Imágenes de página
PDF
ePub

1

surance. L'empereur attache beaucoup d'importance à ce que la correspondance de Dantzick à Pillau soit coupée ; donnez fréquemment des nouvelles de ce qui se passe devant Colberg.

L'empereur ne conçoit pas comment la cavalerie polonaise n'a ni sabres ni pistolets, puisqu'il y en a å Posen.

L'empereur vous autorise à garder un de ces régimens polonais que vous emploierez en partie dans l'ile de Nogat.

Au maréchal SOULT.

Osterode, le 4 mars.

M. le maréchal Ney, comme vous le savez sûrement, monsieur le maréchal , a repris Guttstadt; il y a eu cinq à six mille hommes de cavalerie , mais pas plus de deux mille d'infanterie, qui se sont retirés : il a fait une centaine de prisonniers. L'empereur a lu votre rapport à dix heures du soir ; il a celui que vous m'avez adressé. Sa majesté attend de savoir si on est rentré å Wormditt, et les renseignemens qu'on aura pu s'y procurer; il paraît que la force de l'ennemi, sur toute la ligne , est plus forte en cavalerie qu'en infanterie, et que cette infanterie est en partie composée de Prussiens. Aussitôt

que vous croirez ne pouvoir plus faire de mal à l'ennemi, l'intention de sa majesté est que

dès ce jour là on reprenne ses positions ; mais il trouve qu'il serait peut-être convenable de conserver une petite tête de pont sur la Passarge, pour être maître de la passer quand on voudra.

Au maréchal BERNADOTTE.

Osterode, le 4 mars.

Prince, je viens de communiquer à l'empereur la dernière lettre que vous m'avez écrite, et par laquelle vous me prévenez que vous n'avez pas pu passer hier la Passarge. Sa majesté me charge de vous faire connaître qu'il est nécessaire que vous ayez quatre ponts sur cette rivière, un du côté de Spanden, un du côté de Braunsberg, et deux du côté de M. le maréchal Soull. Sa majesté désire que vous choisissiez pour l'emplacement de ces ponts les lieux les plus favorables pour établir de bonnes têtes de pont; on peut prendre Braunsberg même, si cette ville est facile à défendre : sans quoi, on jettera le pont dans un lieu favorable près de la ville. Au moment même où vous ferez jeter ces ponts, il faudra avoir des ingénieurs avec des outils prêts pour faire travailler aux têtes de pont, de manière qu'en vingt-quatre heures on puisse у

être à l'abri , et que dans quatre ou cinq jours on y soit inexpugnable. L'effet de ces têtes de pont sera tel que l'ennemi s'éloignera sûrement de la Passarge, qu'il se contentera de l'éclairer par de la ca

[ocr errors]

valerie, puisqu'à chaque instant l'infanterie qu'il placerait sur la rive droite de cette rivière pourrait être enlevée par des forces dont il ne pourrait pas calculer le nombre. Il est indispensable que ces dispositions soient faites le 5 ou le 6; alors seulement sa majesté pense que nos quartiers d'hiver seront sûrs et formidables.

Au maréchal BERNADOTTE.

Osterode, le 4 mars, neuf heures.

du soir.

L'EMPEREUR, prince , me charge de vous dire que son intention est que vous passiez la Passarge, que vous culbutiez ce qui se trouve devant vous. L'en-, nemi paraît avoir fait un mouvement vers notre droite sur Bischopstein ; il paraît qu'il n'y aurait du côté de Braunsberg que des Prussiens. Le maréchal Soult s'est porté sur Freymarkt, d'où l'ennemi s'est mis en retraite.

Le maréchal Ney a réoccupé Gultstadt, et il a ses postes à Peterswalden; beaucoup de rapports disent que le quartier-général de l'ennemi était hier à Heilsberg; quoi qu'il en soit, vous sentez qu'il est nécessaire de savoir ce qu'il y a à Möhlsack.

Si le mouvement de l'ennemi sur notre droite se confirme, et qu'il continue, l'intention de l'empereur serait de marcher sur la droite de l'ennemi.

Tout porte à croire que vous n'avez pas

de grandes forces devant vous, et qu'une attaque brusque sera couronnée du succès.

La Passarge passée , si l'ennemi n'est pas en force à Möhlsack, et qu'il

.se mette en retraite devant vous , portez-vous du côté de Wormditt, afin de vous trouver tous réunis dans le cas où l'ennemi reprendrait l'offensive sur notre centre. Ayez un officier près le maréchal Soult, pour savoir ce qui se passe , et pouvoir manoeuvrer en conséquence. Tout paraîl confirmer aujourd'hui que l'ennemi a des projets et fait quelque chose; on ne peut pas tarder à être éclairé : le mouvement que vous allez faire est bon dans tous les cas.

Dans l'instant je reçois votre lettre d'aujourd'hui; l'empereur, après en avoir pris lecture , trouve qu'il n'y a rien à changer que ce que je viens de vous dire: raison de plus pour s'éclairer sur ce que fait l'ennemi.

Au maréchal SOULT.

Osterode, le 5 mars, six heures

du matin.

L'EMPEREUR, monsieur le inaréchal, a lu vos deux lettres de deux heures après midi et de six heures du soir. Sa majesté aurait désiré que vous n'eussiez fait aucun mouvement en arrière ,' surtout par votre avant-garde, parce que plus l'ennemi fera de mara

ches, rétrogrades, et mieux cela vaudra; d'abord, parce que cela le fatigue et que cela l'éloigne de nous; car nous devons souhaiter de n'avoir aucun engagement sérieux, parce que nos vivres ne sont point organisés et que nos ponts ne sont point faits , et que dans huit à dix jours nous aurons beaucoup gagné.

J'ai ordonné hier au prince de Ponte - Corvo de pousser sur Möhlsack, et de tâcher d'entamer le corps prussien, s'il ne se retire pas; il doit égale- / ment pousser sur Heiligenbeil. Ces mouvemens ont pour but de bien connaître ce que l'ennemi avait de ce côté, et le porter à accélérer son mouvement de retraite. Vous sentez, monsieur le maréchal, qu'il nous serait avantageux que l'ennemi évacuât son quartier-général d'Heilsberg pour le porter sur Eylau. L'empereur pense qu'avec un peu de cațalerie légère vous y avez laissé un peu d'infanterie.

[ocr errors]

Au prince de Ponte-CORVO.

Osterode, le 5 mars, six heures

du matin. Par tous les rapports, mopsieur le maréchal, il paraît que l'ennemi se retire sur Landsberg et Heils, berg; le quartier-général prussien , qui était au village de Passevalck, ne doit plus y être à l'heure qu'il est. L'empereur trouve qu'il est nécessaire que vous fassiez une marche sur Möhlsack et sur Heiligen

« AnteriorContinuar »