un 1uonmn_u ofiunuos.md oo op soantguoan s91 15 'XIIOJIIOIHUHI .unsso.n‘î xuomqmu un nuo.xop me 11 ‘:nuqç 1i‘nb .mgssoafi xnomqnnæ_p ‘euh oo.md xuoaofiuup quomo.xoqnoypmd nuoaep 1243 {g fisuguonqndoa op aaqmou unu.mo un u.m.udsui ne 13 Ii‘nb aoo -n|d paru o.mm_moo 121 and xnoaofiuup quoummos sud 1sau Kndnq ‘W u(ndnq o.1o:sgunu o|.m1mop uo.(om ol sed 1nngru oo onb o.uuou1 u oouogaodxoq « 'OIK!IË)W o.io:ægunu o[ .toqiAop ua.Æom mes :q 1soo oui) ooaud Ândn({ o.unsgnnu o[ .mod sum0A snoN » : mon! -ossysgussop op 101 cl mesa 1iusgp ont 1cogpua 9mdgp monooxo un nfndnq sopmug -w suoapuonoa snou : ’onuoquoq assura; as i; o.unpos osspq ]uos os suo.ïopo suoq op o.1q1uou umtuoo nnflnb .m.md xnoaafiuup sn]d 91 1so nil) nqoo s_no.tpuonoa snou f omosqo a,o neu -uoo opuom o] mm .ml) xnoo sud sumpuono.n ou snou soaufio soo eq -suonmn -su; ses suep s.(ed u p oounyuoo u1 .xowmqg 1; 1uoq.moqo inl) xnoo a,uos saaeâo sol quosaad c Sso.mfio sol 1IIOIII’OIÏIOS .mpddn snou anageu8gep sli‘nb .mo.mJ oun o.nnJ snou quopqno.« momouao.mofi up somuroq se] pnnnlv new,o amont 1:) fiso.m.‘âç sol suono ‘mouflon ‘nih suou netgog « -suoumnsug sos'suep sKud n p ooueyuoo cl .topnmqo r; 1uoqo.xoqo s._muâo soulqonb no .uuoul quotumu ne. ‘onbnqndou n{ e oouu.rq 1:] op onuopg 12} op ono.mou o.mo.td oun .1ouuo opnotu np xneK xne on; ne ""so.moq souhmnb no ogplmooon ‘s.uo.xnod sop a.t.gqnfioa nogssnu -sue.u 'II'I » : onh :nu1su00 1oqnoq ‘w '«‘somdop sol s.mogsson1 » Ï_! 1o « sanmnuos sa] sanoyésotu » n .mssoapup gnou p_nb o3ussom o] suuq

semvnç»1 smn‘rmm)

seœgoos ne senbnnod

.-\ll’aires étrangères le scandale lut excessif’; les eamelots payés pour figurcr le peuple de Paris s'amusércnt trop a ce carnaval nouveau. Tout le monde comprit; les républicains du Sénat et de la Chambre, qui avaient fait l'élection présidenlielle. demandérent des comptes au Président du Conseil.

Alors M. Dupuy, qui a une longue habitude, recourut au second moyen. Vous n'ignorez pas qu’il y a deux moyens de perdre un président : le premier est de ne pas le garder, le deuxième est de le garder trop _: non seulement chacun de ces deux moyens est bon, mais le deuxième est justement complémentaire du premier: quand on a épuisé le premier, le second se présente naturellement comme un.rèparation nécessaire.

Aussi, dés le mercredi suivanl, les agences nous communiquèrent— elles soigneusement la liste extraordinaire des précautions minutieuses prises pour assurer le lendemain, non seulement la sécurité, mais aussi la dignité de tous ceux qui délileraient dans le cortège.

Par un clair soleil de printemps un peu frais, le cortège passa; et tout de suite un cul. l'impression que les précautions prises étaient parfaitement inutiles ; tout le monde était là, le vrai peuple, joyeux du beau temps, joyeux de la fête. joyeux du cortège, du spectacle ; ce fut un beau jour de promenade, et d‘amuscmenl honnête, une. Iniearéme plus franche, moins apprêtée, plus ouvrière, moins banalement et bêtement bourgeoise. On était profondément heureux et assez convenable ; on ne se battait pour voir. Et on eut la preuve que les manifestations précédentes avaient été organisées, payées, tolérées, encouragees.

Les grandes cérémonies militaires ne sont pas autant qu’on le croit favorables aux grands chefs, car, tout ployés qu'ils soient sous le fai‘x des dorures, ils font presque tous pitcuse mine auprès de leurs hommes ; la foule, qui s’y courrait, regardait curieusement le général Zurlinden; mais elle regardait avec admiration les simples cuirassiers de l’escorte; et puis elle sentait vaguement que tous ces grands messieurs n’étaient pas tlll-dCSSUS d’elle, puisqu’ils défilaient devant elle, puisqu‘ils donnaient devant elle et pour elle une représentation. Enfin la foule trouvait que M. Loubct avait l’air bon garçon : tout est là.

Sur le tard M. Déroulède eut l’idée invraisemblable d’emmener à l‘Elysée deux régiments d'infanterie qui étaient sur pied depuis le petit jour; notez que ces deux régiments rentraient à Reuilly, au casernemcnt, que les hommes n‘attendaient que le moment de rentrer a la chambrée pour jeter le sac sur le paquetage, manger la soupe du soir, et aller faire un tour en ville, puisque c’était jour de fête. L'idée d'aller monter la garde a l'lülysée ne leur sourit sans doute point, car on me dit que les ligueurs malencontreux reçurent quelques coups de crosse. Le général lloget, qui commandait la brigade, fit comme ses hommes.

On a conduit au Dépôt M. Déroulède. M. Marcel Hubert, M. Mil

« AnteriorContinuar »