Du démon de Socrate: specimen d'une application de la science psychologique à celle de l'histoire

Portada
Trinquart, 1836 - 363 páginas
 

Comentarios de usuarios - Escribir una reseña

No hemos encontrado ninguna reseña en los sitios habituales.

Páginas seleccionadas

Otras ediciones - Ver todo

Términos y frases comunes

Pasajes populares

Página 227 - ... hauts faits des anciens héros, contribue puissamment à l'instruction des races futures. Mais, sans cette poétique fureur , quiconque frappe à la porte des Muses, s'imaginant à force d'art se faire poète , reste toujours...
Página 225 - Rien de mieux s'il était démontré que le délire fût un mal: au contraire , les plus grands biens nous arrivent par un délire inspiré des dieux. C'est dans le délire que la prophétesse de Delphes et les...
Página 288 - Dans une de ces nuits de ferveur, par un temps couvert, pendant une prière, R... voit tout à coup apparaître au milieu des nuages un disque lumineux, gros comme le soleil, mais non point radieux comme lui ; une voix part de ce disque, et dit à R... : Les enfants que je bénirai seront bénis, et ceux que je maudirai seront maudits jusqu'à la troisième et quatrième génération...
Página 18 - Svvaiumerdam, de Vanhelmont, de Swedenborg, sont à peu. près avouées maintenant par tous les hommes qui ont joint l'étude de la psychologie morbide à celle de l'histoire et de la philosophie (l).
Página 111 - ... témoins : vous connaissez « le beau Charmide, fils de Glaucon ; un jour il vint «. me faire part d'un dessein qu'il avait d'aller disputer « le prix de la course aux jeux Néméens. Il n'eut pas « plutôt commencé à me faire cette confidence, que « j'entendis la voix. Je l'en détournai en lui disant : « — Tandis que je te parle, j'ai entendu la voix divine,
Página 115 - Et pour ceux qui s'attachent à moi , il leur arrive la même chose qu'aux femmes en travail : jour et nuit ils éprouvent des embarras et des douleurs d'enfantement plus vives que celles des femmes. Ce sont ces douleurs que je puis réveiller ou apaiser quand il me plaît, en vertu de mon art. Voilà pour les uns.
Página 116 - En effet, mon cher, plusieurs se sont déjà tellement courroucés, lorsque je leur enlevais quelque opinion extravagante , qu'ils m'auraient véritablement déchiré. Ils ne peuvent se persuader que je ne fais rien en cela que par bienveillance pour eux ; ne se doutant pas qu'aucune divinité ne veut du mal aux hommes , que je n'agis point ainsi non plus par aucune mauvaise volonté à leur égard ; mais qu'il ne m'est permis en aucune manière ni de transiger avec l'erreur, ni de tenir la vérité...
Página 287 - A la même époque il éprouve tout à coup ce qui suit : il lui semble que son intelligence s'agrandit, que toute la suite des phénomènes du monde extérieur se déroule à ses yeux : il aperçoit en quelque sorte d'un coup d'œil, quoique d'une manière peu arrêtée, toute la création. Alors il prend le parti de se rapprocher des autels et de la table de la communion, qu'il n'avait pas fréquentée depuis six ans, et de combattre en lui les mauvais penchants, surtout l'aiguillon de la chair,...
Página 227 - ... des anciens héros, contribue puissamment à l'instruction des races futures. Mais sans cette poétique fureur, quiconque frappe à la porte des Muses, s'imaginant à force d'art se faire poète, reste toujours loin du terme où il aspire, et sa poésie froidement raisonnable s'éclipse devant les ouvrages inspirés.

Información bibliográfica