Imágenes de página
PDF

OU

· RECUEIL

D'HISTOIRES D'APPARITIONS DE SPECTRES,

REVENANs, FANTôMEs, etc. ;

Traduit de l'allemand, par un Amateur.
A

Falsis terroribus implet.
HoRAT.

TOME SECOND.

PARIS,

Chez F. SCHOELL, rue des Fossés-Montmartre, n°. 1 $

18 I 2.

[ocr errors][merged small][graphic]
[merged small][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small]

L'ÉTÉ étoit superbe; aussi, de mémoire d'homme, jamais on n'avoit vu tant de monde aux eaux.Mais les salons de réunion

avoient beau se remplir, la gaîté ne s'y

trouvoit pas. La noblesse se tenoit à part,

le militaire en faisoit autant, et la bour

geoisie médisoit de tous les deux.Tant de

réunions partielles devoient nécessairement

--,

mettre obstacle à une réunion générale. Les bals publics même ne produisoient pas plus de rapprochement parmi les personnes du beau monde, parce que le propriétaire des eaux y paroissoit chamarré de cordons, et que cet éclat, joint à la roideur des manières de la famille de ce seigneur, et au grand nombre de laquais, vêtus de riches livrées, qui les suivoient, forçoit la plupart des personnes présentes à se renfermer silencieusement dans les

bornes fixées par la diversité des rangs.

Voilà aussi pourquoi les assemblées devinrent successivement moins nombreuses. Des cercles particuliers se formèrent, et cherchèrent à conserver dans leur sein l'agrément qui, chaque jour, disparoissoit

dans les réunions générales.

· Une de ces sociétés se rassembloit à peu

près deux fois par semaine, dans une des salles qui, à cette époque, étoient ordinairement vides. On y soupoit, et ensuite on goûtoit , soit dans la salle même, soit en se promenant, le charme d'une conversation décente et sans contrainte. Les membres de cette réunion se connoissoient d'avance, au moins de nom ; mais un marquis italien, qui vint augmenter la société, leur étoit inconnu, de même qu'à toutes les personnes qui se trouvoient aux bains. Ce titre de marquis italien sembloit d'autant plussingulier queson nom, tel qu'il étoit instruit sur la liste générale, paroissoit appartenir aux pays du nord, et réunissoit un si grand nombre de consonnes, que personne ne pouvoit le prononcer sans difficulté. Sa physionomie et ses manières offroientaussi beaucoup de particularités.Son visage long et blême, ses yeux noirs, son

« AnteriorContinuar »