Revue du Lyonnais, Volumen 3

Portada
L. Boitel., 1851

Dentro del libro

Otras ediciones - Ver todo

Términos y frases comunes

Pasajes populares

Página 63 - Posséder dans sa hutte Une table, un vieux lit, Des cartes, une flûte, Un broc que Dieu remplit, Un portrait de maîtresse, Un coffre et rien dedans ; Eh gai ! c'est la richesse Du gros Roger Bontemps.
Página 406 - Il ne restera que la maison du pauvre, les habitations des patriotes égorgés ou proscrits, les édifices spécialement employés à l'industrie et les monuments consacrés à l'humanité et à l'instruction publique.
Página 419 - Commune-Affranchie pour y assurer le bonheur du peuple avec le triomphe de la République, dans tous les départements environnants et près l'armée des Alpes, à la Convention nationale.
Página 453 - Exterminez , grands dieux , de la terre où nous sommes , Quiconque avec plaisir répand le sang des hommes ! SÉIDE.
Página 66 - Sois-moi fidèle, ô pauvre habit que j'aime! Ensemble nous devenons vieux. Depuis dix ans je te brosse moi-même, Et Socrate n'eût pas fait mieux. Quand le sort à ta mince étoffe Livrerait de nouveaux combats , Imite-moi, résiste en philosophe. : Mon vieil ami, ne nous séparons pas. Je me souviens , car j'ai bonne mémoire , Du premier jour où je te mis. C'était ma fête, et, pour comble de gloire, Tu fus chanté par mes amis. Ton indigence, qui m'honore, Ne m'a point banni de leurs bras....
Página 406 - Il sera élevé sur les ruines de Lyon une colonne qui attestera à la postérité les crimes et la punition des royalistes de cette ville, avec cette inscription : Lyon fit la guerre à la Liberté ; Lyon n'est plus Le 18e jour du 1er mois l'an 2 de la République française une et indivisible Art.
Página 396 - Le véritable avantage de l'immunité était que les peuples qui en jouissaient levaient eux-mêmes, dans leur territoire, les sommes auxquelles ils étaient taxés, au lieu que, chez les peuples tributaires, c'étaient les publicains ou les traitants romains qui les exigeaient, comme une branche des revenus de l'État. Or Tite-Live3 nous donne une (i)
Página 382 - Giraud pense (5) qu'on ne doit rien conclure des anciennes pratiques de la république à l'égard des peuples liberi de l'Italie, pour déterminer la condition des peuples extra-italiens qualifiés de liberi sous l'empire , quoique assujettis au gouvernement romain. A cette dernière époque...
Página 321 - Terreaux, pour donner authentiqueraient le scandale nouveau du sacrilège et de l'inceste réunis , cet homme abominabl e déshonorait la révolution par ses écrits , comme il avait déshonoré son état par ses mœurs. Rien de plus incendiaire, de plus altéré de sang , de plus dégoûtant d'ordures , que les feuilles du journal qu'il donnait, sous le nom de Carrier qui en était l'entrepreneur.
Página 396 - Id., ibid., c. i6, idée de leur administration par ces mots remarquables : « Ubi publicanus est, ibi aut jus publicum « vanum, aut libertatem sociis nullam esse. » Au dehors de l'Italie, les villes libres ou alliées étaient soumises aux mêmes conditions que les villes italiennes dont je viens de parler. Les rois alliés étaient des espèces de vassaux, reges inservientes , qui jouissaient des mêmes...

Información bibliográfica