Imágenes de página
PDF
ePub
[ocr errors]

quées au Sénat : il les développait, insistait sur elles, prodiguait les tirades enflammécs, répandait les paroles flatteuses, appropriait avec une science achevée ses paroles à son auditoire, ne négligeait aucun argument susceptible d'impressionner la populace. Le Consul montra Capouc restaurée (1), les Décemvirs devenus dix rois, les plus belles campagnes italiennes distribuées selon leur caprice, l'atteinte portée aux droits du peuple, le stratagème des seize tribus désignées par un sort complaisant, enfin les généraux de Rome asservis aux politicicns, - l'exception ridicule ou suspecte admise en faveur de Pompée et à laquelle répondait mal l'inégibilité des absents, si évidemment destinée à exclure Pompée du décemvirat.

La foule ne demandait qu'à se laisser convaincre, quand l'habile dignitaire insinuait : « Les tribuns comptent garder l'argent, ils vont l'entasser dans leurs caisses, et le peuple n'en verra rien. Si les riches refusent de vendre leurs biens au Trésor, comment les y forcera-t-on ? Subira-t-on leurs exigences ? – Vendront-ils au prix qu'ils voudront? – Ils achèteront les Décemvirs; et, à l'heure des répartitions, tout le territoire campanien sera donné aux hommes riches, - le vulgaire recevra quelques pieds de terre dans les déserts de l'Apulie... Auprès du plaisir d'habiter Rome et d'y régner par vos suffrages, de vivre au forum et de jouir des fêtes, que valent les sables de Siponte ou les marais de Salapia?... >>

Les acclamations de la plèbc et toute la mimique expressive de l'enthousiasme italien accueillirent la péroraison du plus grand oratour de Rome. Rullus reparut en son absence et crut parer l'accusation dont il pressentait la menace en avançant imprudemment que les ennemis de la loi agrairc étaient du parti de Sylla et soutenaient dans leurs intérêts les acquéreurs des biens des proscrits. Cette effronterie était grossière; aussi eut-elle un plein succès : quand le Consul vint au forum, les visages n'étaient plus les mêmes (2). Cicéron calma les murmures, écrasa la défense du démagogue, eut recours aux attaques personnelles qu'il gardait en réserve encore, et démontra positivement que la loi amnistiait Valgius et les enrichis de Sylla. Le tribun fut anéanti, la loi agraire abandonnée; et la plebe romaine répudia le présent qu'on lui voulait faire (3).

La victoire des conservateurs n'était pourtant guère décisive. Les anarchistes, à bout de moyens légaux, furent acculés à la violence; leur noyau s'augmentait chaque jour; ils continuèrent à conspirer. A Rome, le hautain Lentulus, patricien d'antique origine, visitait les quartiers ouvriers; il excitait les artisans (9). En Italie, des émissaires prêchaient les ruraux obérés et les pâtres. Cicéron avait éloigné le péril immédiat du despotisme décemviral, mais non guéri la société ni conjuré la crise foncière. Loin de là, sa résistance heureuse rete.

(1) Cicéron, in Rullum, II, passim.
(2) In Rullum, III. 1.
(3) Cf. Cicéron, pro Rabirio, 12. Plinc l'Ancien, VII, 31, 8 (éd. Littré),
(6) Cicéron, in Catilinain, IV, 8.

[graphic]

Il attendait tout de Pompée. Celui-ci perdit en Asie son hiver: partit en automnc pour l'Italic et, sottement magnanime, congédia ses forces militaires en débarquant à Brindisium. Le général venait à Rome sans avoir aucune idée nette du rôle qu'on attendait de lui : il soutint mollement Cicéron, se laissa mener par César. qui le rendit suspect à tous et détruisit en quelques mois ce qui lui restait d'inlluence. Sa conduite en Orient fut disculéc; on lui refusa le Consulat. Mal vu du parti populaire, en rupture avec le Sénat, le dominateur de l'Asie se lança dans l'opposition sans ètre sur d'aucun concours et sans aucune psychologie. - Le tribun Flavius, sa créaturc, présenta. en 691 = 60, une loi agraire (Lex Flavia) rédigée à la hâte et simple instrument de groupe, qui expropriait partiellement les possessores sullani et consacrait à l'achat de terres cinq années du produit des taxes établies par Pompée dans les provinces; les vétérans du général et subsidiairement les plébéiens pauçres recevraient des assignations.

Cicéron prit très bien la chose: cette loi lui semblait modérée (1): les souvenirs de sa lutte contre Rullus ne le gênaient point. La réforme agraire lui paraissait-elle périlleuse si elle venait d'un tribun du peuple, inoffensive si elle venait d'un général républicain ?... Cicéron accepta certaines dispositions du projet, repoussa les autres, consentit aux achats de terres, refusa l'expropriation des possessores sullani (2). Mais personne ne soutenait la loi; elle sombra. Les aristocrates détestaient Pompée et les déinocrates le militarisme Cicéron en fut pour ses avances, et Pompée pour ses maladresses.

César avait compromis l'un et ruiné le crédit de l'autre. Cicéron vit avec désespoir sa diplomatic inutile et tout l'écroulement du système auquel il s'était tant confié. Il écrivait à Atticus : « L'année qui passe a jeté bas les deux piliers de la République que j'avais cimentés en un seul. Elle a renversé le pouvoir du Sénat, clle a détruit l'entente des ordres ! » (3) – L'incartade du jeune patricien Clodius, surpris en vêtements de musicienne dans la maison de la femme de César, où les dames romaines célébraicnt les mystères de la Bonne Décsse, cut un retentissement immense ct souleva les passions qui ne désarmèrent jamais, des inimitiés qui se prolongèrent dans la discussion des affaires publiques. Cicéron, excité en cette aventure par Terentia, sa propre femme, et mal inspiré, ollensa César par la manière dont il témoigna coulre Clodius dans le proces qui s'ensuivit. César répudia Pompeia : la femme de César ne devait pas ètre soupçonnée; il paya lant bien

quc mal ses créanciers et se déroba aus curiosités en partant sur-le-champ pour l'Espagne, comme gouverneur.

Le scandalc dc toutes ces révélations sur des faits de la vie intime atteignait des membres en vue de la société patricienne et mit une

(1) Ad Atticum, I, 18.

(2) Ad Atticum, I, 19. — Zumpl, Comment. epigraph., p. 261, distiugue deux espèces de possessores sullani : acquéreurs régwiors at usurpatenrs.

(3) 10 Alticini, I, 18.

[graphic]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[graphic]
[ocr errors]
[ocr errors]
« AnteriorContinuar »