Imágenes de página
PDF
ePub

les habitans de la Pomeranie et les Suédois verront que c'est lui qui prolonge les maux de la guerre que nous faisons à regret contre les Suédois, nation que nous aimons.

L'empereur vous recommande de bien étudier le territoire , afin de juger les événemens qui pourraient arriver.

Pour me résumer, monsieur le maréchal, le véritable but de votre corps est d'être opposé aux débarquemens que les Anglais pourraient faire dans le Nord; car ils peuvent en opérer à Dantzick, à Colberg, Rostau, Stralsund, et à l'embouchure de l'Elbe; vous êtes destiné à vous opposer à chacun de ces débarquemens, c'est-à-dire à coopérer avec les troupes qui s'y opposeraient sur les différens points.

S'il eût été possible de prendre la ville de Strals sund, cela aurait été un point de sûreté : mais il n'y faut plus penser; car le plus grand malheur qui puisse vous arriver , ce serait que votre corps épuisé et fatigué par un service de tranchée, eût ensuite à lutter contre des troupes fraîches qui débarqueraient.

Sa majesté approuve les mesures que vous avez prises pour organiser la Pomeranie suédoise.

P. S. Recommandez au général Granjan, qui commandera le siége de Colberg, de me rendre compte tous les jours, indépendamment du compte qu'il vous rendra.

1

A la place du 264 régiinent de chasseurs que l'empereur vous ête , vous recevrez le 3e de même arme, qui vient d'Italie, et qui vous arrivera avant que vous ne soyez dans le cas de l'employer sérieusement.

Vous pourrez dire, relativement au siège de Stral. sund, qu'on n'a eu le projet de le prendre que par les grandes glaces, ce que l'hiver n'a pas permis ; mais vous n'aviez point l'intention de détruire la forteresse', vu que ce ne serait point de notre intérêt envers un prince avec lequel nous soinmes momentanément alliés.

Nous voyons dans votre dépêche que vous avez des magasins à Anclam, à Demmin et sur la Peene; l'empereur pense que le bon moyen est de n'avoir pas de magasins à Anclam, à Demmin ni sar la Peene, mais de les avoir à Stettin.

Au maréchal BERNADOTTE.

Osterode , le 5 mars , cinq heures,

du soir.

Je viens de recevoir à l'instant et communiquer aussitôt à l'empereur, inonsieur le maréchal, vos deux lettres du 5 mars, et je ne perds pas un instant à vous faire connaître la réponse de sa majesté.

Si l'ennemi marche sur Braunsberg, nous n'avons pas besoin de marcher à lui; le but de votre reconnaissance sur Möhlsack était d'avoir de ses nouvelles;

ne

encore que

s'il veut nous en apporter lui-même, il nous épargnera le chemin, L'empereur trouve que rien

prouve l'ennemi marche en force sur Braunsberg; la réunion de deux de vos divisions à Spanden est convenable : le principal est de se tenir mattre du pont et de la tête du pont, afin de déboucher si cela devenait nécessaire. Jusqu'à cette heure sa majesté trouve que tout porte à penser que l'ennemi est en force du côté de Heilsberg; on lui a rendu compte y avoir vu ces jours passés plus de trepte mille Russes, et sept à huit mille du côté de Serburg et de Bischopu stein, L'évacuation de Guttstadt paraît avoir fait penser à l'ennemi que nous étions toujours en mouvement rétrograde, et la suppression du pont de Braunsberg lui a ôté toute inquiétude d'un mouvement offensif de ce côté. Dans cet état de choses, si l'ennemi se porte en force sur Braunsberg il se portera aussi sur Spanden, puisqu'il sait que nous y avons un pont; enfin tout cela doit s'éclaircir dans la journée. Votre position de Spanden, celle du maréchal Soult, celle du maréchal Davout à Mohrungen concentrant toutes les forces, l'empereur me charge de vous dire que sans aucun doute il nous convient de rester tranquilles; mais si l'ennemi attaque Braunsberg, il faut le défendre avec toutes les forces possibles.

On peut défendre Braunsberg en passant la Pas

sarge et tombant sur le flanc de l'ennemi, ou en marchant sur la rive gauche au secours du général Dupont.

Ceci sera long-temps un combat d'artillerie, il faudrait donc lui envoyer quinze å seize pièces de canon. Placez une de vos divisions entre Spanden et Braunsberg, de manière à pouvoir les trouver sur l'un ou l'autre point; mais surtout tâchez de garder le pont de Spanden, ou la position que vous avez choisie , pour nous donner passage sur la rive droite; l'existence seule de ce pont fait une grande diversion pour le général Dupont et la défense de Braunsberg.

Tout porte à penser, si l'ennemi attaque sérieusement Braunsberg, que ce sera un nouveau sujet de triomphe pour votre armée. L'empereur désire que vous correspondiez avec le maréchal Soult et avec le maréchal Davout qui est à Mohrungen.

Au maréchal BERNADOTTE.

Osterode, le 6 mars, six heures

du matin.

Je reçois, monsieur le maréchal, votre lettre de quatre heures après midi; l'ennemi, qui était du côté du maréchal Soult, a battu en retraite par Heilsberg et Landsberg; nos avant-postes étaient sur la route de Landsberg à Frauendorff; les Prussiens

seuls paraissaient s'être retirés sur notre gauche à Launau.

Il est donc probable, et tout porte à penser que c'est une division ennemie qui vient prendre position à Braunsberg, afin d'être certain qu'on ne fait aucun mouvement sur Königsberg par notre gauche. Toutefois, si elle tentait de vous pousser , sa majesté s'en rapporte å vous pour la culbuter. Correspondez avec les maréchaux Davout et Soult.

Les officiers que vous expédiez arrivent lentement, il est fâcheux qu'on n'ait pas pu garder une tête de pont à Landsberg

Au maréchal MASSENA.

Osterode, le 6 mars.

L'INTENTION de l'empereur, monsieur le maréchal, est de réunir à Neidenburg un corps de Polonais composé d'infanterie , de cavalerie et d'artillerie, sous les ordres du général de division Zayoncheck , et de quelques généraux de brigade polonais; en conséquence, deux régimens polonais de Kalitsch ont reçu l'ordre de partir du côté de Graudentz où ils étaient, pour se rendre à Neidenburg où ils arrivent aujourd'hui 6. Ces deux régimens sont forts d'environ quatre mille hommes. L'intention de sa majesté est que vous donniez l'ordre au commandant de la légion polonaise qui est à Varsovie , de faire partir sur-le

« AnteriorContinuar »