Imágenes de página
PDF
ePub

BIOGRAPHIE UNIVERSELLE.

L

[ocr errors]

qu'il suivit dans ses études. A l'exemple de Matteis,
Lama rechercha la suavité du coloris et du clair-
obscur. Les grands tableaux qu'il exécuta pour la
galerie du duc St-Nicolas de Gaëte lui firent beau-
coup d'honneur; mais ce furent particulièrement
les petits tableaux qu'il peignit pour les cabinets
de quelques curieux qui fondèrent sa réputation.
Il y représentait ordinairement des sujets tirés de
la Fable. Ses ouvrages sont assez répandus à Na-
ples et dans les autres villes de ce royaume.
Julie LAMA, peintre, naquit à Venise au commen-
cement du 18e siècle, et s'acquit une réputation
par la manière pleine de talent dont elle a peint
quelques-uns des tableaux de l'église de la Vierge
aux Miracles, et de celle de Ste-Marie Formose.
Elle ne s'éloigna jamais de sa ville natale, qu'elle
n'a cessé d'enrichir de ses productions. P―s.
LAMADELAINE. Voyez PHILIPON.
LAMAISONFORT. Voyez MAISONFORT.
LAMALLE. Voyez DUREAU.

LAMA (Jean-BernARD), peintre et architecte de | beau-frère, et auquel il fut redevable de la route l'école napolitaine, naquit à Naples vers l'année 1508. Son père cultivait aussi l'art de la peinture, et il le plaça d'abord dans l'école de l'Amato, que le jeune Lama quitta bientôt pour celle de Polydore Caravage, dont il parvint à s'approprier la manière. Il étudia en même temps l'architecture, et y développa des talents non moins distingués. Il exécuta pour l'église de St-Jacques des Espagnols, dans le style de Polydore, une Pieta, dont plusieurs attribuèrent l'invention à ce maître, tant Lama avait su mettre de correction et de force dans le dessin, de variété dans les attitudes et de goût dans la composition ! Cependant il travaillait d'ordinaire dans un style plus doux et moins sévère, auquel il était porté par la nature même de son talent, et qui le rapprochait du Salerno, maître de Polydore. Aussi ne pouvait-il cacher le peu de cas qu'il faisait de son condisciple Marco di Pino, de Sienne, grand partisan de MichelAnge, dont il cherchait à imiter la manière, quoique avec quelque réserve. Le Capèce, dans son Segretario, rapporte une lettre écrite à Lama, dans laquelle on lui dit : « Je sais que vous êtes en «< contestation avec Marco di Pino, parce que vous << faites de la peinture plus agréable, et qu'il << s'attache à l'exagération des formes sans cher«< cher à fondre ses couleurs. Je ne sais ce que << vous lui voulez; laissez-le faire à sa manière, et « continuez a suivre la vôtre. » Les autres ouvrages dont Lama a enrichi les églises de Naples sont: Un Crucifix et une Descente de croix, dans l'église de Ste-Marie des Grâces; les tableaux du maître-autel de l'église de St-André et de celle de St-Ephrem le Neuf; la Transfiguration, à StMarcellin; le Martyre de St-Etienne, à St-Laurent; Jésus enfant au milieu des docteurs, au maître-autel de l'église de la Sapience. Lama travaillait en stuc avec un rare talent; les portraits qu'il a peints l'emportent peut-être sur ses tableaux d'histoire. Il mourut à Naples en 1579. Ses principaux élèves furent Antoine Capolongo, Sylv, ❘ Bruno, Bernard Pompeo et le cavalier Landolfo, auquel il donna une de ses filles en mariage.-JeanBaptiste LAMA, peintre, naquit à Naples, vers l'an 1660. Il fut élève de Luc Giordano et condisciple de Paul de Matteis, dont il devint par la suite le XXIII.

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

LAMANDÉ (FRANÇOIS-LAURENT), inspecteur général des ponts et chaussées, fut un des hommes les plus distingués de ce corps savant. Il naquit à Dinan, en Bretagne, le 15 avril 1755, fit ses études à Paris, et eut pour mattre de mathématiques le célèbre la Caille. L'abbé Marie, Bailly et Bernardin de St-Pierre furent ses condisciples. Les ports de Rouen, de Dieppe, de Fécamp et de Honfleur lui durent successivement des améliorations importantes; mais ce fut surtout dans celui du Havre qu'il déploya le plus de talent et de savoir. On y a continué sur ses plans, depuis sa mort, de trèsutiles travaux. Les Sables d'Olonne, menacés d'être envahis par la mer, lui durent leur conservation; et l'un des plus riches propriétaires de cette ville, en reconnaissance d'un si grand service, lui fit par son testament un legs considérable. C'est ce fait honorable qu'a cité avec une admiration si bien méritée son condisciple Bernardin de StPierre, dans les Harmonies de la nature. Lamandé était officier de la Légion d'honneur, chevalier de St-Louis et membre de l'académie de Rouen. Il mourut à la Flèche, le 15 mai 1819. LAMANDÉ (Mandé), fils du précédent, et comme lui inspecteur général des ponts et chaussées, naquit en 1777 aux Sables d'Olonne, dans la Vendée. Il eut

--

1

le double avantage de faire son éducation d'ingé- | nieur à l'école des ponts et chaussées, sous Perronet; et à l'école polytechnique, lors de sa formation, sous Monge, Lagrange et Prony. Nommé ingénieur ordinaire, il fut successivement attaché au ministère de la marine et à celui de l'intérieur. A peine élevé au grade d'ingénieur en chef, il justifia cet avancement par la construction du pont en fer d'Austerlitz (1806), et du pont en pierre d'Iéna (1807). Ce pont, comme celui de Neuilly, est horizontal; il se fait admirer par l'élégance des formes et la hardiesse de la construction. En 1812, Lamandé fut chargé de continuer le pont de Rouen, commencé sur les dessins de l'ingénieur le Masson, frère du célèbre sculpteur. Il revint à Paris, en 1815, avec le grade d'ingénieur en chef du département de la Seine. Il en remplit si bien les fonctions difficiles, qu'il fut récompensé en 1855 par le grade d'inspecteur général. Après quarante-quatre ans de services non interrompus, il est mort à Paris, le 1er juillet 1837, lorsqu'il venait de terminer un mémoire sur les moyens à employer pour la fondation des constructions hydrauliques. Ce mémoire a été imprimé, en 1838, dans les Annales des ponts et chaussées, t. 15, p. 257.

F-LE.

LAMANNA (JÉRÔME), peintre et poëte célèbre du 16° siècle, naquit à Catane, en Sicile, vers l'année 1580. Comme poëte il est connu par des rime, insérées dans le recueil intitulé Poesie de Signori accademici fantastici di Roma. Il a fait imprimer à part Licandro, tragi-comedia; pastorale, idillj, rime, etc. Mais c'est surtout comme peintre qu'il est célèbre. Il mourut en 1640, laissant d'excellents tableaux dont plusieurs se voient encore dans les galeries napolitaines. P-s.

LAMANON (ROBERT DE PAUL, chevalier DE), naturaliste correspondant de l'Académie des sciences de Paris et membre de celle de Turin, naquit en 1752 à Salon, en Provence, d'une famille noble (1), mais peu favorisée des biens de la fortune. Ses parents le destinaient à l'état ecclésiastique; et après avoir fait sa philosophie au séminaire de St-Charles, à Avignon, et sa théologie au grand séminaire d'Arles, il obtint un canonicat; mais sa passion pour la physique et pour les mathématiques l'engagea en 1774 à résigner ce bénéfice, afin de se ménager plus de liberté dans ses travaux et dans ses opinions. Il se livra dès lors avec une grande ardeur à l'histoire naturelle. D'un tempérament robuste et d'une haute stature, il lui fut aisé de parcourir à pied les contrées les plus âpres de la Provence, du Dauphiné, de la Suisse, et une grande partie de la chaîne des Alpes et de celle des Pyrénées. Ces voyages durèrent plusieurs années. Dans un séjour momentané à Turin, il fit voir l'expérience alors nouvelle d'un

(1) Bertrand IIIe, de Allamanon, mort en 1295, sénéchal de Provence, était l'un des meilleurs troubadours de son temps. (Voy. les Vies des plus célèbres el anciens poêles provençaux, par J, Nostradamus, Lyon, 1575, p. 167.)

ballon aérostatique. Étant venu de bonne heure à Paris, il s'y était lié avec Court de Gebelin et d'autres amateurs des sciences, auxquels il s'était joint pour fonder une société qui subsista pendant quelque temps sous le nom de Musée. Les premiers résultats de ses observations furent insérés dans le Journal de physique. On y trouve de lui, en 1780, un Mémoire sur des ossements fossiles de tortues des carrières d'Aix, en Provence. En 1781, il annonça de grands ossements de cétacés, découverts dans la rue Dauphine, à Paris, en creusant une cave. Dans un troisième mémoire en 1785, il décrivit et représenta quelques-uns des ossements fossiles que l'on trouve journellement dans le plâtre de Montmartre, entre autres un ornitholithe, et la tête de l'espèce d'animal que Cuvier a nommé depuis palæotherium. Dès l'année d'auparavant, 1782, il avait fait remarquer que les pierres gypseuses contiennent des coquillages d'eau douce. Ce fait l'avait même engagé, dit-on, à imaginer un système particulier sur la théorie de la terre. Il supposait que la surface actuelle des continents a été longtemps occupée par des espèces de lacs ou de grands étangs à différents niveaux, qui se sont desséchés successivement en rompant leurs digues et en laissant écouler leurs eaux vers la mer. Il attribuait la formation des vallées aux fleuves qui les parcourent; et cet immense amas de cailloux roulés, si célèbre sous le nom de la Crau de Provence, lui paraissait spécialement dû à la Durance, qui, selon lui, avait coulé autrefois dans cet endroit. Une comparaison exacte qu'il avait faite des cailloux de la Crau et de ceux qu'entraînent les divers ruisseaux qui se rendent à la Durance lui avait suggéré cette idée. Il se proposait de développer son système dans un grand ouvrage sur l'origine et la formation des montagnes et des vallées, dont l'annonce fut insérée au Journal de physique à la fin de 1780. Mais avant d'y avoir mis la dernière main, son ardeur pour les recherches et les observations le détermina, sur l'invitation de Condorcet, à partir comme naturaliste dans la malheureuse expédition de la Pérouse, sans vouloir accepter de traitement, parce qu'il désirait conserver sa liberté et pouvoir quitter l'escadre s'il le jugeait plus convenable à ses projets. On sait qu'elle se composait de deux frégates, la Boussole et l'Astrolabe, et qu'elle mit à la voile le 1er août 1785. Lamanon était embarqué sur la Boussole. Le 24 de ce même mois d'août, il fit avec Mongez le jeune, sur le pic de Ténériffe, des observations de physique et de minéralogie qu'il envoya au Journal de physique; elles y sont imprimées dans le deuxième volume de 1786. Plusieurs des officiers et des matelots de l'expédition ayant fait naufrage au port des Français, sur la côte nord-ouest de l'Amérique, le 13 juillet 1786, Lamanon composa l'inscription qui fut enfermée dans une bouteille au pied de leur cénotaphe. Lui-même était destiné à devenir victime d'un événement non moins fu

neste. Delanglé, commandant de l'Astrolabe, était, débarqué avec plusieurs hommes de l'équipage le 10 décembre 1787, à l'ile de Maouna, l'une de celles de l'archipel des Navigateurs, pour faire de l'eau: Lamanon et d'autres naturalistes s'étaient empressés de l'accompagner pour faire des recherches. Delangle, Lamanon et quelques-uns de leurs camarades furent cruellement assaillis et massacrés par les habitants. On a imprimé, à la suite de la relation du voyage de la Pérouse, un mémoire de Lamanon sur les poulettes ou térébratules de la mer de Tartarie, et un autre sur une corne d'ammon qu'il avait trouvée dans l'estomac d'une bonite. Ces écrits et quelques observations, contenues dans des lettres également imprimées à la suite de ce voyage donnent une idée avantageuse de ce que cet ardent naturaliste aurait pu faire pour la science, si sa carrière n'avait pas été terminée avant le temps d'une manière si triste. On trouve encore de lui, dans le recueil du Musée de Paris, une Notice sur Adam de Crapone, habile ingénieur (voy. CRAPONE), un mémoire sur la théorie des vents, et notamment sur le mistral de Provence, un autre sur les crétins, un sur le déplacement des fleuves, etc.; et dans les Annales des voyages (t. 3, p. 291), une Notice sur la plaine de la Crau, tirée de ses papiers inédits, avec un précis de sa vie, par Depping: mais le plus rare de ses ouvrages, et qui est même une des plus singulières curiosités bibliographiques, est son Mémoire litho-géognosique sur la vallée de Champsaur et la montagne de Drouveirre dans le haut Dauphiné, Paris, 1784, in-8°. Ayant reconnu dans ce livre des erreurs considérables, il en détruisis l'édition, à la réserve de douze exemplaires, dont la plus grande partie même périt avec lui. M. Ponce a fait insérer dans le Magasin encyclopédique, troisième année, t. 4, p. 43, un Eloge de Lamanon, qu'il avait lu à la société libre des sciences, lettres et arts, le 9 vendémiaire an 6, et qui se trouve aussi dans l'édition in-8° des Voyages de la PéC-V-R.

rouse.

LAMAQUE (1), en latin Lamachus, général athénien du 5e siècle avant notre ère, est un de ces personnages auxquels ni Plutarque ni Cornélius Népos n'ont songé à consacrer un article spécial et dont en conséquence les lexicographes et biographes modernes ont ou manqué ou négligé la physionomie. Cependant divers passages épars dans Thucydide, dans Diodore, dans Justin, dans Frontin, dans Polyen, dans Plutarque lui-même, et surtout dans Aristophane (2), où Lamaque

(1) Amyot écrit Lamachus comme Lysimachus, etc., formes qui ne sont ni grecques ni françaises, et que réprouve le génie de notre langue. Les terminaisons en us sont, on le sait, étrangères au grec; et, chez nous, lorsque, après la substitution de l'e muet à la flexion de, déclinaison, le radical restant renferme plus d'une syllabe, on n'exprime en syllabes sonores que le radical. Aujourd'hui, on lit partout Lysimaque, Callimaqué, Nicomaque, Constantin Monomaque, Télémaque et Lamaque. (2) Thucydide, liv. 6. — Diodore, liv. 12 (p. 120 de l'éd. Rodeman, Hanau, 1634, et surtout liv. 13 (p. 134). Plutarque, Vie d'Alcibiade et Vie de Nicias. - Aristophane dans les Acharniotes et la Paix.

revient souvent et occupe des scènes entières, donnaient moyen de la recomposer. Sabbathier de Castres, dans trois articles distincts sur trois Lamaque (1), dont toutefois il finit par apercevoir ou soupçonner l'identité, et dans un autre sur un quatrième, qui est plus évidemment encore un des trois premiers (2), n'a pas même préludé à cette tâche. Lamaque était le fils d'un Xénophane; et ce n'est que par un de ces jeux de mots du genre de ceux qu'il aime à multiplier qu'Aristophane l'appelle tov Fopyacov, évidente allusion à la Gorgone (τὴν Γοργόνα, τὴν Μορμόνα; et yopyoλópa) en `relief sur son bouclier. Rien n'indique à quelle tribu, à quel dème il appartenait; mais on ne peut douter qu'il fût Athénien et d'origine citoyenne étranger ou métèque, il ne serait point parvenu au commandement (3); et l'impitoyable comique, objet lui-même de tant d'attaques comme faux Athénien, n'eût pas manqué de signaler le même défaut chez le général. Lamaque dut naître de 472 à 465 avant J.-C.; il pouvait être dans sa dix-huitième année quand Cimon mourut au siége de Citium (451). Sa pauvreté, son peu de goût pour les travaux du commerce, de l'industrie, de l'agriculture ou des mines, et la médiocrité de ses dispositions intellectuelles ne laissaient pas d'autres voies ouvertes à son activité. En revanche il avait toutes les qualités qui constituent un militaire: hardi, robuste, brave, aimant le bruit et l'éclat, bien qu'aimant aussi ses aises et le plaisir, très-haut de taille et la rehaussant probablement par ces triples aigrettes sur lesquels Aristophane est intarissable, il ne pouvait qu'être excellent soldat. On peut croire que sur-le-champ, ou peu s'en faut, il fit partie d'un corps d'élite, et même d'un corps à cheval: le plaisant diminutif yaipe, Aapayıлníоv par lequel le désigne Aristophane, Δαμαχιππίον au lieu de dire Azuayidov, n'est pas le seul indice

&

(1) Il y en a même cinq. Mais celui qu'il place le quatrième n'est point un général : c'est tout simplement le sophiste don t nous-même dirons un mot à la fin du présent article. Quant au cinquième, voy, la note suivante.

(2) Ce quatrième (ou 5) Lamaque, suivant le lexicographe, aurait vécu vers 300 avant J.-C. et manqué une expédition sur Héraclée, fidèle alors à l'alliance d'un roi de Perse, d'un GrandRoi, La méprise est inconcevable, car la monarchie des GrandsRois cessa dès 330 avec Darius Codoman, et en 300 régnait le premier des Séleucides, Séleucus Nicator. D'autres circonstances d'ailleurs montrent bien qu'il faut remonter de deux siècles et dire vers 500 avant J.-C., indication moins grossièrement fau tive, mais fautive encore, car en 500 Athènes n'avait nulle relation avec les Grands-Rois. La vraie date dut tomber de 475 à 400; et, ceci posé, la moindre attention nous ramène à notre Lamaque et à l'an' 426. L'erreur du reste n'est pas le fait du hasard elle est complète et fondamentale. Sabbathier, malgré la flagrante identité des faits (car ceci n'est point de l'analogie, c'est de l'identité), n'a pas, comme pour les trois premiers Lamaque, émis le soupçon de l'identité des personnages; et la place qu'il donne au Lamaque en question (la 5e, après Lamaque sophiste et panégyriste d'Alexandre), démontre qu'il l'a cru chronologiquement postérieur à ce dernier.

:

(3) Nous ne prétendons pas que, seule, cette origine étrangère suffit pour exclure infailliblement: Nicias, Cléon, passaient pour étrangers. Mais Nicias était le plus richecitoyen de l'Attique; Cléon ne fut promu au commandement que par un caprice de la démagogie athénienne, qui prit au mot une de ses forfanteries (et d'ailleurs on sait combien on aurait tort de prendre à la lettre les jeux de mots de l'auteur des Chevaliers, sur le Paphlagonien. Čléon était vraiment citoyen).

[ocr errors]

qu'en fournissent les Acharniotes; et il est peu vraisemblable qu'il ne soit devenu cavalier qu'en arrivant aux premiers grades. Quoi qu'il en puisse être, les nombreuses hostilités qui, dès la fin de la lutte médique, mirent les loniens et les Doriens aux prises sur tant de points, et qui, élevant de jour en jour la puissance athénienne, préludèrent à la guerre du Péloponèse, offrirent souvent à Lamaque l'occasion de signaler son intrépidité, de mériter et d'obtenir de l'avancement, de rendre son nom populaire. Nous ne saurions suivre exactement ses pas dans cette carrière. Mais, en 441 au plus tard, sous l'administration de Périclès, avant la révolte et la réduction de Samos, nous le trouvons chargé de rendre la liberté à la colonie milésienne de Sinope, que gouvernait le tyran Timésiléon, c'est-à-dire d'intervenir, au nom du parti républicain de Sinope, contre le parti de la monarchie, et de frayer ainsi la voie au protectorat, à la domination d'Athènes sur cette opulente et puissante cité, une des positions les plus précieuses sur le Pont-Euxin. Lamaque réussit à merveille : non-seulement l'usurpateur fut renversé, mais ses partisans, les uns réduits à fuir, les autres exterminés ou dépouillés, laissèrent assez de terres vacantes pour que sept cents colons d'Athènes fussent dirigés sur la côte paphlagonienne pour s'y établir, et que la colonie milésienne devint athénienne. Quand la guerre du Péloponèse éclata, Lamaque trouva moyen de se faire confier au moins une de ces missions que nombre des petites puissances en Grèce et la nécessité de se coaliser pour le moindre déploiement de forces faisaient revenir fréquemment. Les députés avaient deux ou trois drachmes par jour, souvent ils étaient défrayés en partie sur la route. Il y a bien loin de là aux appointements des modernes ambassadeurs extraordinaires, mais au fond le principe était le même. Aristophane reproche à Lamaque d'avoir trouvé ces députations et surtout les allocations plus de son goût que les camps. Un an et quelques mois s'étaient écoulés depuis cette mission, quand Lamaque éut ordre d'aller lever le tribut que devaient ou ne devaient pas les villes alliées sur la côte de l'Euxin, et notamment de réduire à l'alliance (c'est-àdire à la soumission que déguisait le nom d'alliance) (1) la ville d'Héraclée, en liaison alors avec le Grand-Roi. Lamaque s'était déjà familiarisé avec

(1) Il est désormais acquis à l'histoire qu'Athènes, Sparte, Thebes, etc., dans leurs efforts pour former un grand Etat, suivaient la même méthode que Rome (bien qu'avec moins d'art et de vertus que Rome) et commençaient l'assujettissement par un protectorat nommé alliance. Les alliés du Peloponèse sont l'empire de Sparte; les alliés d'Athènes, c'est-à-dire toutes les petites puissances insulaires ou coloniales qui lui payaient tribut et lui donnaient des vaisseaux, voilà l'empire d'Athènes. Et la politique de Persépolis à partir de ce temps, c'est de relâcher le protectorat, en d'autres termes, c'est de faire sortir les alliés de l'alliance. En sortir était en quelque sorte se révolter. Les révoltes des Latins contre Rome ne furent jamais autre chose. Le traité d'Antalcidas brisait ainsi les alliances inégales: Flamininus en 197 aux jeux Isthmiques les brisa de même, mais avec des moyens autrement puissants, pour mettre en voie d'exécution le décret.

les parages où il était envoyé par l'expédition de Sinope. Son escadre était de dix vaisseaux. On ne saurait dire s'il alla plus loin qu'Héraclée, et conséquemment s'il remplit toute la mission que nous lui supposons. Mais un grand désastre l'assaillit dans cette ville. Un ouragan épouvantable grossit subitement la petite rivière de Calex, dont l'embouchure formait le port d'Héraclée, et imprima de telles secousses aux vagues que les vaisseaux de Lamaque chassèrent sur leurs ancres, et, se heurtant les uns contre les autres, furent fracassés et mis en pièces. Lamaque et tout son corps d'armée, contraints de se réfugier sur la côte, devinrent, dit-on, prisonniers des Héracléotes, qui toutefois les laissèrent reprendre par terre la route du Bosphore. Mieux vaut dire, ce nous semble, que presque cernés par les Héracléotes, mais déterminés à se bien défendre, Lamaque et ses hommes obtinrent ou subirent une capitulation, dont les deux articles furent l'évacuation de la rive de l'Euxin par les Athéniens, mais liberté de faire en paix leur retraite. Ils eurent des guides, c'est-à-dire que les Héracléotes voulurent être sûrs par eux-mêmes de leur éloignement. Ils traversèrent ainsi, accompagnés et surveillés, le pays montueux des Thraces Bithyniens, non sans crainte d'être harcelés par ces farouches indigènes, et atteignirent la ville de Chalcédoine. Cette catastrophe, où rien n'indique que Lamaque ait eu des reproches à se faire, ne l'empêcha sans doute pas d'être employé les six ou sept années suivantes; et il faut que sa réputation n'ait fait que s'accroître, puisque (1), lorsque la seconde expédition de Sicile fut décrétée, lui qui n'avait pas le moyen d'acheter des suffrages et pour qui l'on ne peut supposer que, soit Alcibiade, soit Nicias, les ait achetés, il devint leur collègue comme général en chef (2). Un tel commandement dut porter au comble son orgueil militaire, d'autant plus qu'ordinairement on confiait les grandes armées à dix généraux, parfait moyen pour faire la guerre au grand profit et à la joie de l'ennemi. On sait combien Nicias trou

(1) Naguère avait eu lieu une intervention d'Athènes en Sicile, en faveur et à la requête de Leontium et d'Egeste contre Syracuse et Sélinonte, 427 avant J.-C.; mais elle n'avait duré que onze ans et avait amené les deux ligues belligérantes à une paix qui, en réalité, laissait Egeste et Leontium à peu près ouverts aux intrigues et à la domination de Syracuse, laquelle tendait à devenir la capitale et le centre d'un royaume de Sicile. De là, sur Egeste et sur Leontium, des mesures que l'on qualifia d'oppressives et qui firent invoquer derechef contre la prépondérance syracusaine une intervention d'Athènes.

(2) Voy. Thucydide, 6, 8-26; Plutarque, Vie de Nicias, 17, et Vie d'Alcibiade, 21. Dans une première assemblée le peuple d'Athènes élut les trois généraux. Nicias était le premier, Lamaque le troisième. Dans une seconde assemblée ( cinq jours après), on délibéra sur les voies et moyens; et, après deux longs discours de Nicias, l'un sur l'inopportunité, sur les difficultes de la guerre, l'autre sur l'immensité des préparatifs nécessaires, on décerna des pleins pouvoirs aux généraux, et, sur la motion de Démostrate, on vota tout ce que Nicias regardait comme indispensable, sans s'arrêter à la dépense. Il fut ensuite délibéré, au sénat, sur ce qu'on ferait après la victoire: et, ne fût-ce que par cette délibération, il est clair que, si le décret de guerre voté au Pnyx ne parlait que des secours à donner aux Egestains et du rétablissement des Léontins, en réalité on voulait la conquête de la Sicile.

« AnteriorContinuar »