Images de page
PDF
ePub

pas comme étant sans valeur le Mémoire n° 7, qui forme un volume infol. de 250 pages avec une double épigraphe, dont la première est une phrase de Sénèque: .... Tu que, i domilor, Somne , laborum, requiet animi, Pars humanœ melior vitœ.... .

Mais elle juge digne d'une sérieuse estime et d'un bienveillant intérêt, le Mémoire n° 2 qui a 238 pages petit in-4", avec cette épigraphe d'un de ses chapitres: L'élude des phénomènes psychologiques du sommeil est le complément indispensable de celle des faits psychologiques de la veille, dans la science de l'homme intellectuel, et elle propose d'accorder le prix au Mémoire n° 5 dont l'étendue est de 218 pages in-folio, d'une écriture fine et serrée, ayant pour épigraphe : Dormientium animi maxime dcclarant divinitatem suam (Cicéron de Senectute, ch. 22.) et « l'homme n est absolument ni ange ni lièlc; mais le malheur est que quand il veut faire l'ange il fait la bête (Pascal, Pensées.) » Ce Mémoire qui remplit toutes les conditions du programme, et traite sagement, habilement, complètement le sujet, la section le présente à l'Académie comme l'un des meilleurs ouvrages pour lesquels elle ait eu à demander le prix. L'Académie, adoptant les conclusions de la section, accorde le prix au Mémoire n" 5. Le bulletin annexé au Mémoire est décacheté et fait connaître comme en étant l'auteur, M. Albert Lemoine, docteur ès-lettres, professeur au lycée de Nantes, dont le nom sera proclamé dans la séance publique.

Séahce Du 26. — M. le duc de Broglie, au nom de la commission mixte chargée d'examiner les Mémoires adressés à l'Académie sur le concours relatif au Manuel de morale et d'économie politique, à l'usage des classes ouvrières, lit un rapport touchant ce concours dont l'Académie a lieu d'être satisfaite, soit à cause du nombre des Mémoires qu'elle a reçus, soit à cause de la qualité générale des doctrines morales et politiques qu'ils contiennent et qui sont fort saines, soit à cause du mérite trèsdistingué de quelques-uns d'entre eux. Trente-quatre Mémoires ont été déposés au secrétariat et ont été l'objet de l'examen attentif et approfondi de la commission. Quelques-uns des concurrents n'ont envisagé que la partie économique de la question; quelques autres ont plus insisté sur sa partie morale. Mais la plupart l'ont traitée en entier ou sous une forme didactique, ou sous une forme dramatique plus ou moins capable d'insIniire les classes auxquelles le manuel est destiné, en attirant leur intérêt. Parmi ceux qui l'ont traitée en entier, la commission a remarqué à divers titres, les auteurs des Mémoires n°* 14, 32, 5, 6, 22. Mais elle a surtout reconnu des mérites supérieurs, quoique d'un genre différent, dans les Mémoires n°* 34 et 31. Le Mémoire n° 34, ayant pour épigraphe: Si quelqu'un vous dit qu'on peut s'enrichir autrement que par le travail et l'épargne, ne le croyez pas, c'est un empoisonneur (Franklin), est un vaste et savant traité d'économie et de morale , dont les doctrines sont fortes, les sentiments parfaits, les enseignements généreux , et qui est d'un langage en général fort élevé, bien que l'auteur cherche quelquefois à le rendre simple. La forme d'exposition trop didactique adoptée par l'auteur, et le style trop grave et trop abstrait dont il se sert, ne permettraient pas suffisamment à son ouvrage de devenir un manuel utile aux classes pour lesquelles l'Académie l'a demandé. Sous ce rapport, le Mémoire n° 31 , dont l'épigraphe : La morale est la première des sciences, l'économie politique est la seconde (Droz, Econo. polit., liv. 1", ch. 1"), l'emporte, sous ce rapport, sur le Mémoire n° 34. Le savoir y est aussi grand et la forme en est plus simple: elle présente dans un drame attrayant, aussi bien conduit que conçu, ce qu'il importe d'apprendre aux classes ouvrières d'économie politique et de morale pour leur utilité et leur amélioration. Si l'auteur, comme il le reconnaît lui-même, ne s'était pas un peu trop étendu sur certains points par précipitation et n'en avait pas négligé quelques autres par défaut de temps, s'il n'avait pas trop conseillé à ces classes la résignation à leur situation souvent malheureuse, au lieu de leur apprendre à faire effort toujours pour en sortir, s'il n'avait pas invoqué quelquefois l'assistance de dogmes religieux auxquels il ne faut recourir qu'avec une réserve extrême; la commission frappée de ce qu'il y a de savant et de simple, d'intéressant et d'utile, d'élevé et de dramatique, dans ce Mémoire très-près d'être un excellent manuel pour les classes ouvrières, aurait proposé à l'Académie de lui décerner le prix. Mais elle pense que les auteurs des Mémoires qu'elle a distingués et notamment des Mémoires n"" 34 et 31, en ayant une année de plus pour perfectionner leur œuvre, et pour en faire disparaître les défauts que la commission y a trouvés, se présenteront de nouveau et avec succès devant elle. Dans cette ferme espérance, elle propose à l'Académie de proroger le concours au 31 décembre 1855. L'Académie adopte les conclusions de la commission et proroge le concours.

Pages.
Rapport sur lo concours relatif à la question du Sommeil,

par M. Lélot 375

Mémoire sur les doctrines religieuses de Kant et de

Fichte, par M. Christian Bartholmèss. . . /i25

■I. Articles des savants etrangers.

Histoire de la Morale (suite du premier Mémoire) par

M. Ad. Garnier 113

III. Documents divers.

Bulletins des séances 155,157,159 et M9

Sujet de prix et programme du concours ouvert,
pour 1857, dans la section de législation ld.

Résultat du concours ouvert dans la section de phi-

losophie , sur la question du Sommeil 452

Résultat du concours relatif au Manuel de Morale

et d'Economie politique, à l'usage des classes

ouvrières 453

ri» DE I.A TABLE DU TOME NEUVIEME

— XXIV de la Collection. —

le gérant responsable,

CH. VERGÉ.

Ortiant. lmp. de Coignet- DarnaiUr.

r

« PrécédentContinuer »