Le Pays Basque: sa population, sa langue, ses moeurs, sa littérature et sa musique

Portada
Firmin Didot frères, fils et cie, 1857 - 547 páginas
 

Comentarios de usuarios - Escribir una reseña

No hemos encontrado ninguna reseña en los sitios habituales.

Otras ediciones - Ver todo

Términos y frases comunes

Pasajes populares

Página 210 - La rime n'est pas riche, et le style en est vieux; Mais ne voyez-vous pas que cela vaut bien mieux Que ces colifichets, dont le bon sens murmure, Et que la passion parle là toute pure? Si le Roi m'avait donné Paris, sa grand'ville, Et qu'il me fallût quitter L'amour de ma mie, Je dirais au roi Henri : Reprenez votre Paris, J'aime mieux ma mie, au gué!
Página 206 - Les femmes, dit-il , portent un turban tout à fait semblable à celui des Tartares ou des Arméniens , et des jupes à larges plis. Les hommes sont vêtus d'une jaquette ouverte, qui laisse voir le cou et une partie de la poitrine ; un bonnet qui ne garantit ni du soleil ni de la pluie, des bottines ou sandales (abarcas) qui ne couvrent que le bas de la jambe. Le Biscayen ne sort jamais sans une petite lance et un coutelas ; en entrant dans l'église, il laisse sa lance à la porte , de sorte que...
Página 209 - La poésie populaire et purement naturelle a des naïfvetez et grâces , par où elle se compare à la principale beauté de la poésie parfaicte , selon l'art...
Página 208 - ... pendant sur l'épaule, le tout proprement ajusté. Tel est le costume de la jeunesse basque dans les fêtes les plus brillantes ; les hommes mariés mettent les jours de fête un habit de drap.
Página 170 - Labourd et de ses femmes, c'est un pays de pommes ; elles ne mangent que pommes , ne boyvent que jus de pommes , qui est occasion qu'elles mordent si volontiers à cette pomme de transgression , qui fit outrepasser le commandement de Dieu, et franchir la prohibition a nostre premier père.
Página 115 - SM les voudroit, demandant seulement que les matelotz pussent estre employés à la guerre, car nous ne connoissons icy pour règle que l'honneur, la passion ou la fantaisie, sans que la raison y aye jamais de part. Ces mesmes Basques qui ont hazardé dans leur navigation des choses plus surprenantes que n'ont fait les sujetz des ProvincesUnies qui possèdent sy bien cet art, croiroient estre perdus si on les menoit dans un lieu d'où ils n'eussent pas trouvé euxmesmes la route. C'est de là que...
Página 154 - Bassa-Jaon est haute , sa force prodigieuse ; tout son corps est couvert d'un long poil lisse qui ressemble à une chevelure; il marche debout comme l'homme, un bâton à la main, et surpasse les cerfs en agilité. Le voyageur qui précipite sa marche dans le vallon...
Página 441 - ... du Roi, illustre par sa noblesse, ses vertus, et sa fortune. Les basques sont habiles, courageux et aimables; parmi eux, il existe des hommes profondé ment versés dans toutes les sciences. Et ce qui m'étonne, seigneur, c'est que pas un n'ait songé jusqu'ici à composer, à écrire un ouvrage en l'honneur de sa langue, afin d'apprendre à l'univers entier que le basque, comme les autres idiomes, se prête merveilleusement aux règles de l'art d'écrire. Cet oubli est la seule cause pour laquelle...
Página 188 - A c'est effet ils ont cy devant équipé des navires, pour chercher le repaire ordinaire de ces monstres. « De sorte que suivant cette route ils ont descouvert cent ans avant les navigations de...
Página 29 - C'est dans ces idiotismes populaires, expression intime de l'esprit d'un peuple, qu'il faut chercher les tours propres et les véritables idiologies de son langage. Originalité d'images, hardiesse de figures, étrangeté d'inversions, exemples singuliers d'ellipse et de néologisme , recherche piquante d'euphonie, tout y frappe l'attention du grammairien philosophe.

Información bibliográfica