Imágenes de página
PDF
ePub

tentative du général Benningsen sur le village de Schmoditten, occupé par l'avant-garde du maréchal Ney. Une forte colonne russe , chargée de cette expédition, est reçue à la baïonnette. - Mise en déroute. - Retraite définitive des alliés. - Supputation des pertes des deux armées. Infidélité de la rela-' tion officielle du général russe.

CHAPITRE XVIII.

Suite de la bataille d'Eylau. - Opérations des corps

d'observation-russe et français sur le Bug et la Narew. Bataille d'Ostrolenka. Mouvement rétrograde de la Grande - Armée française. Dispositions de l'empereur Napoléon pour l'établissement des quartiers d'hiver sur la rive gauche de la Passarge.

L'armée russe se porte en avant , feint de reprendre l'offensive, se cantonne entre l’Alle et la Passarge.

Divers mouvemens des avant-gardes. -Divers combats. - Le prince de Ponte-Corvo bat le corps prussien et s'empare de Braunsberg - Le maréchal Ney reprend Guttstadt. Le maréchal Lefebvre resserre ta garnison de Dantzick. - Suite des opérations du prince Jérôme et du général Vandamme en Silésie.

Suite des opérations du maréchal More tier en Pameranie.

[ocr errors]

Pages 43 à 63.

Effets de la bataille d'Eylau. - Embarras du général Benningsen.

Confusion de sa retraite. Il rallie son armée sous les murs de Königsberg. Danger de cette position. – Mésintelligence entre les généraux russes. - Napoléon propose la paix au roi de Prusse. Prévoit les mouvemens possibles de l'ennemi. Fait reconnaître le cours de la Passarge. Divers ouvrages de fortifications de ca

campagne. Utilité de ces travaux. Précautions contre les attaques partielles des Russes.- Concentration de l'armée française sur la ligne de la Passarge. - Quartiers d'hiver. - Proclamation de Napoléon.

Pages 63 à 75.

[ocr errors]

Méprise du général Benningsen sur le mouvement rétrograde ordonné par Napoléon. - Il fait occuper le champ de bataille abandonné par les Français. Se proclame vainqueur à Eylau. — Porte son quartier-général à Heilsberg. - Instructions de Napoléon au général Savary, commandant le corps d'observation. But de la marche du corps du général Essen. Deux fortes colonnes russes marchent sur les deux rives de la Narew. La colonne de droite, culbutée par les Français. — Celle de gauche se porte sur Ostrolenka et s'en

empare.

Vif engagement

dans Ostrolenka. Les Russes se retirent sur les monticules voisins. - Promptes dispositions du général Savary. — Le général Oudinot renverse la droite de l'ennemi. · Engagement général. Les bataillons russes sont enfoncés et forcés de se retirer en désordre.

Résultats de ce succès.

[ocr errors]

Pages 75 à 85.

Prévoyance de Napoléon dans la distribution des cantonnemens de son mée. De la position respective des corps. - Combinaisons pour la célérité et la sûreté de leur réunion.- Ordres

pour
assurer

les subsistances, l'achèvement des travaux. Ordre de démanteler les places de Silésie. - Le maréchal Masséna prend le commandement du

corps

d'observation. Position embarrassée du général Benningsen. Mouvement du corps prussien du général Lestocq. – Le prince de Ponte-Corvo pénètre ses vues. - Combat de Braunsberg. – Le général Dupont attaque les Prussiens. - Enlève le village de Zagern. – Aborde et culbute l'ennemi à Stangendorff. - Le général Lestocq forme sa ligne pour la défense de la ville. Y est attaqué. Mis en déroute. Prise de Bruunsberg. -- Importance de ce poste.

Pages 85 à 94.

Parallèle des positions respectives des armées fran

çaise et russe. - Démonstrations du général Benningsen. - But de ses mouvemens. - Il s'empare de Guttstadt. – Menace l'aile droite des Français. Ordres de Napoléon pour reprendre l'offensive. - Le prince de Ponte - Corvo, les maréchaux Soult et Ney marchent à l'ennemi. Renversent ses colonnes. Attaque de Guttstadt. - Le maréchal Ney en chasse les Russes. L'ennemi se retire. - Les Français rentrent dans leurs positions.

Pages 94 à 108. Ordres de Napoléon pour la prompte soumission de la Haute et Basse-Silésie. - Avantages de la conquête de ces provinces pour les opérations de la GrandeArmée. Siége et blocus de Neiss.

Situation sespective de cette place. Vaine tentative du

gouverneur de Glatz

pour
la secourir.

- Un corps prussien de quatre mille hommes, pris ou dispersé. Dispositions du général Vandamme. — Le fort de Blockhausen emporté d'assaut par les Wurtembergeois. - Continuation des travaux du siége. – Bombardement de la ville. Détresse des assiégés. Simultanéité des attaques au prince Jérôme devant Glatz.

Capitulation de ces deux forteresses. Toute la Silésie au pouvoir des Français.

Pages 108 à 122. Entreprises de quelques détachemens prussiens

[ocr errors]

sortis de Colberg. - Une division italienne marche à leur rencontre. - Les chasse de leurs positions. — Les disperse à Newgarten. – Investissement de la place de Colberg. - Le général suédois Essen, sort de Stralsund. — Fait replier la division Grandjan. Poursuit ses succès. - S'empare d'Anclam et de Greissetwald. Opère des débarquemens dans l'ile de Wollin. – Retraite des Français sur Stettin. Promptes dispositions du maréchal Mortier. - II marche à l'ennemi. — L'attaque à Dargitz. – Enlève ses positions. — Vif engagement à Ferdinandshoff. Ce village est temporté à la baïonnette. - Les Suédois battus et poursuivis jusqu'à Anclam. - But de cette excursion du général Essen. — Il envoie un parlementaire au maréchal. – Entrevue des deux géné

Armistice conclu à Schulszow.

raux.

CHAPITRE XIX,

Siège de Dantzick.

Pages 123 à 135.

Réflexions sur la différence des opérations de campagne et de celles d'un siége. - Le maréchal Lefebvre prend le commandement du siège. — État de répartition des troupes sous ses ordres. - Premiere attaque des Polonais sur Dirschau. -- Combat opiniâtre. — Vive résistance des Prussiens. Ils sont chassés de la

« AnteriorContinuar »