Le Spectateur français au XIXme. siècle, ou Variétés morales, politiques et littéraires, recueillies des meilleurs écrits périodiques ..., Volumen 8

Portada
Société typographique., 1810

Dentro del libro

Comentarios de usuarios - Escribir una reseña

No hemos encontrado ninguna reseña en los sitios habituales.

Páginas seleccionadas

Otras ediciones - Ver todo

Términos y frases comunes

Pasajes populares

Página 171 - Quel état, mon fils, que celui d'un homme qui, d'un trait de plume, se fait obéir d'un bout de l'univers à l'autre! Son nom, son seing n'a pas besoin, comme la monnaie d'un souverain, que la valeur du métal serve de caution à l'empreinte ; sa personne a tout fait ; il a signé, cela suffit.
Página 224 - C'est peu qu'en un ouvrage où les fautes fourmillent, Des traits d'esprit semés de temps en temps pétillent. Il faut que chaque chose y soit mise en son lieu; Que le début, la fin répondent au milieu...
Página 300 - ... de sa beauté, le cygne semble faire parade de tous ses avantages ; il a l'air de chercher à recueillir des suffrages, à captiver les regards, et il les captive en effet, soit que voguant en troupe on voie de loin, au milieu des grandes eaux, cingler la flotte ailée, soit que, s'en détachant et s'approchant du rivage aux signaux qui l'appellent, il vienne se faire admirer de plus près en étalant ses beautés, et développant ses grâces par mille mouvements doux, ondulants et suaves.
Página 307 - L'émeraude, le rubis, la topaze brillent sur ses habits, il ne les souille jamais de la poussière de la terre, et, dans sa vie tout aérienne, on le voit à peine toucher le gazon par instants; il est toujours en l'air, volant de fleurs en fleurs; il a leur fraîcheur comme il a leur éclat : il vit de leur nectar et n'habite que " les climats où sans cesse elles se renouvellent.
Página 77 - C'est par là que les rois sont semblables aux dieux. Du magnanime Henri qu'il contemple la vie : Dès qu'il put se venger, il en perdit l'envie : Inspirez à Louis cette même douceur ; La plus belle victoire est de vaincre son cœur.
Página 340 - La naïveté est de tous les états : on est naïvement héros , naïvement scélérat , naïvement dévot , naïvement beau , naïvement orateur , naïvement philosophe. Sans naïveté , point de vraie beauté. On est un arbre , une fleur , une plante, un animal naïvement. Je dirais presque que de l'eau est naïvement de l'eau , sans quoi' elle visera à l'acier poli ou au cristal.
Página 60 - Nous prohiberait-il ce charme qui accompagne l'amour du bien? Lui-même nous ordonne d'aimer la vertu, et sait mieux que nous qu'il est contradictoire d'aimer une chose sans s'y plaire. S'il rejette donc nos vertus, c'est quand nous nous approprions les dons que sa main nous dispense...
Página 340 - La seule chose qu'on leur ait apprise, c'est à bien porter la feuille de figuier qu'elles ont reçue de leur première aïeule. Tout ce qu'on leur a dit et répété dix-huit à dix-neuf ans de suite se réduit à ceci : Ma fille, prenez garde à votre feuille de figuier ; votre feuille de figuier va bien , votre feuille de figuier va mal.
Página 307 - C'est dans les contrées les plus chaudes du NouveauMonde que se trouvent toutes les espèces d'oiseauxmouches ; elles sont assez nombreuses , et paraissent confinées entre les deux tropiques, car ceux qui s'avancent en été dans les zones tempérées n'y font...
Página 305 - Avec la lourde autruche et ses mesquines ailes Comparez cet oiseau qui , moins vu qu'entendu , C*? Ainsi qu'un trait agile à nos yeux est perdu , Du peuple ailé des airs brillante miniature Où le ciel , des couleurs épuisa la parure ; Et pour tout dire enfin , le charmant colibri Qui, de fleurs-, de rosée et de vapeurs nourri , Jamais sur chaque tige un instant ne demeure, Glisse et ne pose pas , suce moins qu'il n'effleure : Phénomène léger, chef-d'œuvre aérien De qui la grâce est tout,...

Información bibliográfica