Imágenes de página
PDF
ePub

Note au général SONGIS.

Osterode, le 28 février.

si le

L'EMPEREUR me charge de vous dire que le principal est d'avoir des ponts sur la Basse-Vistule, un å Marienwerder et un à Marienburg; militairement parlant le pont de Marienburg donne autant de sûreté

que pont sur l'autre part à Dirschau était fait, puisqu'une fois derrière la Nogat, on aurait le temps de protéger le passage de l'autre côté. Il n'y a donc pas un instant à perdre pour faire un pont à Marienburg dans un lieu où l'on puisse faire une tête de pont; il faut également s'occuper d'en faire un à Dirschau; mais il est inutile qu'il soit fait en même temps que celui de Marienburg. Quant au pont de Marienwerder, il est bien important de s'occaper sur-le-champ des moyens de pouvoir le jeter.

Au maréchal Ner:

Osterode, le 28 février. L'EMPEREUR, monsieur le maréchal, m'ordonne de vous faire connaître que la position de Guttstadt est nécessaire comme tête de nos cantonnemens; il faut donc le reprendre, mais ne l'occupant que comme avant-garde , en choisissant s'il est possible une bonne position sur la rive gauche de l'Alle dominant la ville et empêchant de s'en approcher; c'est là où doit

être appuyée votre droite, votre gauche doit l'être à l'a Passurge du côté d'Elditten; vous devez occuper par des postes d'infanterie toute la rive gauche de l'Alle jusqu'à Allenstein, vous devez placer votre quartier-général entre Deppen et Gutlstadt,

Tous les débouchés depuis Elditten jusqu'à Guttstadt doivent être occupés par de l'in fanterie et de la cavalerie ; vous devez reconnaître les points les plus importans en arrière , pour y placer du canon et des réserves; le point de ralliement de votre corps doit être à Deppen ; par ce moyen vous abandonnerez toute la rive droite de l'Alle , en vous contentant de la faire reconnaître tous les jours par de fortes reconnaissances; vos avant-postes seront couverts par l’Alle et vos troupes se trouveront plus serrées.

L'ennemi cherchera-t-il à pénétrer en force entre Guttstadt et Liebstadt, il se trouvera entre votre corps et celui du maréchal Soult.

Attaquera-t-il votre position de Guttstadt, vous la soutiendrez avec tout votre corps; et si l'ennemi au lieu d'attaquer Guttstadt avec douze à quinze mille hommes , l'attaquait ayec le corps d'une armée , vous auriez le temps de la voir se déployer, se former, et celui de vous replier sur la Passarge et sur l'armée.

, monsieur le maréchal, les dispositions de l'empereur pour tous ces cantonnemens. Vous voyez que vous formez l'extrême droite de l'armée; et si

l'ennemi manquvre sur la droite de l’Alle avec de fortes colonnes d'infanterie, il se disséminera quand nous nous concentrerons; mais tout porte à penser qu'il désire ainsi que nous du repos.

L'empereur suppose que la colonne qui était à Bischopstein le 26, n'était qu'un corps d'observation, car il serait à souhaiter que l'ennemi jetåt beaucoup de forces sur sa gauche où il ne peut nous faire aucun mal. Le système de Varsovie n'étant nulleinent lié à celui-ci qui en fait un à part, l'empereur De manquerait pas de saisir cette occasion pour marcher sur l'ennemi.

Guttstadt nous est donc nécessaire , car il ne faut pas que l'ennemi se serve de l'Alle comme d'un rideau

pour nous masquer ses mouvemens. L'intention de l'empereur est donc que vous manvuyriez dès demain pour prendre les positions que je viens de vous indiquer.

L'idée d'attaquer Guttstadt par le chemin de Deppen et Liebstadt, est conforme à notre position actuelle ; une fois que cette position sera prise, faites construire des redoutes entre l'Alle et la Passarge, faites faire quelques retranchemens le long de l’Alle jusqu'à Allenstein. Votre coinmunication avec Thorn doit se faire par Osterode ; quant à votre pare, il doit être placé un peu plus sur la gauche que Déterval qui est trop près d'Allenstein.

Dans la journée d'aujourd'hui l'ennemi paraissait être affaibli devant nos postes, et s'est tenu plus tranquille ; il a fait à deux beures une attaque de nuit qui n'a eu aucun résultat.

Le maréchal Dayout s'est approché aujourd'hui d'Osterode; et aussitôt que le pont de Marienburg sera terminé, l'intention de l'empereur est de le placer à Holland , ayant sa tête sur la Passarge.

Le système actuel de l'empereur est de conserver Braunsberg et Osterode pour couvrir le siége de Dantzick, et tirer toutes les ressources du 'beau et bon pays de la Basse-V

istule. Sa majesté s'en rapporte entièrement à vous pour faire les dispositions convenables relatives à l'exécution du plan ci-dessus; tout porte à penser qu'une attaque brusque avec toutes vos forces réunies conduites avec votre intelligence ordinaire, aura des résultats pareils à ceux de Braunsberg où le général Dupont avec sa division a fait deux mille prisonniers, pris des drapeaux et toute l'artillerie de l'ennemi.

En marchant à l'ennemi vous ferez des prisonniers, qui, interrogés avec soin , vous feront connaître la force véritable de l'ennemi à Guttstadt.

Au maréchal DAYOUT.

Osterode , le 28 février.

L'EMPEREUR, monsieur le maréchal, ordonne qu'il

vous soit distribué des magasins d'Osterode, pour votre corps d'armée, douze mille rations de pain, huit mille rations de riz, seize mille rations d'eaude-vie , et mille bouteilles de vin que vous ferez distribuer aux officiers de votre corps d'armée. Dites à votre ordonnateur de se rendre sur-le-champ auprès de l'ordonnateur Joinville pour cet objet. · L'empereur ordonne que vous portiez demain votre quartier-général à Liebemühl, et que vous cantonniez votre corps d'armée à deux lieues autour de cette ville. L'empereur approuve que vous ayez laissé la division Milhaud à Soldan; sa majesté approuve également que vous ayez laissé un régiment à Hohenstein, mais ce ne devait pas être le sue; ce régiment doit désirer de se battre comme les autres, sans cela il se trouverait avili.

L'empereur, dans la journée de demain , donnera des ordres au général Milhaud pour former un corps d'observation sur nos derrières et soutenir le général Marulaz; donnez l'ordre au général Milhaud d'envoyer de ses aides-de-camp au quartier-général à Osterode pour y prendre des ordres. L'empereur désire que vous ne fatiguiez point vos troupes, et si la marche est trop forte7demain pour les troupes qui ont des cantonnemens éloignés, ne leur faites faire qu'une petite marche. Dites au général Grandeau de faire connaître pourquoi, quand ses instructions lui

« AnteriorContinuar »